Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

L’Iran a pour objectif de « détruire Israël à jamais »: Biden exhorte le Congrès à agir

Le président de la Chambre des représentants, Mike Johnson, demande au gouvernement d'adopter des mesures d'aide à Israël et à l'Ukraine, ce qui pourrait mettre son poste en péril

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le président américain Joe Biden répondant à des questions sur Israël après avoir parlé du "Special Counsel report", à la Maison Blanche, à Washington, le 8 février 2024. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)
Le président américain Joe Biden répondant à des questions sur Israël après avoir parlé du "Special Counsel report", à la Maison Blanche, à Washington, le 8 février 2024. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

WASHINGTON – Le président américain Joe Biden a appelé le Congrès à adopter sans délai un programme d’aide à Israël et à l’Ukraine, dans une tribune publiée mercredi dans le Wall Street Journal.

Le projet de loi est bloqué depuis des mois en raison de l’opposition des Républicains de la Chambre des représentants alimentée par l’ancien président américain Donald Trump. Le président de la Chambre des représentants, Mike Johnson, a toutefois informé les législateurs du parti républicain qu’il allait commencer à faire pression pendant plusieurs jours pour organiser des votes sur les programmes de financement destinés à Israël et à l’Ukraine, ainsi que sur un programme destiné aux alliés de la région Indo-Pacifique.

Alors qu’Israël et l’Ukraine « sont capables de défendre leur propre souveraineté, ils dépendent de l’aide américaine, y compris en matière d’armement, pour le faire, et nous sommes à un moment charnière », a écrit Biden, soulignant les frappes de l’Iran et de la Russie sur Israël et l’Ukraine au cours du week-end.

L’Iran, a-t-il écrit, cherche à éliminer Israël : « Le gouvernement iranien veut détruire Israël à jamais, en rayant de la carte le seul État juif du monde. »

Une femme passant devant une fresque montrant le président américain Joe Biden en superhéros de la défense d’Israël, à Tel Aviv, le 14 avril 2024. (Crédit : Leo Correa/AP)

« Après avoir soutenu pendant des années le [groupe terroriste chiite libanais du] Hezbollah, le [groupe terroriste palestinien du] Hamas et d’autres mandataires dans leurs attaques contre Israël, y compris l’assaut brutal du Hamas le 7 octobre, l’Iran a lancé sa propre attaque directe », a écrit Biden, avertissant que « si l’Iran réussit à intensifier de manière significative son attaque contre Israël, les États-Unis pourraient être entraînés ».

« Israël est notre partenaire le plus solide au Moyen-Orient. Il est impensable que nous restions les bras croisés si ses défenses étaient affaiblies et si l’Iran était en mesure d’effectuer les destructions qu’il a voulues ce week-end. Nous pouvons rendre ce résultat moins probable en réapprovisionnant les défenses aériennes d’Israël et en lui fournissant une aide militaire dès maintenant, afin que ses défenses puissent rester pleinement approvisionnées et prêtes », a-t-il ajouté.

Au cours de la nuit de samedi à dimanche, l’Iran a lancé quelque 5O0 drones d’attaque et missiles sur l’État hébreu, dont la quasi-totalité a été interceptée par Israël, les États-Unis et d’autres forces alliées.

Biden a noté que les systèmes de défense aérienne « Dôme de fer » et « Fronde de David », financés par les États-Unis, étaient essentiels pour contrecarrer les attaques de missiles et de drones de l’Iran, et a souligné que l’équipement militaire financé par Washington serait produit par des fabricants américains, ce qui stimulerait l’économie des États-Unis. « Nous aiderions nos amis tout en nous aidant nous-mêmes. »

Le système de défense anti-missile « Dôme de fer » interceptant des missiles tirés par l’Iran, dans le centre d’Israël, le 14 avril 2024. (Crédit : Tomer Neuberg/AP)

« J’ai clairement exprimé mes préoccupations concernant la sécurité des civils à Gaza dans le cadre de la guerre contre le Hamas, mais ce programme d’aide est axé sur les besoins défensifs à long-terme d’Israël afin qu’il puisse maintenir son avantage militaire face à l’Iran ou à tout autre adversaire », a écrit le président américain.

« Il est important de noter que ce projet de loi prévoit des fonds qui nous permettront de continuer à fournir une aide humanitaire urgente à la population de Gaza ainsi qu’à d’autres personnes qui ont subi l’impact des conflits dans le monde entier. »

Les projets de loi « ne devraient plus être pris en otage par un petit groupe de membres républicains extrémistes de la Chambre des représentants », a-t-il écrit. « Il y a des moments dans l’Histoire qui exigent leadership et courage. C’est l’un d’entre eux. »

Quelques heures après la publication de l’article de Biden, Johnson est allé de l’avant à la Chambre des représentants en vue d’un vote dans le courant de la semaine, risquant ainsi de mettre son poste en péril.

Mike Johnson, républicain de Louisiane, prêtant serment en tant que nouveau président de la Chambre des représentants, au Capitole, à Washington, le 25 octobre 2023. (Crédit : Alex Brandon/AP)

Johnson a déclaré qu’il proposait qu’une partie de l’aide à Kiev soit structurée sous forme de prêts, avec un contrôle accru, mais la décision de soutenir l’Ukraine a suscité la colère des conservateurs populistes de la Chambre et a donné une nouvelle énergie à la menace de le démettre de ses fonctions de président de la Chambre.

Le projet de loi relatif à l’aide à Israël, quant à lui, lui accorderait 26,38 milliards de dollars d’aide militaire, selon le texte publié par la commission des Crédits de la Chambre des représentants.

Environ 4 milliards de dollars de ces fonds serviraient à réapprovisionner les missiles d’interception des systèmes de défense aérienne à courte et moyenne portée « Dôme de fer » et « Fronde de David ».

Un autre montant de 4,4 milliards de dollars servirait à reconstituer les stocks d’autres armes israéliennes, et 3,5 milliards de dollars seraient affectés à l’acquisition de « systèmes d’armes avancés, d’articles de défense et de services de défense », selon un résumé publié par les Républicains de la Chambre des représentants.

Un missile intercepteur est tiré sur une cible simulant une menace entrante, en décembre 2020. (Crédit : Ministère de la Défense)

Le projet de loi comprend 2,4 milliards de dollars pour financer les forces américaines opérant au Moyen-Orient en réponse aux menaces contre Israël. Il alloue également 1,2 milliard de dollars au programme « Iron Beam » (Faisceau de fer), qui développe un intercepteur de roquettes et de mortiers à courte portée.

Un projet de loi du Sénat adopté en février et destiné à financer les besoins défensifs d’Israël aurait envoyé 14 milliards de dollars à Jérusalem.

« En publiant le texte de ces projets de loi dès qu’ils sont achevés, nous laisserons le temps à un processus d’amendement solide », a écrit Johnson dans son message, qui a été partagé par deux législateurs républicains.

Les votes sur ces projets de loi devraient avoir lieu samedi soir, a indiqué Johnson. Mais le chemin pour y parvenir est semé d’embûches. Le président de la Chambre aura très certainement besoin du soutien des Démocrates pour les manœuvres procédurales afin de faire avancer son plan complexe consistant à organiser des votes séparés sur chacun des paquets d’aide.

Le président américain Joe Biden prononçant le discours sur l’état de l’Union devant une session conjointe du Congrès au Capitole, à Washington, le 7 mars 2024. (Cré: Shawn Thew/Pool via AP)

Il n’a pas été possible de savoir si les Démocrates aideraient Johnson. Ils attendent toujours les détails de la législation et se montrent de plus en plus impatients face à ses délibérations.

Les Démocrates ont exigé que le projet de loi sur l’aide à l’étranger soit étroitement lié au programme d’aide à l’étranger de 95 milliards de dollars adopté par le Sénat en février. Cette loi devait permettre de financer les alliés des États-Unis et de fournir une aide humanitaire aux civils de Gaza et d’Ukraine.

Dans une déclaration distincte de son article du Wall Street Journal, Biden a exprimé son soutien aux projets de loi et a exhorté la Chambre des représentants à veiller à ce qu’ils soient adoptés.

« Je soutiens fermement ce train de mesures visant à apporter un soutien essentiel à Israël et à l’Ukraine, à fournir une aide humanitaire indispensable aux Palestiniens de Gaza et à renforcer la sécurité et la stabilité dans la région indo-pacifique », a déclaré Biden.

« Israël est confronté à des attaques sans précédent de la part de l’Iran, et l’Ukraine doit faire face à des bombardements continus de la part de la Russie, qui se sont intensifiés de manière spectaculaire au cours du mois dernier », a-t-il déclaré dans un communiqué. « La Chambre des représentants doit adopter ce train de mesures cette semaine et le Sénat devrait suivre rapidement. Je signerai immédiatement cette loi afin d’envoyer un message au monde entier : nous sommes aux côtés de nos amis et nous ne laisserons pas l’Iran ou la Russie réussir. »

Entre-temps, la menace d’éviction de Johnson brandie par la députée Marjorie Taylor Greene, une républicaine de Géorgie, a gagné des partisans cette semaine. Un autre républicain, Thomas Massie (Kentucky), a déclaré qu’il se joignait à Greene et a appelé Johnson à démissionner. D’autres législateurs républicains se sont ouvertement plaints du leadership de Johnson.

« Vous êtes sérieusement en décalage avec les Républicains en continuant à faire passer des projets de loi qui dépendent des Démocrates », a écrit Greene sur X. « Tout le monde le voit bien. »

Afin de satisfaire les conservateurs, Johnson a déclaré qu’il organiserait un vote distinct sur un ensemble de mesures relatives à la sécurité des frontières, qui contient la majeure partie d’un projet de loi déjà adopté par les Républicains de la Chambre des représentants l’année dernière.

La représentante américaine Marjorie Taylor Greene, républicaine de Géorgie, et le représentant Matt Gaetz, républicain de Floride, s’exprimant lors d’une conférence de presse, au Capitole, à Washington, le 6 février 2024. (Crédit : Roberto Schmidt/AFP)

L’effort précaire pour faire passer l’aide étrangère intervient alors que les législateurs qui se concentrent sur la sécurité nationale avertissent que la Chambre doit agir après avoir attendu près de deux mois que Johnson aborde la question de l’aide étrangère.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.