Israël en guerre - Jour 198

Rechercher

L’Iran a un nouveau missile de croisière avec une portée de 1 650 km

La télévision d'Etat a diffusé des images de tirs d'un "nouveau missile de croisière Paveh avec une portée de 1.650 km", fabriqué par les Gardiens de la révolution

L'Iran publie une vidéo du nouveau missile de croisière Paveh, avec une portée rapportée de 1 650 km le vendredi 24 février 2023 (Crédit : capture d'écran IRNA/utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
L'Iran publie une vidéo du nouveau missile de croisière Paveh, avec une portée rapportée de 1 650 km le vendredi 24 février 2023 (Crédit : capture d'écran IRNA/utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Un haut responsable militaire iranien a affirmé vendredi soir que son pays cherchait toujours à venger l’élimination par Washington du général Qassem Soleimani en 2020, espérant « pouvoir tuer » l’ancien président américain Donald Trump.

« Nous espérons pouvoir tuer Trump, (l’ancien secrétaire d’Etat américain Mike) Pompeo et (Kenneth) McKenzie (l’ancien chef du commandement central de l’armée américaine au Moyen-Orient), ainsi que les responsables militaires qui ont donné l’ordre d’assassiner Soleimani, a déclaré à la télévision le général Amirali Hajizadeh.

« Nous sommes désormais capables de frapper des navires américains à une distance de 2.000 km » avec des missiles, a encore dit le général qui dirige la Force aérospatiale des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de l’Iran.

Les programmes balistiques de la République islamique inquiètent les Occidentaux qui accusent le pays de vouloir augmenter la portée de ses missiles et de déstabiliser le Moyen-Orient et Israël, ennemi juré de Téhéran.

Samedi, la télévision d’Etat a diffusé des images de tirs d’un « nouveau missile de croisière Paveh avec une portée de 1.650 km », fabriqué par les Gardiens de la révolution.

Ancien chef de la Force Qods, chargée des opérations extérieures des Gardiens de la Révolution, Qassem Soleimani avait été assassiné à Bagdad dans un raid américain en janvier 2020.

Le président Trump a déclaré à l’époque qu’il avait ordonné la frappe en réponse à un certain nombre d’attaques contre les intérêts américains en Irak.

Cinq jours plus tard, l’Iran a riposté en tirant des missiles sur une base aérienne américaine en Irak qui abritait des troupes américaines. Aucun soldat américain n’avait été tué, mais Washington a déclaré que des dizaines de personnes avaient souffert de lésions cérébrales traumatiques à la suite des explosions.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.