Rechercher

L’Israélien Trigo lance sa technologie « shop and go » aux États-Unis, défiant Amazon

La startup de vision informatique va piloter une technologie d'achat sans contact avec Wakefern, la plus grande coopérative alimentaire appartenant à des détaillants aux États-Unis

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Un magasin Netto à Munich équipé de la technologie sans caisse de Trigo, octobre 2021. (Crédit : Stefan Hobmaier)
Un magasin Netto à Munich équipé de la technologie sans caisse de Trigo, octobre 2021. (Crédit : Stefan Hobmaier)

La startup israélienne Trigo Vision, spécialisée dans la vision informatique, introduit sa technologie d’achat sans contact aux États-Unis, en commençant par un projet pilote annoncé jeudi avec Wakefern Food Corp, la plus grande coopérative alimentaire américaine appartenant à des détaillants.

Trigo a conclu une année phénoménale en 2021, signant des partenariats clés avec certaines des plus grandes chaînes de magasins d’alimentation en Europe, notamment le groupe allemand REWE, la chaîne de supermarchés Aldi, dont la division Aldi Nord est considérée comme le plus grand détaillant épicier du continent (et gère également les marchés Trader Joe’s aux États-Unis), et le détaillant en épicerie discount Netto, également de propriété allemande. La société israélienne avait déjà travaillé avec le poids lourd de l’épicerie britannique Tesco, qui a ouvert cette année à Londres sa première épicerie entièrement autonome sans caisse, ainsi qu’avec la société israélienne Shufersal.

Basée à Tel Aviv, Trigo fait maintenant sa première incursion aux États-Unis, où elle proposera son système de libre-service alimenté par l’IA dans une épicerie du New Jersey reliée à Wakefern, une coopérative qui comprend 50 membres possédant et exploitant 362 supermarchés de détail sous les marques ShopRite, Price Rite Marketplace, The Fresh Grocer, Dearborn Market, Gourmet Garage et Fairway Market dans tout le pays.

Fondée en 2018, Trigo utilise la vision par ordinateur et des algorithmes avancés basés sur l’intelligence artificielle pour permettre aux acheteurs de remplir leurs paniers de courses et de sortir simplement du magasin, sans s’engager dans un processus de paiement. Les paiements et les reçus sont réglés de manière numérique. Pour ce faire, l’entreprise applique ses algorithmes à des caméras placées au plafond qui peuvent ensuite suivre automatiquement et en temps réel les mouvements des clients et leurs choix de produits dans le magasin.

Trigo est spécialisée dans la modernisation d’espaces existants, ce qui permet aux détaillants de conserver leur caractère et leur agencement uniques tout en les transformant en magasins numériques entièrement autonomes.

Cela donne à l’entreprise un avantage sur Amazon, dont la technologie Go permet également aux clients de repartir avec leurs achats, sans passer à la caisse. Mais alors qu’Amazon doit construire des magasins sur mesure pour sa technologie, Trigo travaille avec des détaillants qui ont déjà l’infrastructure en place.

« Le commerce de détail physique est le seul espace où les entreprises traditionnelles peuvent affronter Amazon et gagner. Les chaînes avec lesquelles nous travaillons ont des milliers de magasins existants, Amazon doit construire de nouveaux magasins », a déclaré le PDG de Trigo, Michael Gabay, qui a fondé l’entreprise en 2018 avec son frère Daniel.

Les cofondateurs de Trigo, Michael, à gauche, et Daniel Gabay. (Crédit : Tom Bartov)

Amazon possède actuellement plus de 30 sites de ce type, une majorité aux États-Unis, avec au moins trois au Royaume-Uni.

Face aux inquiétudes suscitées par les projets d’expansion du géant américain du commerce, les chaînes de supermarchés traditionnelles espèrent repousser la concurrence en améliorant leur jeu et en offrant aux clients une meilleure expérience d’achat.

« Les partenariats de Trigo avec les plus grands détaillants européens arrivent au bon moment pour eux. Amazon se lance actuellement de manière agressive dans la vente au détail de produits alimentaires physiques. Au Royaume-Uni, ils ouvrent de nombreux magasins », a déclaré M. Gabay au Times of Israel jeudi par mail.

« Nos partenaires comme Tesco ont des milliers de magasins. Et une fois que vous avez modernisé un magasin, vous pouvez ensuite commencer à le faire beaucoup plus rapidement et facilement dans d’autres magasins. Ils ont déjà l’immobilier et l’infrastructure pour déployer cela plus rapidement qu’Amazon », a-t-il expliqué.

Un client dans un magasin REWE à Cologne, en Allemagne, qui a été équipé de la technologie « grab-and-go » sans caisse de Trigo. (Crédit : REWE/Kai Schulz)

Un autre avantage de Trigo est l’importance qu’il accorde à la protection de la vie privée et des données. L’entreprise ne saisit pas de données biométriques, n’utilise pas la reconnaissance faciale et ne détient pas d’identifiants directs des clients. Le système de Trigo reconnaît les mouvements des clients lorsqu’ils se trouvent dans le magasin – qu’ils prennent des articles à emporter ou les remettent en place – mais ne sait à aucun moment qui ils sont. Entre-temps, Amazon a soulevé des inquiétudes quant au respect de la vie privée dans le cadre de certaines de ses initiatives.

« Tout ce concept de démocratisation de l’accès à des systèmes de très haute technologie, notamment pour les supermarchés indépendants, est une excellente chose. Il n’y aura pas qu’Amazon avec une technologie sans contact », a déclaré Gabay.

Trigo joue également sur le long terme avec une stratégie visant non seulement à donner aux détaillants la possibilité d’offrir aux clients des expériences d’achat de haut niveau, mais aussi à exploiter des informations sans précédent sur leurs opérations.

« Le premier cas d’utilisation, c’est avec les caméras et les capteurs, et les gens font leurs courses sans contact. Vous faites vos courses, vous sortez, tout se fait automatiquement. L’élément suivant est le StoreOS. Si je suis une chaîne d’épicerie et que j’ai ce système [celui de Trigo] dans un magasin, puis dans un autre et encore un autre, je vais commencer à en apprendre beaucoup sur ce qui se passe avec mes stocks dans tous les magasins, toutes ces données sont analysées. Je sais ce qui est populaire dans cette zone, je sais ce qui manque dans cette zone, je sais beaucoup de choses qui font le lien entre le numérique et le physique. Et c’est quelque chose que [les épiceries] n’étaient pas en mesure de faire auparavant. Maintenant, cela se passe en temps réel », a déclaré Gabay.

La technologie d’achat sans contact de Trigo équipe un magasin Tesco à Londres. (Crédit : Tesco)

« La véritable valeur pour les détaillants réside dans l’analyse en temps réel, l’analyse des stocks et les données. Cela change vraiment la donne pour les détaillants en épicerie », a-t-il ajouté.

Ces capacités sont également susceptibles de profiter aux détaillants qui proposent des achats en ligne, un marché en pleine croissance qui devrait générer un chiffre d’affaires estimé à 187 milliards de dollars d’ici 2024 rien qu’aux États-Unis. Mais il n’est pas exempt d’inconvénients, notamment de retards de livraison et d’articles manquants.

« Beaucoup plus de gens commandent leurs courses en ligne de nos jours. Invariablement, lorsque leurs commandes sont livrées un ou deux jours plus tard, il manque des choses, et ils vont essayer de les remplacer, ou pas. Maintenant, pour la première fois, le magasin peut savoir immédiatement si des articles sont disponibles en rayon ou non. Les caméras de Trigo savent exactement où sont les articles et ce qui manque, et elles peuvent se connecter au site de commerce électronique. Les gens peuvent donc oublier le temps où l’on commandait des articles qui n’arrivaient jamais. C’est dans cette direction là que nous allons », a déclaré M. Gabay.

Le cofondateur de Trigo s’est félicité jeudi du nouveau partenariat conclu avec Wakefern, déclarant que l’implantation aux États-Unis était « définitivement un grand pas dans notre vision » et « une étape naturelle pour l’entreprise ».

« En aidant Wakefern à convertir certains formats de magasins, ou à en développer de nouveaux exclusifs à leurs marques, nous pouvons les aider à accélérer leur croissance sur le marché et ouvrir la voie au shopping sans contact à l’avenir », a déclaré Gabay.

Charlie McWeeney, vice-président de la technologie, de l’innovation et de la stratégie chez Wakefern, a déclaré que la technologie de Trigo ouvrira « l’accès à l’innovation de pointe pour nos membres. Nous sommes ravis de piloter la solution de Trigo et d’offrir à nos consommateurs le nec plus ultra en matière de commodité de paiement en caisse ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...