L’Israélien atteint de coronavirus à son retour d’Italie a contaminé sa femme
Rechercher

L’Israélien atteint de coronavirus à son retour d’Italie a contaminé sa femme

L'épouse a été conduite au centre médical de Sheba pour y être soignée ; le ministère de la Santé publie plus d'informations sur les déplacements de l'homme avant son diagnostic

Un Israélien rentré d'Italie et testé positif au coronavirus arrive à l'hôpital Tel HaShomer, transformé pour recevoir les patients atteints de coronavirus, le 27 février 2020. (Crédit : Flash90)
Un Israélien rentré d'Italie et testé positif au coronavirus arrive à l'hôpital Tel HaShomer, transformé pour recevoir les patients atteints de coronavirus, le 27 février 2020. (Crédit : Flash90)

Le ministère de la Santé a déclaré vendredi qu’un second cas de coronavirus a été diagnostiqué en Israël après avoir été en contact avec un homme qui a été testé positif à son retour d’Italie.

Selon les médias israéliens, la deuxième personne diagnostiquée avec le virus est l’épouse de l’homme, premier cas signalé hors quarantaine, et a été hospitalisée au centre médical de Sheba où elle serait en bonne condition.

Il s’agit du premier cas connu de transmission du virus de personne à personne en Israël en dehors d’une quarantaine.

Cet homme était le premier cas d’un Israélien atteint du coronavirus mortel qui n’a pas encore été mis en quarantaine. Craignant qu’il n’ait infecté d’autres personnes, le ministère a retracé ses déplacements depuis son retour au pays dimanche sur le vol LY382 d’El Al en provenance de Milan.

Des employés à l’intérieur d’un bâtiment du centre médical de Sheba qui a été réquisitionné pour recevoir les Israéliens qui étaient en quarantaine sur le bateau de croisière Diamond Princess au Japon en raison de la propagation du coronavirus arrivés en Israël le 20 février 2020. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Il a également été découvert qu’il s’était rendu au magasin de jouets Pirate HaAdom à Or Yehuda le dimanche entre 18 et 22 heures, et les lundi et mardi entre 8h30 et minuit.

En outre, il s’est rendu à la synagogue de la communauté d’Irus le lundi entre 6 et 7 heures du matin.

Le ministère a déclaré que toute personne se trouvant à bord de ce vol, ou dans ce magasin ou cette synagogue pendant ces heures précises et se trouvant à moins de 2 mètres de l’homme pendant plus de 15 minutes, doit « se mettre immédiatement en quarantaine à domicile pendant 14 jours et s’inscrire sur le site web du ministère de la santé ».

Il existe en effet une page web où les habitants peuvent s’inscrire pour signaler qu’ils se sont mis en quarantaine. Il existe également une ligne d’assistance téléphonique, au *5400, qui peut être utilisée dans le même but.

« Si, au cours de la quarantaine, des symptômes de fièvre, de toux ou de difficultés respiratoires apparaissent », la personne doit immédiatement appeler les services d’urgence, indique le communiqué.

Bien que le nom de l’homme n’ait pas été publié, les autorités ont autorisé les médias à rapporter qu’il vit à Irus, une communauté du Conseil régional de Gan Raveh, située dans la région centrale du pays.

L’homme avait contacté les services médicaux après avoir commencé à se sentir malade, avoir été testé et infecté. Il a été placé en quarantaine jeudi au centre médical de Sheba à Ramat Gan, avec les passagers israéliens du bateau de croisière Diamond Princess qui est resté amarré au large des côtes japonaises après que le virus s’est répandu parmi les personnes à bord. Deux de ces passagers ont également été testés positifs au coronavirus après avoir été mis à l’isolement en Israël.

La docteure Galia Barkai dans un hôtel transformé en zone de quarantaine du centre médical Sheba de Ramat Gan, le 17 février 2020. (Crédit : Flash90)

Galia Barkai, la médecin traitant le nouveau patient au centre médical de Sheba, a fait savoir à la chaîne que l’homme avait été amené par le service de secours Magen David Adom directement dans le complexe de quarantaine de l’hôpital et qu’il n’était passé par aucune zone d’hôpital public, que ce soit au centre ou ailleurs.

Elle a rapporté que lorsque le patient est arrivé pour la première fois, il a reçu des médicaments pour faire baisser sa fièvre, administrés par une équipe médicale portant des équipements de protection.

« Quand nous avons vu que son état était stable et bon, nous l’avons mis dans sa chambre », a-t-elle dit. « Il semble aller bien, il comprend la situation et communique avec nous » à distance.

À la suite de la découverte de cette contamination, le ministère de l’Intérieur a interdit l’entrée à tous les non-Israéliens arrivant dans le pays en provenance d’Italie. Les Israéliens revenant de ce pays seront autorisés à entrer, mais devront se confiner à domicile pendant deux semaines.

En conséquence de cette décision, des dizaines de ressortissants étrangers qui débarquaient de vols en provenance d’Italie se sont vus refuser l’entrée dans le pays.

Israël a pris des mesures drastiques pour prévenir une épidémie, en interdisant l’entrée aux étrangers qui se trouvaient également en Chine, à Hong Kong, à Macao, en Thaïlande, à Singapour, en Corée du Sud et au Japon dans les 14 jours précédant leur arrivée, et en obligeant tous les Israéliens récemment arrivés dans ces régions à se mettre en auto-quarantaine pendant deux semaines.

Dans une déclaration dramatique mercredi, le ministère de la santé a exhorté les Israéliens à envisager sérieusement de s’abstenir de voyager à l’étranger.

« Si vous n’avez pas vraiment besoin de prendre l’avion, ne le faites pas », a appelé le ministère dans un avertissement aux voyageurs.

Des passagers portant des masques de protection traversent le hall d’arrivée de l’aéroport Ben Gurion le 22 février 2020. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Israël est le premier pays à exhorter ses citoyens à s’abstenir de tout voyage international en raison de l’épidémie, qui a débuté en Chine en décembre et a depuis lors infecté plus de 80 000 personnes dans le monde entier et fait plus de 2 500 victimes, presque toutes en Chine.

Le ministère de la Santé a été critiqué pour ses mesures extrêmes, certains affirmant qu’il panique inutilement la population et nuit à l’économie et à la diplomatie du pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...