Likud: Gantz et Lapid feront un gouvernement « de gauche » « appuyé par les Arabes »
Rechercher

Likud: Gantz et Lapid feront un gouvernement « de gauche » « appuyé par les Arabes »

Le parti au pouvoir a dénigré l'alliance des 2 principaux challengers de Netanyahu ; HaBayit HaYehudi et Otzma Yehudit expliquent que ce ticket commun justifie leur propre alliance

Le chef du parti Yesh Atid, Yair Lapid (à gauche) et le chef du parti Hossen LeYisrael, Benny Gantz. (Yossi Zeliger/Flash90, Hadas Parush/Flash90)
Le chef du parti Yesh Atid, Yair Lapid (à gauche) et le chef du parti Hossen LeYisrael, Benny Gantz. (Yossi Zeliger/Flash90, Hadas Parush/Flash90)

Jeudi, le Likud a dénigré l’alliance électorale conclue entre Benny Gantz et Yair Lapid – les deux principaux adversaires du Premier ministre Benjamin Netanyahu lors des prochaines élections – comme preuve supplémentaire que le chef du parti formera un gouvernement « de gauche ».

« Maintenant le choix est clair : le gouvernement de gauche de Lapid et Gantz soutenu par les partis arabes, ou un gouvernement de droite dirigé par Netanyahu », a déclaré le parti dans un tweet.

Le Premier ministre, qui a mené une campagne de plusieurs mois pour dépeindre Gantz comme un « gauchiste faible », n’a pas officiellement répondu à la fusion, mais a retweeté le poste du Likud.

Plus tôt jeudi, Gantz et Lapid ont annoncé qu’ils unissaient leurs forces pour former la première alternative crédible au règne de Netanyahu qui dure depuis une décennie.

Des sondages récents indiquent qu’ensemble, les deux pourraient dépasser le Likud de Netanyahu pour devenir la plus grande faction d’Israël après le vote du 9 avril. Dans le cadre de leur accord d’unité, les deux candidats ont convenu de se succéder au poste de Premier ministre s’ils gagnaient.

D’autres partis du bloc de droite de Netanyahu ont également fusionné, notamment la nouvelle alliance entre HaBayit HaYehudi et la faction d’extrême droite Otzma Yehudit, qui a déclaré que le ticket Gantz-Lapid justifiait leur propre alliance.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprime lors d’une conférence des présidents des principales organisations juives américaines, à Jérusalem, le 18 février 2019. (MENAHEM KAHANA / AFP)

« Ce matin, nous avons prouvé que nous avons agi avec une grande responsabilité en préservant le sionisme religieux et l’ensemble du bloc de droite », ont déclaré les partis. Otzma et HaBayit HaYehudi ont déclaré qu’Israël faisait face à un « sérieux danger » de la part d’un gouvernement « de gauche » avec Gantz, conjugué avec le plan de paix de l’administration Trump.

Netanyahu a négocié le pacte d’unité entre HaBayit HaYehudi et Otzma Yehudit mercredi, dans le but d’augmenter le nombre de sièges détenus par les partis de droite après les élections du 9 avril, en vue de son prochain gouvernement de coalition s’il gagne comme prévu.

L’accord, qui rehausse la visibilité et accorde potentiellement des sièges à la Knesset à Otzma Yehudit, a suscité des accusations de la part des opposants qui ont déclaré que Netanyahu se vendait aux extrémistes.

Le parti ultra-orthodoxe Shas a déclaré que la fusion entre les centristes Gantz et Lapid était « dangereuse pour le judaïsme » et a réaffirmé son soutien à Netanyahu.

« Gantz, qui soutient le mariage civil et les transports publics le jour du Shabbat, est un ami de Lapid, dont la haine du judaïsme est pour lui une profession », a déclaré le parti dans un communiqué.

Le parti travailliste, quant à lui, s’est montré optimiste quant à la fusion Lapid-Gantz, affirmant que l’alliance pourrait vaincre Netanyahu en avril, même avec les sièges supplémentaires obtenus par l’alliance HaBayit HaYehudi et Otzma Yehudit.

Le parti HaBayit HaYehudi vote en faveur d’une alliance préélectorale avec Otzma Yehudit à Petah Tikva, le 20 février 2019. (Gili Yaari/Flash90)

« La fusion augmente les chances de créer un bloc pour arrêter Netanyahu et son soutien kahaniste », a déclaré sur Twitter Itzik Shmuli, du Parti travailliste. Il a souligné la nécessité d’un « grand et fort Parti travailliste qui sera capable d’aider à s’orienter dans le supermarché idéologique nécessaire pour maximiser les chances d’une alternative. »

Tamar Zandberg, la dirigeante de Meretz, a félicité Gantz et Lapid pour avoir offert une « alternative centriste à un gouvernement kahaniste du Likud ».

L’ancien Premier ministre Ehud Barak a également félicité les deux qui « ont surmonté les obstacles, montré leur responsabilité nationale et uni leurs forces pour faciliter une alternative ».

« Le choix se situe entre un gouvernement corrompu dirigé par des kahanistes et des racistes et un gouvernement qui peut nous ramener à un Israël fort et fidèle à sa constitution », a-t-il tweeté.

« Le but est de remettre Israël sur les rails, de mettre un terme à la corruption, à l’abandon des citoyens et à l’extrémisme raciste messianique, avait-il dit. Seule l’unité vaincra ».

Dans le même temps, Orly Levy-Abekasis a déclaré que les négociations en vue d’une alliance avec le parti Hossen LeYisrael ont échoué, et que son parti Gesher se présentera en indépendant aux prochaines élections.

Dans un communiqué, Levy-Abekasis a fustigé Benny Gantz en déclarant qu’il était « décevant que la personne qui milite en faveur d’une politique propre ait échoué à son premier test – le test de la crédibilité ».

la leader du parti Gesher, la députée Orly Levy-Abekasis, durant un événement de campagne à Tel Aviv, le 5 février 2019 (Crédit :Flash90)

A l’issue des pourparlers nocturnes, Gantz et Lapid ont annoncé avant l’aube jeudi matin qu’ils présenteraient une liste commune pour les prochaines élections qui « constitueront le nouveau parti au pouvoir israélien ». Dans un communiqué commun, les deux ont déclaré qu’ils étaient « motivés par le sens des responsabilités nationales ».

« Le parti proposera une nouvelle équipe dirigeante qui garantira la sécurité d’Israël et réunira les composantes les plus divisées de la société israélienne », ont déclaré Gantz et Lapid.

Le communiqué indiquait également que Gabi Ashkenazi, ancien chef d’état-major populaire de Tsahal, avait accepté de rejoindre la liste unifiée à la suite de la fusion, ce qui ajoute encore à leur attrait centriste général.

Les dirigeants devraient faire une annonce conjointe dans le courant de la journée de jeudi. Aucun autre détail n’a été communiqué, ni le nom de la nouvelle union.

Gantz est à la tête de son parti centriste récemment lancé, Hossen LeYisrael, tandis que Lapid dirige Yesh Atid, qui compte actuellement 11 sièges à la Knesset.

Les sondages d’opinion ont montré que les deux sont les principaux adversaires de Netanyahu, que l’on s’attendait à voir gagner malgré les enquêtes de corruption dans ses affaires. Les sondages menés plus tôt cette semaine ont indiqué que Gantz et Lapid pourraient dépasser Netanyahu comme le plus grand bloc de vote de la Knesset.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...