Israël en guerre - Jour 251

Rechercher

Un accord sur les otages serait imminent selon Washington

Le bilan de Tsahal à Gaza s'élève à 66 morts ; L'armée déclare que 3 commandants du Hamas ont été tués lors de frappes nocturnes

  • Le sergent-chef Eytan Dishon. (Autorisation)
    Le sergent-chef Eytan Dishon. (Autorisation)
  • Les enfants et les bébés enlevés le 7 octobre et retenus en otage par des terroristes dans la bande de Gaza (Crédit : Compte Twitter officiel d'Israël)
    Les enfants et les bébés enlevés le 7 octobre et retenus en otage par des terroristes dans la bande de Gaza (Crédit : Compte Twitter officiel d'Israël)
  • Des soldats de Tsahal dans la bande de Gaza sur une photo diffusée le 20 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)
    Des soldats de Tsahal dans la bande de Gaza sur une photo diffusée le 20 novembre 2023. (Crédit : Tsahal)
  • Des volutes de fumée se dégageant après une frappe aérienne israélienne dans la région d'al-Labouneh, près de la frontière sud du Liban avec Israël, le 18 novembre 2023. (Crédit : AFP)
    Des volutes de fumée se dégageant après une frappe aérienne israélienne dans la région d'al-Labouneh, près de la frontière sud du Liban avec Israël, le 18 novembre 2023. (Crédit : AFP)

Après avoir rencontré les familles, Netanyahu déclare que le retour des otages est « une mission sacrée, suprême »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu regardant les affiches des otages de Gaza, le 14 novembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu regardant les affiches des otages de Gaza, le 14 novembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Après avoir rencontré des familles d’Israéliens retenus en otages à Gaza, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a souligné son engagement à obtenir leur libération, la qualifiant de « mission sacrée, suprême ».

« Nous ne lâcherons pas jusqu’à ce qu’ils soient revenus, il en va de ma responsabilité et de celle du cabinet de guerre », a-t-il déclaré dans un communiqué.

« J’ai écouté la douleur des familles. Nous avons parlé cœur à cœur. J’ai partagé avec eux autant que possible les efforts diplomatiques, de renseignement et opérationnels que nous menons 24 heures sur 24 », a poursuivi le Premier ministre, ajoutant qu’il pensait « tout le temps » aux otages.

« Nous n’arrêterons pas les combats tant que nous n’aurons pas ramené nos otages chez nous, détruit le Hamas et garanti qu’il n’y aura plus de menace venant de Gaza. »

300 diplomates de l’ONU voient le film du massacre du 7 octobre

Du sang sur le sol d'une chambre, au kibboutz Beeri, le 11 octobre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
Du sang sur le sol d'une chambre, au kibboutz Beeri, le 11 octobre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Environ 300 diplomates de l’ONU ont assisté à une projection au siège de l’ONU à New York d’images montrant les atrocités commises par les terroristes lors du massacre du 7 octobre au cours duquel ils ont tué 1 200 personnes dans le sud d’Israël.

La projection des images, compilées par Tsahal et comprenant des vidéos non censurées et difficiles à regarder, dont beaucoup proviennent des caméras corporelles des terroristes du Hamas, a été organisée par la Mission israélienne auprès des Nations unies.

Des proches d’otages quittent la réunion avec Netanyahu, affirmant que le gouvernement envoie des messages contradictoires

Des proches d’otages israéliens détenus par le Hamas à Gaza tiennent une conférence de presse à Tel Aviv, le 19 novembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Des proches d’otages israéliens détenus par le Hamas à Gaza tiennent une conférence de presse à Tel Aviv, le 19 novembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Plusieurs proches d’otages à Gaza ont quitté la réunion avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu en plein milieu, furieux face ce qu’ils affirment être des messages contradictoires reçus du gouvernement concernant les objectifs de la guerre à Gaza.

Udi Goren, dont le cousin est Tal Haimi, otage à Gaza, a déclaré à la Douzième chaîne : « Il y a quelques jours, nous avons rencontré [les ministres du cabinet de guerre Benny] Gantz et [Gadi] Eizenkot. Ils nous ont dit sans équivoque que l’objectif primordial de la guerre était le retour des otages. »

Cependant, il affirme que Netanyahu a déclaré ce soir aux familles des otages que l’objectif de détruire le Hamas était sur un pied d’égalité avec celui du retour des otages, ce qui a provoqué la colère des personnes présentes, qui ont eu le sentiment que leurs proches pourraient par conséquent rester plus longtemps détenus à Gaza.

Jeff Merkley devient le premier sénateur américain à lancer un appel inconditionnel au cessez-le-feu

Le sénateur américain Jeff Merkley (à droite), de l'Oregon, et d’autres responsables américains, à McAllen (Texas), le 17 juin 2018. (Crédit : Joel Martinez/The Monitor via AP/File)
Le sénateur américain Jeff Merkley (à droite), de l'Oregon, et d’autres responsables américains, à McAllen (Texas), le 17 juin 2018. (Crédit : Joel Martinez/The Monitor via AP/File)

Le Démocrate Jeff Merkley de l’Oregon est devenu le premier sénateur américain à lancer un appel sans réserve en faveur d’un cessez-le-feu à Gaza.

« J’appelle à un cessez-le-feu, à une cessation des hostilités des deux côtés. Pour perdurer, le cessez-le-feu et les négociations qui s’ensuivront doivent atteindre d’autres objectifs essentiels, notamment la libération de tous les otages et un afflux massif d’aide humanitaire », a posté Merkley sur X.

Le sénateur démocrate de l’Illinois, Dick Durbin, a également appelé à un cessez-le-feu au début du mois, mais l’a conditionné à la libération par le Hamas de tous les otages, ce que même Israël a déclaré qu’il accepterait.

Une quarantaine de membres de gauche de la Chambre des représentants des États-Unis ont également appelé à un cessez-le-feu ces dernières semaines.

Un haut responsable du renseignement aurait averti Netanyahu que la refonte judiciaire encourageait le Hamas à frapper

Des manifestants anti-refonte judiciaire protestent à l'aéroport international Ben-Gurion à Tel Aviv, le 17 septembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Des manifestants anti-refonte judiciaire protestent à l'aéroport international Ben-Gurion à Tel Aviv, le 17 septembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait reçu deux avertissements sévères de la part du chef des recherches de la Direction du renseignement militaire dans les mois qui ont précédé l’attaque du 7 octobre, selon lesquels les divisions sociétales déclenchées par les efforts de son gouvernement pour réformer radicalement le système judiciaire enhardissaient le Hamas, le Hezbollah et l’Iran, qui pourraient attaquer l’État juif.

« Nous assistons à un débat [entre les ennemis d’Israël] sur la question de savoir s’il faut rester sur le côté et laisser Israël continuer à s’affaiblir intérieurement, ou si des initiatives doivent être prises afin d’aggraver encore davantage la situation », a écrit Amir Saar en avril et juillet dans des lettres envoyées directement à Netanyahu, a rapporté Haaretz.

Chacune des lettres contenait des renseignements pointant vers un danger imminent d’escalade militaire de la part des adversaires d’Israël, que Netanyahu semblait avoir écarté, alors qu’il continuait à faire avancer le projet de refonte judiciaire très controversé, qui a déclenché des mois de protestations sans précédent à travers le pays.

La Croix-Rouge rencontre le chef du Hamas au Qatar et appelle à la libération des otages

La présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Mirjana Spoljaric Egger, lors d'un point presse à Avully, près de Genève, le 7 juin 2023. (Crédit : Fabrice COFFRINI / AFP)
La présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Mirjana Spoljaric Egger, lors d'un point presse à Avully, près de Genève, le 7 juin 2023. (Crédit : Fabrice COFFRINI / AFP)

La présidente du Comité international de la Croix-Rouge, Mirjana Spoljaric, a rencontré plus tôt dans la journée le chef du Hamas Ismail Haniyeh au Qatar, a indiqué son bureau dans un communiqué.

« Le CICR n’a cessé de réclamer la libération immédiate des otages. Le CICR insiste pour que nos équipes soient autorisées à rendre visite aux otages afin de vérifier leur état de santé et leur livrer des médicaments, et pour que les otages puissent communiquer avec leurs familles. Des accords doivent être conclus pour permettre au CICR de mener à bien ce travail en toute sécurité. Le CICR ne peut pas pénétrer de force dans les lieux de détention des otages, et nous ne savons pas non plus où ils se trouvent », a indiqué le communiqué.

« Le CICR ne participe pas aux négociations menant à la libération des otages. En tant qu’intermédiaire humanitaire neutre, nous restons prêts à faciliter toute libération future convenue par les parties au conflit, comme le personnel du CICR l’a déjà fait à deux reprises », ajoute le texte.

Washington s’oppose à l’idée de maintenir un contrôle à Gaza, mais accepte la nécessité d’une période de transition

Des troupes israéliennes en opération dans le nord de la bande de Gaza, sur une photo diffusée le 14 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des troupes israéliennes en opération dans le nord de la bande de Gaza, sur une photo diffusée le 14 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le porte-parole du Département d’État américain, Matthew Miller, a réitéré l’objection de l’administration Biden à l’affirmation du Premier ministre Benjamin Netanyahu selon laquelle Tsahal conserverait la responsabilité de la sécurité de la bande de Gaza après la guerre.

Il a cependant semblé réitérer la compréhension de Washington à la nécessité d’une certaine présence de Tsahal à Gaza pendant une brève période après la guerre.

« Nous comprenons que l’armée israélienne ne va pas… simplement disparaître du jour au lendemain [après la guerre]. Il va falloir qu’il y ait une sorte de période de transition pour qu’il n’y ait pas de vide sécuritaire à Gaza. Nous travaillerons avec des partenaires de la région pour déterminer à quoi ressemblera cette période de transition », a déclaré Miller lors d’un briefing.

Les États-Unis s’efforcent de rallier les agences internationales et leurs alliés arabes pour les aider à gérer la sécurité de Gaza pendant une période de transition avant qu’une Autorité palestinienne « revitalisée » puisse reprendre le pouvoir sur la bande de Gaza, mais Washington a jusqu’à présent dû faire face à une résistance de la part des gouvernements régionaux.

Washington s’interroge sur les opérations israéliennes dans le sud de Gaza

Matthew Miller, porte-parole du Département d'État américain, lors d'une conférence de presse, le 23 juin 2023. (Crédit : Capture d'écran YouTube)
Matthew Miller, porte-parole du Département d'État américain, lors d'une conférence de presse, le 23 juin 2023. (Crédit : Capture d'écran YouTube)

Le porte-parole du Département d’État américain, Matthew Miller, a été interrogé sur la position de Washington concernant la possibilité que Tsahal étende son incursion terrestre dans le sud de Gaza.

Miller a déclaré qu’avant que cela ne démarre, Israël devrait s’employer à protéger les civils auxquels il a été demandé de fuir le nord de Gaza pour le sud.

« Nous craignons que la concentration de tous les civils dans une seule zone ne les rende vulnérables aux dommages, et nous essayons de résoudre ce problème avec le gouvernement israélien », a déclaré Miller.

Washington appelle Israël à demander des comptes aux Israéliens violents des implantations

Un Israélien tire à bout portant sur un Palestinien non armé lors d'un incident survenu dans le village palestinien d'A-Tuwani, dans les collines du sud d'Hébron, le 13 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran fournie par B'tselem, utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Un Israélien tire à bout portant sur un Palestinien non armé lors d'un incident survenu dans le village palestinien d'A-Tuwani, dans les collines du sud d'Hébron, le 13 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran fournie par B'tselem, utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Le porte-parole du Département d’État américain, Matthew Miller, a été interrogé sur la récente menace du président Joe Biden de révoquer les visas des résidents d’implantations violents en Cisjordanie.

Miller a affirmé que l’administration Biden envisageait des mesures supplémentaires pour lutter contre ce phénomène actuel, qui a connu une augmentation majeure depuis le déclenchement de la guerre entre Israël et le Hamas.

Miller a déclaré lors d’un point presse que, si le gouvernement israélien commençait à prendre des mesures pour demander des comptes aux résidents d’implantations violents qui ciblent les Palestiniens, « c’est certainement quelque chose que nous accueillerions favorablement… et de laquelle nous tiendrons compte [en envisageant] les actions [ultérieures] que nous pourrions prendre ».

Plusieurs morts de soldats à Gaza sont le résultat de tirs amis – Sources sécuritaires

Des soldats israéliens dans la bande de Gaza, sur une photo diffusée le 18 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats israéliens dans la bande de Gaza, sur une photo diffusée le 18 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a été témoin d’un certain nombre d’incidents de « tirs amis » lors des combats dans la bande de Gaza, certains d’entre eux ayant eu des conséquences meurtrières, selon des sources de sécurité israéliennes.

Des milliers de forces d’infanterie, de chars et d’autres troupes se trouvent actuellement à Gaza dans le cadre de l’offensive terrestre israélienne, opérant dans les quartiers denses de la ville de Gaza.

L’armée a déclaré qu’elle évaluait constamment les combats en cours, y compris les cas de tirs amis, et qu’elle mettait rapidement en œuvre les leçons apprises.

Soixante-six soldats ont été tués à Gaza depuis le début de l’incursion terrestre le 27 octobre.

Un groupe de défense des droits exhorte Tsahal à mettre fin au couvre-feu à Hébron

Le chef de la police des frontières, Amir Cohen (au centre), en visite à Hébron, en Cisjordanie, le 31 mars 2023. (Crédit : Police des frontières)
Le chef de la police des frontières, Amir Cohen (au centre), en visite à Hébron, en Cisjordanie, le 31 mars 2023. (Crédit : Police des frontières)

L’Association pour les droits civiques en Israël a envoyé une correspondance juridique au commandement central de Tsahal exhortant l’armée à lever le couvre-feu qu’elle a imposé exclusivement aux Palestiniens – et non aux résidents israéliens – dans la ville d’Hébron en Cisjordanie depuis le déclenchement de la guerre entre Israël et le Hamas.

Les résidents palestiniens de la zone H2 d’Hébron, qui regroupent des centaines de familles, ne sont autorisés à quitter leur domicile que les dimanches, mardis et jeudis pendant une heure le matin et une heure le soir, pour un total de six heures par semaine.

« Les individus des implantations juives [du H2] profitent de l’absence forcée des Palestiniens des espaces publics pour prendre le contrôle, endommager des biens, pénétrer par effraction et endommager des maisons et des magasins », a déclaré l’association dans un communiqué.

« Les activités palestiniennes dans la ville sont complètement suspendues. Il n’y a ni commerce ni éducation, les habitants ne peuvent pas aller travailler, recevoir des soins médicaux ou rendre visite à leurs proches. Même obtenir de la nourriture, des médicaments ou de l’eau est devenu une tâche presque impossible », ajoute le communiqué.

Un responsable américain informe les Israéliens de ses pourparlers au Liban

Amos Hochstein, conseiller principal du président américain Joe Biden, s'adresse aux journalistes à l'aéroport international Rafik Hariri de Beyrouth après sa réunion avec des responsables libanais, à Beyrouth, le 31 août 2023. (Crédit : Bilal Hussein/AP)
Amos Hochstein, conseiller principal du président américain Joe Biden, s'adresse aux journalistes à l'aéroport international Rafik Hariri de Beyrouth après sa réunion avec des responsables libanais, à Beyrouth, le 31 août 2023. (Crédit : Bilal Hussein/AP)

L’envoyé américain pour l’énergie, Amos Hochstein, est à Tel Aviv afin d’informer les responsables israéliens de ses discussions au Liban ce week-end, qui visaient à empêcher l’ouverture d’un deuxième front dans la guerre entre Israël et le Hamas, a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby.

Hochstein s’efforce de faire pression sur le gouvernement libanais pour qu’il freine le plus possible le Hezbollah, afin que le groupe terroriste cesse ses attaques contre Israël qui se sont encore intensifiées aujourd’hui.

« Nous ne voulons pas voir cette guerre s’intensifier. Nous ne voulons pas la voir s’élargir. Nous ne pensons certainement pas que cela soit dans l’intérêt de qui que ce soit », a déclaré Kirby.

Les accusations de « génocide » par des militants anti-Israël « plutôt inappropriées » – Maison Blanche

Un manifestant à Paris, le 4 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)
Un manifestant à Paris, le 4 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, s’en est pris ce lundi aux militants anti-Israël qui accusent l’État juif de perpétrer un « génocide » à Gaza.

Il a précisé que ces manifestants avaient pu faire référence au premier amendement américain sur le droit à la liberté d’expression, « mais ce mot ‘génocide’ est utilisé de manière assez inappropriée par beaucoup de personnes différentes ».

« Israël n’essaie pas de rayer le peuple palestinien de la carte. Israël ne cherche pas à rayer Gaza de la carte. Israël tente de se défendre contre une menace terroriste génocidaire. Donc si nous devons commencer à utiliser ce mot, très bien. Utilisons-le de manière appropriée », a déclaré Kirby.

« Oui, il y a trop de victimes civiles à Gaza. Oui, nous continuons d’exhorter les Israéliens à être aussi prudents que possible », a-t-il ajouté.

La Maison Blanche dit qu’un accord sur les otages est plus proche qu’auparavant

Des manifestants avec des photos de personnes prises en otage par le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza, lors d'une manifestation devant Downing Street, à Londres, le 19 novembre 2023. (Crédit : JUSTIN TALLIS / AFP)
Des manifestants avec des photos de personnes prises en otage par le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza, lors d'une manifestation devant Downing Street, à Londres, le 19 novembre 2023. (Crédit : JUSTIN TALLIS / AFP)

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré ce lundi : « Nous sommes maintenant plus proches d’un accord sur les otages qu’auparavant. »

Cet accord viserait à garantir la libération d’un maximum d’otages sur les 240 de tous âges se trouvant actuellement à Gaza.

Kirby a refusé de donner davantage de détails.

Le président américain Joe Biden avait affirmé plus tôt dans la journée qu’il estimait également qu’un accord était plus proche que ce qui avait été possible auparavant.

L’AP « revitalisée » à Gaza devrait « bénéficier du soutien de tous les Palestiniens » – Maison Blanche

Le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, s'exprimant lors du briefing quotidien à la Maison Blanche, à Washington, le 26 octobre 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP Photo)
Le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, s'exprimant lors du briefing quotidien à la Maison Blanche, à Washington, le 26 octobre 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP Photo)

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a été invité lors d’un point presse à expliquer ce que le président américain Joe Biden voulait dire lorsqu’il a déclaré que Washington soutenait le retour d’une Autorité palestinienne « revitalisée » pour gouverner Gaza.

« Ce à quoi cela ressemblera dépendra du peuple palestinien. Mais ce à quoi il faisait référence, c’est une Autorité palestinienne qui a la crédibilité, la légitimité, l’autorité et le soutien de tous les Palestiniens, afin qu’ils puissent contribuer efficacement à la gouvernance post-conflit, en particulier à Gaza », a répondu Kirby.

Tsahal affirme avoir trouvé un laboratoire de fabrication de roquettes, des armes et l’entrée d’un tunnel dans une mosquée

Des armes trouvées dans une mosquée du quartier Zeitoun de la ville de Gaza par les troupes de Tsahal, sur une image publiée le 20 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des armes trouvées dans une mosquée du quartier Zeitoun de la ville de Gaza par les troupes de Tsahal, sur une image publiée le 20 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Les troupes de Tsahal de la 188e brigade blindée ont localisé un laboratoire de fabrication de roquettes du Hamas, des armes et une entrée de tunnel à l’intérieur d’une mosquée dans le quartier de Zeitoun, à Gaza, a indiqué l’armée.

« Je veux que vous compreniez : une mosquée, dans la région de Zeitoun, était utilisée comme laboratoire pour fabriquer des armes », a déclaré le contre-amiral porte-parole de Tsahal, Daniel Hagari, lors d’une conférence de presse en soirée.

« Les troupes entrent dans la mosquée, effectuent des scans et s’assurent qu’il n’y a pas de pièges. Ils fouillent la mosquée et trouvent une ouverture de tunnel… et un escalier », a-t-il dit.

Hagari a affirmé que les troupes avaient trouvé « un atelier de fabrication de roquettes » au sous-sol.

Une ouverture de tunnel à l’intérieur d’une mosquée du quartier Zeitoun de la ville de Gaza, localisée par les troupes de Tsahal, sur une image publiée le 20 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

« Des terroristes fabriquent des roquettes dans une mosquée, utilisant l’islam et les symboles de l’islam pour créer la terreur », a-t-il accusé.

Zeitoun est un bastion du Hamas situé au sud de la ville de Gaza.

Des munitions trouvées dans une mosquée du quartier Zeitoun de la ville de Gaza par les troupes de Tsahal, sur une image publiée le 20 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Hagari a affirmé que Tsahal continuerait à dénoncer l’utilisation de sites civils à des fins terroristes par le Hamas.

La Knesset sanctionne un député Likud qui a affirmé que les députés arabes soutenaient le Hamas

Le député du Likud Nissim Vaturi participant à une discussion à la Knesset, à Jérusalem, le 21 novembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le député du Likud Nissim Vaturi participant à une discussion à la Knesset, à Jérusalem, le 21 novembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La commission d’éthique de la Knesset a annoncé des sanctions contre le député d’extrême droite du Likud Nissim Vaturi, qui a accusé les députés arabes israéliens Aida Touma-Sliman et Iman Khatib-Yasin de soutenir le Hamas.

Vaturi sera interdit de parole lors des 10 prochaines sessions de la Knesset.

La semaine dernière, Vaturi avait été temporairement banni de Facebook pour avoir appelé à réduire à néant Gaza.

Des familles d’otages en colère après ne pas avoir toutes été autorisées à rencontrer Netanyahu

Un proche d'un otage à Gaza s'adresse aux médias à Tel Aviv, le 20 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/Douzième chaîne)
Un proche d'un otage à Gaza s'adresse aux médias à Tel Aviv, le 20 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/Douzième chaîne)

Des familles d’otages à Gaza ont fait part de leur colère après que le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu ait refusé de les autoriser à toutes assister à une réunion avec le Premier ministre au quartier général militaire de Kirya à Tel Aviv.

Les familles avaient fourni à l’avance une liste de 107 représentants au bureau du Premier ministre, mais à leur arrivée au Kirya, elles ont appris qu’il n’y avait pas assez d’espace dans l’auditorium réservé à la réunion pour qu’elles puissent toutes y assister.

Tsahal détaille de violents combats entre sa 36e division et le Hamas, dans le quartier de Zeitoun à Gaza

Les troupes de la 36e Division dans le quartier Zeitoun de la ville de Gaza, sur une image publiée le 20 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes de la 36e Division dans le quartier Zeitoun de la ville de Gaza, sur une image publiée le 20 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a détaillé les opérations de sa 36e division dans la bande de Gaza au cours des derniers jours, lors desquelles les troupes ont combattu des centaines de membres du Hamas et ont localisé des armes et des infrastructures terroristes dans des sites civils.

Selon Tsahal, les forces d’infanterie, les chars et les troupes de génie de combat de la 36e division s’efforcent de vaincre le bataillon Zeitoun du Hamas, opérant dans le quartier du même nom dans la ville de Gaza.

Les opérations à Zeitoun surviennent après que la 36e Division a achevé la prise du camp de Shati et du quartier de Sabra dans la ville de Gaza.

L’armée a estimé que les soldats avaient jusqu’à présent tué des centaines de terroristes à Zeitoun. Les combats sont intenses, et le Hamas opère dans la région par cellules, qui compte chacune entre cinq et dix hommes armés, selon les évaluations militaires.

L’armée israélienne a estimé que les combats à Zeitoun dureront encore au moins 72 heures et, lorsqu’ils prendront fin, les soldats continueront à œuvrer pour démolir toutes les infrastructures du groupe terroriste dans la zone.

Dans un communiqué, Tsahal a affirmé que les troupes, dirigées par la Brigade d’infanterie Golani, s’étaient engagées dans plusieurs échanges de tirs avec le Hamas à Zeitoun, notamment avec des membres retranchés dans des résidences, des hôpitaux, des écoles et d’autres sites civils.

Le commandant de la 36e Division, le brigadier-général Dado Bar Kalifa, a affirmé que ses troupes « rencontraient constamment l’ennemi qui se cachait derrière des enfants et des femmes, et derrière des infrastructures civiles sensibles ».

« Les troupes ont rencontré plusieurs dizaines de terroristes depuis le début des combats dans le quartier, menant des combats rapprochés avec eux, et ont jusqu’à présent éliminé un grand nombre d’entre eux », a déclaré l’armée israélienne.

Il a indiqué que les troupes de la 188e brigade blindée avaient capturé un certain nombre de sites du Hamas à Zeitoun, notamment les bureaux du chef de la brigade de la ville de Gaza du Hamas.

« Les forces ont fouillé la zone, ont localisé de nombreuses armes et, à la fin des fouilles, elles ont détruit le bureau du commandant de la brigade », a indiqué l’armée israélienne.

Les forces de la Brigade Bislamach (l’École des métiers du corps d’infanterie et des commandants d’escouades de Tsahal) ont localisé et détruit un complexe du Jihad islamique à Zeitoun, où un certain nombre de roquettes lourdes et à longue portée ont été trouvées.

Les troupes de la 36e Division ont également mené plusieurs frappes aériennes à Zeitoun contre des membres du Hamas, et ont localisé un laboratoire de fabrication de roquettes, des armes, des engins explosifs, un drone et un tunnel à l’intérieur d’une mosquée du quartier.

Israël rappelle son envoyé en Afrique du Sud pour consultations après une accusation de « génocide » de Johannesburg

L'ambassadeur israélien en Afrique du Sud Eli Belotserkovsky, le 7 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)
L'ambassadeur israélien en Afrique du Sud Eli Belotserkovsky, le 7 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)

Israël a rappelé son ambassadeur en Afrique du Sud, Eli Belotserkovsky, pour consultations, en raison de « récents commentaires » de l’Afrique du Sud, a indiqué le ministère des Affaires étrangères.

Plus tôt ce mois-ci, l’Afrique du Sud avait rappelé son ambassadeur et sa mission diplomatique en Israël et avait qualifié la guerre contre le Hamas à Gaza de « génocide ».

La semaine dernière, un porte-parole du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), a déclaré que son parti « ne pouvait pas rester les bras croisés et regarder les actions génocidaires du régime israélien », tandis que le président Cyril Ramaphosa a déclaré que son pays avait déposé une plainte contre Israël auprès de la Cour pénale internationale, à propos de sa campagne militaire à Gaza.

La police arrête un garçon de Taibe, 14 ans, qui a partagé une image incitant au terrorisme

La police a arrêté hier un garçon de 14 ans de Taibe, accusé d’incitation et de soutien au terrorisme en raison d’un message publié sur Facebook, a rapporté le quotidien Haaretz.

Le garçon a été libéré aujourd’hui, à condition qu’il n’utilise pas les réseaux sociaux pendant un mois, a indiqué Haaretz.

Le message partagé présentait des terroristes du Hamas menottés dans la moitié supérieure de la photo, et des soldats de Tsahal en captivité dans la bande de Gaza dans la moitié inférieure, avec la légende : « Œil pour œil, dent pour dent, la suite sera plus difficile et cruelle. »

La police a affirmé que le suspect avait ajouté la légende, tandis que l’avocat du garçon a nié cet ajout, insistant sur le fait que son client avait simplement partagé une image déjà existante.

L’avocat a ajouté que son client étudiait dans une école pour enfants ayant des besoins spéciaux et ne savait pas bien lire, a rapporté Haaretz.

Tsahal : Les nombreuses sirènes dans le centre d’Israël dues à seulement 2 roquettes

Le système de défense aérienne israélien Dôme de fer déployé pour intercepter une roquette tirée depuis la bande de Gaza, dans le centre d'Israël, le 28 octobre 2023. (Crédit : Oded Balilty/AP Photo)
Le système de défense aérienne israélien Dôme de fer déployé pour intercepter une roquette tirée depuis la bande de Gaza, dans le centre d'Israël, le 28 octobre 2023. (Crédit : Oded Balilty/AP Photo)

L’armée israélienne a affirmé que les sirènes de roquettes qui ont retenti plus tôt dans le centre d’Israël étaient dues à seulement deux projectiles tirés depuis la bande de Gaza.

Les deux roquettes tirées par le Hamas ont été interceptées, l’une par le système de défense aérienne à courte portée du Dôme de Fer, et la seconde par le système de défense aérienne à moyenne portée du Bouclier de David, a indiqué l’armée israélienne.

L’armée israélienne a affirmé que les alertes généralisées dans le centre d’Israël avaient été dues à la crainte de chutes d’éclats, alors qu’il avait auparavant été pensé qu’un important barrage avait été tiré depuis Gaza.

Tsahal affirme avoir frappé un centre de commandement du Hezbollah en réponse à des tirs de missiles

Une Image de Tsahal montrant ses forces frappant un centre de commandement du Hezbollah, le 20 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran/X)
Une Image de Tsahal montrant ses forces frappant un centre de commandement du Hezbollah, le 20 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran/X)

L’armée israélienne affirme avoir frappé un centre de commandement du Hezbollah et d’autres sites appartenant au groupe terroriste dans le sud du Liban, en réponse à des tirs de roquettes et de missiles sur le nord d’Israël aujourd’hui.

Elle a ajouté que les forces avaient également frappé une cellule se préparant à mener une attaque près de Metula.

Des sirènes ont retenti plus tôt dans le nord d’Israël, après qu’une roquette tirée depuis le Liban a atterri dans une zone dégagée près de Misgav Am, et qu’un missile intercepteur a été tiré sur une cible suspecte, a indiqué l’armée israélienne.

Il n’y a eu aucune infiltration de drones dans l’espace aérien israélien, a-t-elle ajouté.

Des éclats de roquettes de Gaza tombent sur Holon ; pas de blessés

Des éclats de roquettes provenant du barrage tiré lundi soir, qui a déclenché des sirènes dans le centre d’Israël, ont atterri dans la banlieue de Holon à Tel Aviv, ont indiqué les autorités, ajoutant que personne n’avait été blessé.

Le Hamas affirme que le bilan des morts à Gaza s’élève à 13 300

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a affirmé que le bilan des morts dans l’enclave depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas avait atteint 13 300.

Ces bilans des morts publiés par le Hamas ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et incluent à la fois des civils et des membres du Hamas tués à Gaza, y compris à la suite de tirs de roquettes ratés par le groupe terroriste lui-même.

Interrogé sur les otages, Biden déclare qu’un accord serait proche

Le président américain Joe Biden graciant les dindes de Thanksgiving, Liberty et Bell, lors d'une cérémonie à la Maison Blanche, à Washington, le 20 novembre 2023. (Crédit : Andrew Harnik/AP Photo)
Le président américain Joe Biden graciant les dindes de Thanksgiving, Liberty et Bell, lors d'une cérémonie à la Maison Blanche, à Washington, le 20 novembre 2023. (Crédit : Andrew Harnik/AP Photo)

Lors de la cérémonie annuelle d’amnistie de dindes sur la pelouse de la Maison Blanche, à l’approche de la fête de Thanksgiving aux États-Unis jeudi, le président américain Joe Biden a été interrogé sur les otages à Gaza. Alors qu’il lui était demandé si un accord était sur le point d’être conclu, il a répondu : « Je le crois… oui », ajoutant qu’il ne souhaitait pas en dire davantage publiquement.

Biden a alors levé la main pour montrer qu’il croisait les doigts dans l’espoir qu’un accord aurait bientôt lieu.

Les Houthis publient une vidéo montrant comment ils ont pris d’assaut le navire en mer Rouge

Les Houthis, au Yémen, soutenus par l'Iran, ont publié une vidéo montrant comment le groupe avait détourné un navire de transport lié à Israël dans la mer Rouge, le 20 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)
Les Houthis, au Yémen, soutenus par l'Iran, ont publié une vidéo montrant comment le groupe avait détourné un navire de transport lié à Israël dans la mer Rouge, le 20 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)

Les Houthis, au Yémen, soutenus par l’Iran, ont publié hier une vidéo montrant comment le groupe avait détourné un navire de transport lié à Israël dans la mer Rouge.

Les images montrent un hélicoptère atterrissant sur le porte-véhicules nommé « Galaxy Leader », avec plusieurs hommes armés qui en descendent, prenant le contrôle du navire.

Dans la vidéo, des hommes armés houthis tiennent l’équipage international sous la menace d’une arme.

L’un des membres des Houthis crie le slogan du groupe alors qu’il traverse le navire : « Dieu est le plus grand, Mort à l’Amérique, Mort à Israël, Maudits soient les Juifs, Victoire de l’Islam. »

Le navire battant pavillon des Bahamas est immatriculé auprès d’une société britannique, qui appartient en partie au magnat israélien Abraham Ungar. Le navire était loué à une société japonaise au moment du détournement.

Le navire naviguait de la Turquie vers l’Inde avec un équipage civil international, sans aucun Israélien à bord.

Le procureur de l’État fustige la police après l’arrestation de militants pour un cessez-le-feu

Le procureur général Amit Aisman lors de la conférence annuelle de l'Association du barreau israélien, à Tel Aviv, le 4 septembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Le procureur général Amit Aisman lors de la conférence annuelle de l'Association du barreau israélien, à Tel Aviv, le 4 septembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le procureur de l’État, Amit Aisman, a fustigé la police après une récente vague d’arrestations de manifestants antigouvernementaux et de militants appelant à un cessez-le-feu, dans une lettre obtenue par le quotidien Haaretz.

Aisman a mis en avant l’arrestation d’une femme qui avait peint à la bombe « 1 400 » (le nombre du mort en Israël le 7 octobre, depuis revu à la baisse, avec 1 200 morts) près de la maison d’un député du Likud, affirmant que rien ne justifiait cette arrestation.

Le plus haut procureur de l’État a également critiqué les arrestations de dirigeants de la communauté arabe israélienne qui envisageaient de manifester en faveur d’un cessez-le-feu à Gaza.

Aisman a affirmé que ces arrestations n’étaient pas non plus justifiées et que l’accuser d’intention de trahison était tout à fait déplacé.

La police a arrêté il y a 2 semaines 2 terroristes du Hamas qui se cachaient à Rahat depuis le 7/10 – Presse

Les médias israéliens ont rapporté que la police avait arrêté il y a deux semaines deux terroristes du Hamas qui se cachaient dans la ville bédouine de Rahat, dans le sud du pays, après s’être infiltrés en Israël lors de l’attaque du 7 octobre.

Les deux hommes ont été transférés au service de sécurité du Shin Bet pour être interrogés.

La Knesset avance un projet de loi autorisant Tsahal et le Shin Bet à accéder aux caméras de sécurité civiles

Illustration : Une caméra de sécurité. (Crédit : Image par Oliver Peters de Pixabay)
Illustration : Une caméra de sécurité. (Crédit : Image par Oliver Peters de Pixabay)

La Knesset a adopté un projet de loi autorisant Tsahal et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet à s’introduire secrètement dans la technologie de back-end des caméras de surveillance afin d’empêcher ou de contrecarrer l’accès à ces dernières par des acteurs malveillants.

Adoptée en première lecture, cette mesure d’urgence temporaire permet à Tsahal et au Shin Bet d’accéder aux caméras uniquement si le matériel visuel met en danger la sécurité nationale ou les opérations de l’armée israélienne liées à la guerre en cours contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Le projet de loi serait en vigueur pour une période initiale de six mois avec une option de prolongation.

Les écoles de Tel Aviv et du centre d’Israël rouvriront complètement demain

Une salle de classe vide lors d'une grève générale de certaines municipalités et autorités locales, dans une école de Tel Aviv, le 15 mai 2023. (Crédit : Flash90)
Une salle de classe vide lors d'une grève générale de certaines municipalités et autorités locales, dans une école de Tel Aviv, le 15 mai 2023. (Crédit : Flash90)

Les écoles de Tel Aviv, de la maternelle à la Terminale, devraient revenir à la normale demain, selon la municipalité.

La décision survient après que la ville et le reste du centre (Gush Dan), ont été reclassées dimanche comme zones « vertes » par le Commandement du Front Intérieur.

Selon le système de code couleur en place depuis le début de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, les zones « vertes » sont autorisées à organiser des activités scolaires en présentiel sans restrictions.

La ville a été classée « jaune », ce qui signifie que l’enseignement en personne ne pouvait avoir lieu qu’à l’intérieur de certains paramètres de sécurité, notamment un miklat – abri antiatomique – suffisamment grand pour accueillir les élèves et le personnel présents dans l’école.

En pratique, cela signifiait que de nombreuses écoles de la ville fonctionnaient selon un système d’alternance, les élèves ne pouvant aller à l’école que deux ou trois fois par semaine.

Le nouveau président argentin prévoit une visite privée en Israël

Javier Milei, candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances, levant les bras au siège de sa campagne après la fermeture des bureaux de vote lors des élections primaires, à Buenos Aires, en Argentine, le 13 août 2023. (Crédit : Natacha Pisarenko/AP Photo)
Javier Milei, candidat à la présidence de la coalition Liberty Advances, levant les bras au siège de sa campagne après la fermeture des bureaux de vote lors des élections primaires, à Buenos Aires, en Argentine, le 13 août 2023. (Crédit : Natacha Pisarenko/AP Photo)

Le président élu d’Argentine, l’ultralibéral Javier Milei, a indiqué qu’il voyagerait « dans les prochains jours » aux Etats-Unis – à Miami et New York – puis en Israël, des déplacements a titre privé, avant sa prise de fonction le 10 décembre.

Rappelant le Mavi Marmara, un millier de bateaux devraient quitter la Turquie pour Gaza et Ashdod jeudi

Illustration : Le "Freedom", un bateau se dirigeant vers la bande de Gaza dans le cadre d'une flottille défiant les restrictions israéliennes, en juillet 2018. (Crédit : Capture d'écran Press TV/Twitter)
Illustration : Le "Freedom", un bateau se dirigeant vers la bande de Gaza dans le cadre d'une flottille défiant les restrictions israéliennes, en juillet 2018. (Crédit : Capture d'écran Press TV/Twitter)

Un millier de bateaux se rassembleront en Turquie mercredi et se dirigeront vers Gaza pour tenter de briser les restrictions sécuritaires imposées par Israël et perturber le commerce maritime entrant en Israël.

Selon le site d’information turc Haber7, les bateaux transporteront 4 500 personnes originaires de 40 pays, « y compris des Juifs anti-sionistes. » 313 bateaux seront occupés par des activistes russes et 104 autres, par des activistes espagnols. Seuls 12 bateaux turcs se joindront à la flottille.

Volkan Okçu, l’un des organisateurs de l’initiative, a déclaré que la flottille devrait quitter les côtes turques jeudi et a promis qu’elle « suivrait strictement les règles internationales » et qu’elle ne transporterait pas d’armes, afin de ne pas donner à Israël une « excuse » pour intervenir. Elle devrait faire une première escale à Chypre avant de se diriger vers le port israélien d’Ashdod. Certains participants à la flottille emmèneront également leurs conjoints et leurs enfants.

Cette action de protestation rappelle celle de la « flottille de la liberté pour Gaza » en mai 2010. La flottille avait tenté de briser les restrictions maritimes sécuritaires imposées par Israël à la bande de Gaza contrôlée par le groupe terroriste palestinien du Hamas, mais avait été interceptée par la marine israélienne.

Après que le convoi a refusé les ordres de la marine israélienne de prendre la direction d’Ashdod, des commandos israéliens étaient montés à bord de l’un des navires, le Mavi Marmara, qui transportait plus de 600 passagers. Après avoir rencontré une violente résistance, les commandos ont ouvert le feu, tuant dix activistes turcs. Dix soldats israéliens ont également été blessés.

Des ultra-orthodoxes extrémistes harcèlent un réserviste de Tsahal à Bnei Brak

Des résidents ultra-orthodoxes harcelant un soldat israélien de réserve originaire de Netanya, à Bnei Brak, le 20 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran X)
Des résidents ultra-orthodoxes harcelant un soldat israélien de réserve originaire de Netanya, à Bnei Brak, le 20 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran X)

Un groupe de haredim extrémistes scandent des chants haineux et harcèlent un soldat de réserve ultra-orthodoxe dans la ville centrale de Bnei Brak.

Le groupe de jeunes ultra-orthodoxes entoure la voiture du réserviste et renverse des poubelles pour la bloquer, tout en lui hurlant dessus et sur les habitants qui viennent défendre le soldat, selon les images de l’agression.

Le quotidien Israel Hayom rapporte que le soldat est un résident de Netanya qui sert en tant qu’infirmier dans les bases où sont identifiés les corps de ceux qui sont tombés au combat.

La municipalité de Bnei Brak condamne l’attaque, ajoutant que la police est arrivée sur les lieux et a arrêté les personnes soupçonnées d’être impliquées, qui n’étaient vraisemblablement pas des résidents de la ville.

« Bnei Brak chérit et renforce les soldats qui donnent leur vie pour la nation. Ce comportement inapproprié n’a pas et n’aura pas droit de cité dans notre ville. »

Un soldat gravement blessé à Gaza joue « Inta Omri » avec le médecin arabe qui l’a soigné

Mordechaï Shenvald jouant du violon, à l’hôpital Barzilaï, à Ashkelon, le 20 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran X)
Mordechaï Shenvald jouant du violon, à l’hôpital Barzilaï, à Ashkelon, le 20 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran X)

Un soldat israélien grièvement blessé lors de combats à Gaza est filmé en train de jouer une interprétation de la chanson « Inta Omri » de la chanteuse égyptienne Umm Kulthum avec son médecin arabe à l’hôpital Barzilaï, à Ashkelon, qui le soigne depuis une semaine.

Smotrich répète son appel à élargir le cabinet pour inclure un représentant de chaque parti

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich assistant aux funérailles d'un soldat de réserve israélien tué dans le nord d'Israël au cimetière militaire du mont Herzl, à Jérusalem, le 6 novembre 2023. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)
Le ministre des Finances Bezalel Smotrich assistant aux funérailles d'un soldat de réserve israélien tué dans le nord d'Israël au cimetière militaire du mont Herzl, à Jérusalem, le 6 novembre 2023. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich réitère son appel à élargir le cabinet de guerre restreint pour inclure des représentants de chaque parti de la coalition, affirmant que les politiciens qui se sont ralliés contre l’apaisement du Hamas et de l’Autorité palestinienne (AP) devraient faire partie du processus décisionnel en temps de guerre.

Smotrich accuse le cabinet de guerre actuel, composé de trois membres, des politiciens centristes et de droite, de s’en tenir à une conception de la sécurité axée sur l’apaisement « qui, dans une large mesure, nous a amenés à la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui », dans des propos tenus au début de la réunion de la Knesset de son parti HaTzionout HaDatit.

Le chef du parti d’extrême-droite affirme que le cabinet de guerre doit entendre « des opinions qui, jusqu’à présent, n’ont pas été entendues », y compris celles des hommes politiques « qui ont crié pendant des années contre cette conception, qui ont exigé l’élimination du Hamas, y compris la conquête de la bande de Gaza, afin d’éliminer la menace qu’il représente pour l’État d’Israël ».

Avant de rejoindre la politique, Smotrich a été arrêté pour activisme violent contre le désengagement unilatéral du gouvernement de la bande de Gaza en 2005, qui comprenait le déracinement de toute implantation juive dans l’enclave.

Lorsque des journalistes lui demandent s’il serait favorable à la reprise de l’expansion de la présence juive à Gaza, Smotrich répond que « ce n’est pas le moment de s’occuper de cela ». « Nous en discuterons [plus tard]. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre du parti du gouvernement d’urgence Benny Gantz n’ont pas réagi à la demande de Smotrich.

Le ministre d’extrême-droite affirme que si son parti faisait parti du cabinet de haut niveau, il s’opposerait aux transferts de carburant vers Gaza.

« La décision de laisser entrer du carburant dans la bande de Gaza est une grave erreur », déclare-t-il.

Selon Smotrich, la détérioration de la gouvernance et des infrastructures civiles de Gaza permettra une résolution plus rapide de la guerre.

« Je pense que le moyen de gagner la guerre est de soumettre la gouvernance du Hamas à Gaza et, pour ce faire, nous devons effondrer le système étatique de Gaza et interdire tout ce qui peut aider le Hamas à continuer à combattre et à nuire à nos soldats et à nos civils », explique Smotrich.

De nouvelles images des terroristes abattant des fêtards qui tentaient de fuir la rave

Un terroriste du Hamas poursuivant des Israéliens à l'extérieur du kibboutz Alumim, dans le sud d'Israël, le 7 octobre 2023. (Crédit : South First Responders)
Un terroriste du Hamas poursuivant des Israéliens à l'extérieur du kibboutz Alumim, dans le sud d'Israël, le 7 octobre 2023. (Crédit : South First Responders)

De nouvelles images du 7 octobre montrent des terroristes palestiniens du Hamas exécutant deux femmes israéliennes près du kibboutz Alumim, dans le sud d’Israël.

Les participants d’une rave organisée à proximité du kibboutz Reim, à plusieurs kilomètres de là, étaient parvenus à rejoindre les environs d’Alumim après avoir fui l’assaut du Hamas.

La vidéo, publiée par le groupe South First Responders sur Telegram, montre les terroristes surprenant les Israéliens arrivant de l’intérieur d’Alumim.

Les fêtards tentent de s’enfuir, mais les terroristes en rattrapent certains.

Une femme est exécutée par un terroriste du Hamas, tandis qu’une autre s’accroupit sur le sol, effrayée. Le terroriste tire par-dessus la femme sur d’autres personnes qui s’enfuient, avant de l’exécuter à son tour.

Avertissement : images choquantes

300 terroristes interrogés ; des Gazaouis fournissent volontiers des infos sur le Hamas

L'interrogatoire d'un suspect de terrorisme gazaoui par l’agence  de sécurité intérieure du Shin Bet, sur une image publiée le 20 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de l’armée israélienne)
L'interrogatoire d'un suspect de terrorisme gazaoui par l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, sur une image publiée le 20 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de l’armée israélienne)

L’unité 504 du Directorat des Renseignements militaires de Tsahal – spécialisée dans le HUMINT (renseignement humain) – a interrogé au total quelque 500 Palestiniens et a lancé des millions d’appels aux civils pour qu’ils évacuent le nord de Gaza depuis le début des combats dans la bande.

Des dizaines de soldats arabophones de l’unité 504 sont sur le terrain dans la bande de Gaza, aux côtés des unités de combat, pour mener des interrogatoires sur le terrain et fournir des renseignements aux forces israéliennes. L’unité 504 a doublé ses effectifs au cours des combats et a créé une nouvelle sous-unité spécialement pour le sud d’Israël.

Dans un communiqué, Tsahal indique avoir mis en place un centre de détention dans le sud d’Israël afin d’y faire venir les détenus de la bande de Gaza pour les interroger.

Jusqu’à présent, quelque 300 terroristes – du Hamas, du Jihad islamique palestinien et d’autres groupes – et des suspects ont été amenés dans ce centre pour y être interrogés, indique l’armée.

Les terroristes et les suspects ont fourni aux interrogateurs l’emplacement des réseaux de tunnels et des dépôts d’armes du Hamas, ainsi que des détails sur les méthodes d’opération du groupe terroriste, notamment l’utilisation de boucliers humains.

« Chaque enquête conduit à l’incrimination de nouveaux sites, et les renseignements humains qui en résultent constituent une couche indissociable de l’ensemble des renseignements », déclare un officier supérieur de l’unité 504.

Tsahal publie trois vidéos montrant des détenus expliquant en détail aux interrogateurs de l’unité 504 l’utilisation d’hôpitaux par le Hamas à des fins terroristes. Les hommes décrivent comment ils se sont cachés dans les hôpitaux Shifa et Rantisi, dans le bâtiment de la Croix-Rouge et dans d’autres centres hospitaliers, alors que le Hamas utilisait ces sites pour lutter contre Tsahal.

L’unité 504 dispose également de sources dans la bande de Gaza qui fournissent des informations traduites en renseignements pour les forces terrestres.

« Nous avons reçu des milliers d’appels téléphoniques de [Palestiniens désireux de fournir des informations] à une échelle jamais vue dans l’unité. Il est évident que les habitants de la bande de Gaza ne sont pas satisfaits du comportement barbare du Hamas. Le citoyen ordinaire comprend que le Hamas est en train d’infliger aux habitants de Gaza un désastre dont ils auront du mal à se remettre », ajoute l’officier supérieur.

Dans le cadre des efforts déployés par Tsahal pour évacuer les Palestiniens du nord de la bande de Gaza pendant l’incursion terrestre, l’unité 504 a passé plus de 30 000 appels, envoyé plus de 10 millions de SMS et plus de 9 millions de messages vocaux aux civils de Gaza. L’armée a également largué quelque quatre millions de tracts avertissant les Palestiniens des dangers de rester dans le nord de Gaza.

Tsahal affirme que l’évacuation du nord de la bande de Gaza lui permet de mener des frappes plus lourdes et d’opérer plus largement dans la région contre les infrastructures du Hamas. Les frappes aériennes se poursuivent parallèlement dans le sud de la bande de Gaza, seule la petite zone d’al-Mawasi, le long de la côte, ayant été déclarée « zone de sécurité » par l’armée.

Le Hamas revendique la salve de roquettes qui vient d’être tirée sur le centre d’Israël

Des personnes quittant leur véhicule pour se mettre à l'abri lors d'une attaque de roquettes palestiniennes depuis la bande de Gaza, le long de l'autoroute Ayalon, à Tel Aviv, le 24 octobre 2023. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)
Des personnes quittant leur véhicule pour se mettre à l'abri lors d'une attaque de roquettes palestiniennes depuis la bande de Gaza, le long de l'autoroute Ayalon, à Tel Aviv, le 24 octobre 2023. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)

Des sirènes de roquettes ont retenti dans tout le centre d’Israël, y compris à Tel Aviv, à la suite d’un barrage de roquettes lancées depuis la bande de Gaza.

Le Hamas revendique ces tirs.

Il s’agit de la première attaque à la roquette contre le centre d’Israël depuis vendredi.

Il n’y a pas de blessés ni de dégâts signalés dans l’immédiat.

Deri : Netanyahu restera au pouvoir, invite Lapid à rejoindre le gouvernement

Le chef du Shas, le député Aryeh Deri, lors d'une réunion de la faction du Shas à la Knesset, le 23 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef du Shas, le député Aryeh Deri, lors d'une réunion de la faction du Shas à la Knesset, le 23 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef du parti Shas, Aryeh Deri, fustige le chef de l’opposition, Yair Lapid, qui a appelé à remplacer le Premier ministre Benjamin Netanyahu par un autre législateur du Likud afin de former un gouvernement d’unité plus large pour guider le pays à travers la guerre.

« Quiconque fait de la politique ou cherche à marquer des points politiques porte gravement atteinte au peuple d’Israël et nuit à nos soldats », a déclaré Deri dans des remarques adressées à la presse avant une réunion de la faction.

« Assez, laissez la politique de côté. Nous ne changerons pas de Premier ministre. Je demande à Lapid et à Avigdor Liberman, président de Yisrael Beytenu, de rejoindre le gouvernement », a-t-il ajouté.

La Knesset approuve des fonds destinés à la reconstruction et aux abris pour les Bédouins

Photo d'illustration : Une maison détruite lorsque les terroristes du Hamas étaient entrés au kibboutz Beeri et dans 30  autres communautés voisines dans le sud d'Israël, le 7 octobre. Photo prise le 25 octobre 2023. (Crédit : Edi Israel/Flash90)
Photo d'illustration : Une maison détruite lorsque les terroristes du Hamas étaient entrés au kibboutz Beeri et dans 30 autres communautés voisines dans le sud d'Israël, le 7 octobre. Photo prise le 25 octobre 2023. (Crédit : Edi Israel/Flash90)

La commission des Finances de la Knesset a approuvé un montant de 1,15 milliard de shekels pour créer l’Autorité Tekuma, récemment formée, qui sera chargée de reconstruire les communautés frontalières de Gaza dévastées par l’attaque terroriste du Hamas du 7 octobre.

Les fonds sont prélevés sur le budget 2023 ; leurs sources n’ont pas été divulguées et seront consacrés à « l’aide d’urgence aux communautés proches de la bande de Gaza, à l’aide aux villes d’Ofakim et d’Ashkelon, et aux autorités qui absorbent les populations évacuées », selon un communiqué de la commission des Finances.

La commission des Finances a en outre approuvé l’octroi de 50 millions de shekels pour la création d’abris dans les villes bédouines du sud du Neguev et pour l’installation de 250 portails Internet par satellite afin de permettre l’apprentissage à distance et la connectivité dans les abris, entre autres dépenses d’urgence.

Lapid: Les extrémistes de la coalition, une « insulte » aux familles des otages et à l’État

Le leader de l'opposition et chef du parti Yesh Atid, Yair Lapid, s'exprime lors d'une réunion de faction à la Knesset à Jérusalem, le 20 novembre 2023 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le leader de l'opposition et chef du parti Yesh Atid, Yair Lapid, s'exprime lors d'une réunion de faction à la Knesset à Jérusalem, le 20 novembre 2023 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef de l’opposition, Yair Lapid, a déclaré que les extrémistes de la coalition avaient eu un comportement « honteux » lors du débat tenu aujourd’hui à la Knesset sur l’adoption d’une loi prévoyant la peine de mort pour les actes de terrorisme, au cours duquel les législateurs se sont livrés à des échanges violents avec les familles d’otages.

Lapid a qualifié cette discussion de « honteuse, de déshonneur et d’insulte terrible non seulement pour les familles des otages, mais aussi pour l’État d’Israël tout entier ».

« C’est ce qui arrive lorsque l’on prend les personnes les plus folles et les plus extrémistes du pays et qu’on les place au pouvoir », a-t-il ajouté.

« Quand comprendrez-vous qu’un véritable désastre a eu lieu ici » le 7 octobre, « et qu’il est impossible de continuer comme ça », a ajouté Lapid s’adressant à la quarantaine de ministres du cabinet, mêlant ses critiques à un ensemble plus large de préoccupations nationales sur la nécessité de canaliser les ressources vers l’effort de guerre.

Selon lui, l’économie, l’éducation et les besoins fondamentaux de plus de 100 000 Israéliens évacués de leurs maisons près des frontières de Gaza ou du Liban n’ont toujours pas été pris en compte de manière adéquate, plus de six semaines après l’attaque brutale du Hamas et la guerre qu’elle a déclenchée.

« C’est un gouvernement qui ne fonctionne pas et un Premier ministre qui ne fonctionne pas, en qui le public a perdu toute confiance », a indiqué Lapid, ajoutant que « nous avons besoin d’un Premier ministre opérationnel en temps de guerre ».

Il a ajouté que « si les motivations n’étaient pas politiques, nous aurions un [nouveau] budget pour 2024, nous aurions un gouvernement beaucoup plus restreint et plus efficace, nous aurions des ministres fonctionnels dans des ministères fonctionnels ».

Lapid a tenu ces propos depuis la salle de conférence de la Knesset de son parti Yesh Atid, que le parti a recouvert la semaine dernière d’affiches représentant les près de 240 otages dont la présence à Gaza a été confirmée.

« L’État d’Israël est avant tout tenu de rapatrier les otages », a-t-il déclaré, ajoutant qu’à cette fin, le groupe terroriste du Hamas serait renversé.

Le réfectoire du kibboutz Beeri ouvre pour la 1ère fois depuis le 7 octobre

Le réfectoire communal du kibboutz Beeri ouvre pour la première fois depuis le massacre du 7 octobre, le 20 novembre 2023 (Crédit : Capture d'écran, utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Le réfectoire communal du kibboutz Beeri ouvre pour la première fois depuis le massacre du 7 octobre, le 20 novembre 2023 (Crédit : Capture d'écran, utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Quarante-cinq jours après le massacre du 7 octobre, le réfectoire communal du kibboutz Beeri a rouvert pour la première fois.

Le kibboutz Beeri a été l’une des communautés les plus durement touchées lorsque 3 000 terroristes ont franchi la frontière de Gaza et se sont déchaînés sur les communautés frontalières, massacrant près de 1 200 personnes et en kidnappant environ 240, se livrant à des actes de brutalité et de cruauté inimaginables.

Plus d’une centaine de membres du kibboutz ont été massacrés et des dizaines d’autres ont été enlevés et emmenés à Gaza comme otages.

Miri, une membre du kibboutz, raconte à la chaîne publique Kan que les images de la salle à manger ayant retrouvé son usage à Beeri étaient particulièrement émouvantes.

« C’est vraiment très émouvant de voir ces images. La salle à manger est riche en couleurs et en éclats, pleine de gens, et les néons sont allumés », dit-elle.

La communauté a été en grande partie évacuée après l’assaut, mais un certain nombre de personnes sont restées sur place pour répondre aux besoins agricoles de base, ainsi qu’une unité de défense civile.

Le premier hôpital de campagne, venu de Jordanie, entre à Gaza

Un convoi d'aide transportant un hôpital de campagne jordanien entre dans la bande de Gaza par le point de passage de Rafah avec l'Égypte, le 20 novembre 2023. (Crédit : Mohammed ABED / AFP)
Un convoi d'aide transportant un hôpital de campagne jordanien entre dans la bande de Gaza par le point de passage de Rafah avec l'Égypte, le 20 novembre 2023. (Crédit : Mohammed ABED / AFP)

Un hôpital de campagne et des soignants venus de Jordanie sont entrés lundi à Gaza, ont indiqué des responsables médicaux du territoire palestinien.

Quarante camions contenant les équipements de cet hôpital et 170 soignants et techniciens jordaniens sont entrés depuis l’Egypte par le terminal de Rafah, ont précisé ces responsables.

Le ministère de la Santé du Hamas fait actuellement état de 30.000 blessés à Gaza.

« Cet hôpital sera monté à Khan Younès », dans le sud de la bande de Gaza, « car la situation est catastrophique dans les hôpitaux du sud, qui reçoivent des centaines de blessés chaque jour du fait des bombardements aériens et de l’artillerie qui continuent », a expliqué à l’AFP Mohammed Zaqout, directeur général des hôpitaux de la bande de Gaza.

Les responsables médicaux à Gaza assurent que deux autres hôpitaux de campagne pourraient suivre, envoyés par les Emirats arabes unis et le Qatar.

 

Espagne : Une politicienne qui défend le massacre du Hamas nommée ministre

Sira Rego s'adresse au Parlement européen lors d'une session plénière pour élire son nouveau président à Strasbourg le 18 janvier 2022. (Crédit : PATRICK HERTZOG / AFP)
Sira Rego s'adresse au Parlement européen lors d'une session plénière pour élire son nouveau président à Strasbourg le 18 janvier 2022. (Crédit : PATRICK HERTZOG / AFP)

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a nommé au poste de ministre du cabinet une législatrice d’extrême gauche qui, le 7 octobre, a justifié le meurtre de près de 1 200 Israéliens par le Hamas et a qualifié de « génocide » l’attaque d’Israël contre le Hamas.

Fighting Online Antisemitism, une organisation à but non lucratif basée en Israël, a appelé Sánchez à démettre Sira Rego de son poste de ministre de la Jeunesse et de l’Enfance « en raison de son soutien au terrorisme ».

Rego publie chaque jour des dizaines de publications sur X, où elle condamne les actions d’Israël et met en avant les souffrances des Palestiniens.

Le 7 octobre, elle a publié : « La #Palestine a le droit de résister après avoir enduré des décennies d’occupation, d’apartheid et d’exil. Face à ceux qui défendent aujourd’hui un retour à la punition collective en bombardant la bande de Gaza, il est urgent de défendre le droit international. La seule solution est la fin de l’occupation ».

La publication est horodatée à 14h23 HEC, or, à cette heure-là, avaient déjà émergé les récits détaillés des massacres et tortures à grande échelle auxquels se livraient les terroristes du Hamas depuis environ huit heures dans les villes et villages israéliens avoisinant la bande de Gaza. La déclaration est en outre antérieure à toute action de représailles majeure d’Israël contre le Hamas.

Par la suite, Rego a qualifié de « génocide » les attaques d’Israël contre le Hamas, le premier ayant juré de renverser le régime en place dans la bande de Gaza. Selon les chiffres des autorités contrôlées par le Hamas, qui ne font pas de distinction entre civils et terroristes et ne peuvent être vérifiés de manière indépendante, près de 13 000 personnes ont été tuées dans la bande de Gaza.

Le nouveau gouvernement espagnol devrait compter 22 ministres. Il est le fruit de plus de quatre mois de négociations pour former une coalition, qui a abouti à une alliance entre le parti socialiste de Sánchez, le parti d’extrême gauche Sumar et deux factions catalanes séparatistes, dont l’inclusion dans le gouvernement suscite de profondes divisions parmi les citoyens espagnols.

Tsahal: 3 drones kamikazes et 25 roquettes lancés par le Hezbollah en 1 heure

L’armée israélienne affirme que depuis une heure, 25 roquettes et trois drones kamikazes ont été lancés par le Hezbollah depuis le Liban sur plusieurs sites le long de la frontière.

Plusieurs des roquettes ont été interceptées par le Dôme de fer, et d’autres ont atterri dans des zones ouvertes.

Les trois drones chargés d’explosifs ont touché un poste de Tsahal à la frontière.

Tsahal affirme qu’il n’y a pas eu de blessés dans ces attaques, et qu’elle répond par des tirs d’artillerie sur les sources des tirs.

Tsahal a également indiqué avoir frappé une cellule du Hezbollah qui prévoyait de mener une attaque au missile antichar depuis le village libanais de Marwahin. Des avions de chasse, des hélicoptères de combat et des chars ont frappé d’autres sites du Hezbollah dans le sud du Liban, en réponse aux attaques répétées contre le nord d’Israël.

L’Afrique du Sud présidera une réunion des Brics sur la guerre Israël/Hamas, avec Poutine

L’Afrique du Sud présidera mardi une réunion extraordinaire virtuelle des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) « sur la situation à Gaza et au Proche-Orient », a annoncé lundi la présidence sud-africaine dans un communiqué.

Le président russe Vladimir Poutine y participera, a de son côté indiqué le Kremlin.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, « en tant que président du groupe des nations des Brics », convoque « une réunion conjointe extraordinaire » sur la situation à Gaza, mardi à 12H00 GMT.

Les autres chefs d’Etat des Brics participeront à cette réunion virtuelle, ainsi que les dirigeants des pays invités, lors du récent sommet du groupe à Johannesburg, à le rejoindre dès janvier prochain, à savoir l’Arabie Saoudite, l’Argentine, l’Egypte, l’Ethiopie, l’Iran et les Emirats arabes réunis.

Le président sud-africain, qui a demandé vendredi une enquête à la Cour pénale internationale (CPI) sur la guerre actuelle entre Israël et la bande de Gaza, avec quatre autre Etats, ouvrira cette réunion des Brics, où chacun des autres pays, membres ou invités, devrait ensuite s’exprimer, précise le communiqué de Pretoria.

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres participera également à cette réunion, à l’issue de laquelle les dirigeants « devraient adopter une déclaration commune sur la situation au Proche-Orient, en particulier à Gaza ».

Le gouvernement sud-africain a annoncé début novembre rappeler ses diplomates en poste en Israël pour des consultations, pour « signaler » son « inquiétude » face aux « atrocités » commises selon lui par Israël à Gaza.

Pretoria a récemment voté sur la rétrogradation de ses liens avec Israël et l’ANC, son parti au pouvoir, s’est dit favorable à la fermeture de l’ambassade israélienne dans le pays.

Appel Macron-Xi: la France appelle la Chine à accroître son aide aux Palestiniens

La Chine doit « contribuer nettement plus » à l’aide humanitaire fournie par l’ONU aux civils palestiniens, a affirmé lundi la présidence française après un appel entre Emmanuel Macron et son homologue chinois Xi Jinping.

A ce jour, le soutien de Pékin à l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) « est extrêmement limité, de l’ordre d’environ un million de dollars par an, et nous encourageons donc au plus haut niveau les autorités chinoises à faire beaucoup plus », a dit l’Elysée à des journalistes.

Paris appelle aussi Pékin, « qui est peu ou prou le premier partenaire commercial de chaque pays du Moyen-Orient », à « pouvoir aussi utiliser cette influence afin d’éviter toute escalade » dans le conflit entre Israël et le groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas.

La riposte israélienne à Gaza conduit « à l’extrémisme », selon le président de l’Union africaine

Le président des Comores et président de l'Union africaine Azali Assoumani s'exprime lors d'une conférence de presse à la Chancellerie à Berlin le 20 novembre 2023, lors de la conférence Compact with Africa du G20. (Crédit : Tobias SCHWARZ / AFP)
Le président des Comores et président de l'Union africaine Azali Assoumani s'exprime lors d'une conférence de presse à la Chancellerie à Berlin le 20 novembre 2023, lors de la conférence Compact with Africa du G20. (Crédit : Tobias SCHWARZ / AFP)

Le président de l’Union africaine a condamné lundi la riposte israélienne à Gaza suite aux attaques sanglantes du groupe terroriste du Hamas du 7 octobre, jugeant qu’elle n’était « pas excusable » au vu des victimes civiles et qu’elle conduirait à nourrir « l’extrémisme ».

Les actes du Hamas sont « condamnables (…) mais la riposte n’est pas excusable », a déclaré Azali Assoumani lors d’une conférence de presse à Berlin. « Imaginez un enfant qui a vu sa maman, qui a vu son père tué (…), ça crée l’extrémisme », a-t-il ajouté.

Des images de drone montreraient l’armée faisant sauter un réseau de tunnels à Gaza

Une première explosion alors que Tsahal fait sauter un réseau de tunnels à Beit Hanoun, au nord de Gaza, dans des images diffusées le 19 novembre 2023 (Crédit : Capture d'écran/Kan TV ; utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Une première explosion alors que Tsahal fait sauter un réseau de tunnels à Beit Hanoun, au nord de Gaza, dans des images diffusées le 19 novembre 2023 (Crédit : Capture d'écran/Kan TV ; utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Une vidéo publiée en ligne montrerait Tsahal procédant à la démolition d’un réseau de tunnels du Hamas à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza.

Les images de drone, publiées par la chaîne publique Kan, montrent d’abord une explosion unique avant une série d’explosions synchronisées, apparemment à toutes les entrées de tunnel trouvées par les troupes.

Les explosions se propagent le long du complexe souterrain alors que Tsahal fait sauter un réseau de tunnels à Beit Hanoun, au nord de Gaza, dans des images publiées le 19 novembre 2023. (Crédit : Screenshot/Kan TV ; utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Un nuage de poussière s’élève au-dessus de la zone.

De la fumée s’élève au-dessus d’un complexe souterrain alors que Tsahal fait sauter un réseau de tunnels à Beit Hanoun, au nord de Gaza, dans des images diffusées le 19 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran/Kan TV ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d’auteur)

On ne sait pas exactement quand la vidéo a été prise, car elle n’a pas officiellement été diffusée par Tsahal.

L’armée israélienne a déclaré avoir démoli des centaines d’entrées de tunnels dans le nord de la bande de Gaza dans le cadre de son offensive terrestre.

Liberman soutient la peine de mort pour les terroristes, critique le timing de la Knesset

Le chef du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, tenant une réunion de faction, à la Knesset, le 16 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/FLASH90)
Le chef du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, tenant une réunion de faction, à la Knesset, le 16 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/FLASH90)

Le président de Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, a affirmé que son parti continuait à soutenir la peine de mort pour les terroristes, mais a critiqué le moment choisi pour débattre de cette question à la Knesset.

« Il est clair que ce débat n’aurait pas dû avoir lieu aujourd’hui », a dit Liberman, notant qu’aucune partie du projet de loi n’a été soumise au vote.

Plusieurs membres de familles d’otages ont supplié les législateurs de suspendre le projet de loi jusqu’à ce que leurs proches soient ramenés de Gaza.

Yisrael Beytenu a déposé une version d’un projet de loi sur la peine de mort pour les terroristes dès 2015, dit-il.

Liberman a réaffirmé sa position sur le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui selon lui opère sur la base de « conceptions erronées », dans une « tentative d’acheter la sécurité par la tranquillité et en essayant de ne provoquer personne ».

« Cette même conception erronée reste la conception dominante… dans les milieux étatiques et diplomatiques », déclare Liberman, ajoutant que les ministres HaMahane HaMamlahti et Gadi Eisenkot font « partie intégrante » de cette approche.

« Quelle autre ligne rouge doit être franchie », a-t-il demandé, avant que le gouvernement ne modifie son approche des ennemis et de la guerre en cours ?

« Le directeur de l’hôpital Shifa n’est pas un médecin, c’est le docteur Mengele », ajoute-il.

« Il est impossible qu’il n’ait pas su ce qui s’y est passé », a poursuivi Liberman, affirmant que l’hôpital a été le théâtre d’exécutions, a abrité des tunnels et des infrastructures terroristes – des accusations également soutenues par l’armée israélienne.

Ben Gvir interpellé par un proche d’une otage après la publication d’une photo

Le ministre de la Sécurité nationale d’extrême-droite, Itamar Ben Gvir, a publié une photo où il étreint le proche d’une otage détenue à Gaza pendant une session animée, à la Knesset, qui était consacrée à une proposition visant à autoriser la peine capitale pour les terroristes.

Dans une furieuse altercation, les députés d’Otzma Yehudit s’en sont pris aux membres des familles des otages après que ces dernières ont fait part de leur désaccord avec le projet de loi – craignant qu’un tel texte n’entraîne de graves conséquences pour leurs proches détenus en captivité.

Peu après, Ben Gvir a publié une photo où il étreint Gil Dickmann, réaffirmant que sa formation fera avancer le projet de loi tout en soutenant les familles des otages.

Dickmann, cousin de Carmel Gat, qui se trouve entre les mains du Hamas depuis le 7 octobre, a éclaté en sanglots durant la session, suppliant Ben Gvir de ne pas promouvoir cette législation sur la peine de mort.

Il a écrit sur X – anciennement Twitter – avoir demandé au ministre de ne pas le prendre dans ses bras :

« Ne me touchez pas

Mon regard ici dit tout.
Je vous l’ai dit :
Ne me prenez pas dans vos bras
Mais vous m’avez pris dans vos bras.
Je vous ai dit :
Ne mettez pas ceux que nous aimons en péril
Mais vous l’avez fait.
Tout pour la photo.

Itamar Ben Gvir – Vous n’avez aucune limite.
Tout le monde voit bien que vous faites votre cirque sur le sang de nos familles.
Ce n’est pas trop tard.
Arrêtez. »

Une image montrerait les soldats ayant capturé le tribunal du Hamas à Gaza

Photo non-datée qui montrerait les soldats de la brigade Nahal de Tsahal aux abords du tribunal du Hamas à Gaza city. (Capture d'écran/Used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)
Photo non-datée qui montrerait les soldats de la brigade Nahal de Tsahal aux abords du tribunal du Hamas à Gaza city. (Capture d'écran/Used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

Une image circulant sur les réseaux sociaux montre les soldats de la Brigade Nahal de Tsahal aux abords du tribunal du Hamas dans la bande de Gaza, après avoir capturé le site.

Les militaires brandissent le drapeau israélien.

Il est difficile de déterminer de manière exacte le moment où le cliché a été pris.

Une base de Tsahal endommagée par des roquettes lancées du Liban par le Hezbollah

Des images publiées sur les réseaux sociaux montrent d’importants dégâts à la base de Tsahal à Biranit, dans le nord d’Israël, à la suite d’une attaque à la roquette du Hezbollah depuis le Liban.

Tsahal a confirmé que des roquettes ont été tirées sur la base, provoquant un incendie.

L’attaque n’a pas fait de blessés.

Netanyahu et Smotrich approuvent la prolongation du mandat du directeur de la Banque d’Israël

Le gouverneur de la Banque d'Israël, Amir Yaron, parle devant le public de la conférence de l'institut Aaron de politique économique à l'université Reichman, le 13 juin 2023. (Crédit : Oren Shalev)
Le gouverneur de la Banque d'Israël, Amir Yaron, parle devant le public de la conférence de l'institut Aaron de politique économique à l'université Reichman, le 13 juin 2023. (Crédit : Oren Shalev)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances Bezalel Smotrich ont accepté de prolonger le mandat du gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron, pour un nouveau mandat de cinq ans.

La décision sera soumise à l’approbation du gouvernement.

Yaron, dont le mandat s’achève le 23 décembre, devait prendre une décision quant à la poursuite de son mandat pour cinq années supplémentaires après les fêtes du Nouvel An juif, qui se sont achevées le jour où la guerre a éclaté à la suite de l’assaut violent du groupe terroriste Hamas.

Le Technion invite étudiants et professeurs victimes d’antisémitisme à rejoindre l’institut

Vue du campus du Technion – Institut de technologie d'Israël, dans la ville de Haïfa, dans le nord d'Israël, le 19 février 2019. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Vue du campus du Technion – Institut de technologie d'Israël, dans la ville de Haïfa, dans le nord d'Israël, le 19 février 2019. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

L’une des principales universités israéliennes, le Technion – Israel Institute of Technology, a invité les étudiants, chercheurs et enseignants du monde entier à poursuivre leurs travaux en Israël.

« Suite à la montée de l’antisémitisme et de la rhétorique anti-israélienne dans le monde, le Technion invite les étudiants de premier et deuxième cycles ainsi que les professeurs résidant à l’étranger à venir sur nos campus à Haïfa pour y mener leurs recherches, enseigner et apprendre », a indiqué l’université dans un communiqué.

L’invitation s’adresse aux professeurs, aux chercheurs en post-doctorat et aux étudiants actuels et potentiels de tous niveaux des universités étrangères, sous réserve d’une procédure de candidature et d’approbation. En raison de la guerre entre Israël et le Hamas, le début de l’année universitaire au Technion, comme dans la plupart des autres universités de recherche du pays, a été repoussé jusqu’au 24 décembre au plus tôt.

En raison du climat qui règne actuellement sur les campus du monde entier, « de nombreux étudiants et chercheurs juifs et israéliens font actuellement l’objet de menaces physiques et verbales qui les amènent à réfléchir à deux fois sur tout ce qu’ils font et les empêchent de participer aux activités académiques dans ces institutions… Nous avons annoncé un programme pour l’intégration rapide des étudiants et des membres du corps enseignant du monde entier qui cherchent un refuge académique en ces temps difficiles », a déclaré le président du Technion, le professeur Uri Sivan.

Lapid: « Honte » au député d’extrême droite qui a hurlé sur les parents des otages de Gaza !

Le chef de l'opposition Yaïr Lapid lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, le 26 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Le chef de l'opposition Yaïr Lapid lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, le 26 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le chef de l’opposition Yair Lapid a réagi aux incidents survenus à la Knesset lorsque des membres du parti d’extrême droite Otzma Yehudit ont hurlé sur les familles d’otages détenus à Gaza.

Les familles qui se trouvaient à la Knesset avaient supplié le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, de ne pas avancer de projet de loi prévoyant la peine de mort pour les terroristes, craignant les répercussions graves qu’une telle loi pourrait avoir sur leurs proches en captivité.

« Les familles des personnes kidnappées crient leur douleur et la douleur de tout un pays. Il n’y a pas de limite à la bassesse des membres de la coalition qui font la morale à ces familles », a écrit Lapid sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter.

« Ce qu’a fait Almog Cohen aujourd’hui restera à jamais dans les mémoires. Il devrait avoir honte », a ajouté Lapid.

Cohen a crié aux parents qu’ils n’avaient pas le « monopole » de la douleur.

Après ses accusations mensongères, l’AP dit « la priorité est de ne pas se quereller »

Nabil Abu Rudeineh, porte-parole du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, s'exprime lors d'une conférence de presse dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 5 décembre 2017. (Crédit : Flash90)
Nabil Abu Rudeineh, porte-parole du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, s'exprime lors d'une conférence de presse dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 5 décembre 2017. (Crédit : Flash90)

L’Autorité palestinienne (AP) a réagi au discours prononcé hier soir par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a reproché à l’Autorité palestinienne de porter de fausses accusations contre Israël selon lesquelles ce dernier aurait perpétré le massacre du 7 octobre lors d’une rave en plein air dans le sud d’Israël.

Dans un communiqué publié par le porte-parole de la présidence de l’AP, Nabil Abu Rudeineh, Ramallah a déclaré que « la priorité en ce moment […] n’est pas de s’engager dans des prises de bec et des questions insignifiantes qui ne méritent pas de réponse », ajoutant que « les propos de Netanyahu depuis le début de l’agression prouvent que ce gouvernement cherche à perpétuer son occupation de tous les territoires palestiniens ».

« Les efforts du Président Abbas consistent en ce moment à mettre fin aux agressions israéliennes barbares contre le peuple palestinien et ses lieux saints à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem », a ajouté Abou Rudeineh.

Le ministère des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne a en outre accusé Israël de fabriquer des documents médiatiques pour justifier son offensive contre la bande de Gaza.

Hier, le ministère des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne avait affirmé à tort que l’armée israélienne était responsable de la mort de tous les participants à la rave près du kibboutz Reim lors de l’assaut du Hamas le 7 octobre. Cette affirmation provient d’un détail tiré d’un article du quotidien Haaretz publié samedi, qui a été largement repris dans la presse arabe et partagé sur les réseaux sociaux, déformé et sorti de son contexte.

Dans une vidéo publiée dimanche en hébreu et en anglais, Netanyahu a répondu durement à cette accusation, la qualifiant de « complètement absurde » et « d’inversion complète de la vérité. »

Netanyahu a également déclaré que le président de l’AP, Mahmoud Abbas, « qui a nié par le passé l’existence de la Shoah, nie aujourd’hui l’existence du massacre du Hamas et c’est inacceptable. »

Suite à la réaction israélienne, le ministère des Affaires étrangères de l’AP a supprimé son communiqué de ses comptes de réseaux sociaux dimanche soir, mais la presse israélienne a déclaré qu’il avait été envoyé sous forme de document aux diplomates et à l’ONU.

Le ministre des Affaires étrangères de l’AP n’a pas encore réagi à une demande de commentaire.

Chaos à la Knesset : des élus d’extrême droite hurlent sur les familles d’otages

Le député d'Otzma Yehudit Almog Cohen hurle sur les Israéliens dont les membres de la famille sont retenus en otage à Gaza, à la Knesset le 20 novembre 2023 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le député d'Otzma Yehudit Almog Cohen hurle sur les Israéliens dont les membres de la famille sont retenus en otage à Gaza, à la Knesset le 20 novembre 2023 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Lors d’un échange tendu, des députés du parti d’extrême droite Otzma Yehudit ont vociféré contre des membres de familles d’otages détenus par le Hamas à Gaza, lorsque ces derniers ont exprimé leur opposition au projet de loi d’Otzma Yehudit sur la peine de mort pour les terroristes, craignant qu’une telle loi n’ait de graves répercussions sur leurs proches en captivité.

« Arrêtez de parler de tuer des Arabes et commencez à parler de sauver des Juifs », s’est exclamé le parent d’un des otages dont la femme et la fille ont été capturées, lors d’une audience de la commission de la Sécurité nationale de la Knesset, qui prépare le projet de loi.

« Vous n’avez pas le monopole de la douleur », a hurlé en retour Almog Cohen (Otzma Yehudit). « Nous avons également enterré plus de 50 amis. »

« Mon ami est un otage à Gaza, et il n’a d’ailleurs jamais entendu parler de vous. Ne dites pas que nous voulons tuer des Arabes. Ce n’est pas nous qui sommes allés les tuer ce Shabbat [7 octobre], c’est eux qui sont venus nous tuer », a-t-il ajouté.

Limor Son Har Melech (Otzma Yehudit) a crié aux parents des otages : « Vous réduisez d’autres familles au silence ». L’audience a ensuite sombré dans le chaos le plus total, chaque partie criant sur l’autre au sujet de la législation controversée.

Plus tôt, Tzvika Fogel (Otzma Yehudit), Président de la commission, a déclaré que chaque terroriste du Hamas « est un Eichmann », en référence au criminel de guerre nazi Adolf Eichmann qui a été condamné en Israël pour crimes contre l’humanité et crimes contre le peuple juif, et qui a été pendu.

Fogel a accusé tous ceux qui s’opposent à la législation de « représenter le Hamas plus qu’ils ne représentent l’État d’Israël ».

Interrogé plus tôt par un membre de la famille d’un otage qui lui demandait s’il pensait que les familles étaient instrumentalisées, Fogel avait répondu : « Je pense que le Hamas essaie de vous exploiter, oui. Et je ne le suggère pas, je le dis ouvertement ».

Nous n’avons pas besoin de nourrir ces bêtes, nous n’avons pas besoin de continuer à élever ce monstre… Cette [législation] n’est pas en contradiction avec l’objectif de ramener les otages. Et quiconque tente de la présenter comme une contradiction représente davantage le Hamas que l’État d’Israël. »

Xi et Macron évoquent le conflit Israël-Hamas dans un appel téléphonique

Les présidents chinois Xi Jinping et français Emmanuel Macron ont évoqué lundi le conflit Israël-Hamas dans un appel téléphonique, disant vouloir « éviter une crise humanitaire plus grave », selon la télévision d’Etat chinoise.

« Les deux chefs d’État ont échangé leurs points de vue sur le conflit israélo-palestinien et estiment tous deux que la priorité absolue est d’éviter une nouvelle détérioration de la situation entre la Palestine et Israël, en particulier pour éviter une crise humanitaire plus grave », selon le compte-rendu de CCTV.

Tsahal annonce la mort du sergent-chef Eytan Dishon de Jérusalem à Gaza

Le sergent-chef Eytan Dishon. (Autorisation)
Le sergent-chef Eytan Dishon. (Autorisation)

L’armée israélienne a annoncé la mort d’un soldat tué lors de combats dans le nord de la bande de Gaza, portant à 66 le nombre de morts dans le cadre de l’offensive terrestre contre le Hamas.

Il s’agit du sergent-chef Eytan Dishon, 21 ans, de l’unité de reconnaissance de la brigade Givati, originaire de Jérusalem.

Pour la Journée mondiale de l’enfance, Israël publie des photos d’enfants détenus à Gaza : « Regardez les bien tous »

Les enfants et les bébés enlevés le 7 octobre et retenus en otage par des terroristes dans la bande de Gaza (Crédit : Compte Twitter officiel d'Israël)
Les enfants et les bébés enlevés le 7 octobre et retenus en otage par des terroristes dans la bande de Gaza (Crédit : Compte Twitter officiel d'Israël)

Alors que le monde entier marque la Journée mondiale de l’enfance, le compte X officiel de l’État d’Israël a publié les photos des bébés et des enfants retenus à Gaza par des terroristes.

« Regardez chacun de leurs visages. Ce sont les bébés, les enfants en bas âge et les enfants retenus en otage par les terroristes du Hamas à Gaza », peut-on lire dans le communiqué.

« Ils devraient être avec leurs familles. Pas dans une pièce sombre quelque part à Gaza. Ramenez-les chez eux », lit-on encore.

Une quarantaine d’enfants et de bébés figurent parmi les plus de 240 otages qui ont été emmenés à Gaza lors de l’assaut barbare, le 7 octobre, des communautés du sud d’Israël par le Hamas, au cours de laquelle 3 000 terroristes ont franchi la frontière et assassiné quelque 1 200 personnes, dont une majorité de civils, en se livrant à des exactions d’une grande brutalité.

En réponse, Israël a juré d’éliminer le groupe terroriste dans le cadre d’une campagne militaire qui, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas, aurait tué 13 000 personnes à Gaza, dont des milliers d’enfants. Ces chiffres ne peuvent être vérifiés de manière indépendante.

Outre les personnes enlevées à Gaza, une otage a accouché alors qu’elle était détenue dans la bande de Gaza.

Tsahal diffuse des images de frappes sur des postes d’observation du Hamas

De nouvelles images diffusées par l’armée israélienne montrent des frappes sur des postes d’observation du Hamas dans la bande de Gaza, identifiés par la 414e unité du Corps de défense des frontières.

La vidéo montre également l’unité en train de localiser un tunnel du Hamas.

Un certain nombre de femmes soldats de l’unité, connues en hébreu sous le nom de tatzpitaniyot, ont été tuées et prises en otage par le Hamas lors de l’attaque contre le sud d’Israël le 7 octobre.

Les soldats de combat de l’unité – hommes et femmes – ont également opéré sur le terrain à Gaza, aidant à identifier les positions du Hamas et les sites de lancement de roquettes et de missiles, et dirigeant les avions vers les cibles à frapper.

Selon un article publié vendredi par le quotidien Haaretz, des commandants de haut rang avaient refusé de tenir compte des avertissements des jeunes femmes chargées d’observer la frontière de Gaza dans les semaines précédant le massacre perpétré par le Hamas le 7 octobre, et ces soldates estiment que l’une des principales raisons pour lesquelles elles ont été ignorées était le sexisme qui régnait dans les rangs.

 

Discussion à la Knesset pour permettre l’expansion de la ville druze de Daliat el-Carmel

Afin de répondre aux frustrations de la communauté druze concernant les contraintes imposées par l’Etat en matière de construction qui entravent la capacité de la communauté à se développer, la commission des Affaires intérieures et de l’Environnement de la Knesset discute d’une modification de la réglementation des parcs nationaux qui permettra l’expansion résidentielle de la ville druze de Daliat el-Carmel.

La question est bloquée depuis six ans, rapporte la radio de l’armée.

Samedi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et de hauts responsables de la coalition ont promis de changer de politique afin de répondre aux demandes de longue date de la communauté druze, notamment en s’engageant à inscrire le « statut important » de la communauté dans la loi, mais ils se sont gardés de dire qu’ils modifieraient ou abrogeraient la loi fondamentale controversée de 2018 : État-nation du peuple juif.

Les Druzes affirment depuis longtemps que leurs communautés ne peuvent pas se développer, en raison des politiques strictes en matière de permis de construire et des procédures de démolition accélérées par le gouvernement.

« Nous sommes heureux, en particulier ces jours-ci », en référence à la guerre en cours en Israël, au cours de laquelle les six soldats druzes sont tombés,  » de pouvoir le faire », a déclaré le président de la commission des Affaires intérieures, le député Yaakov Asher.

« Les lieux de résidence sont des choses fondamentales pour les gens », a ajouté Asher, affirmant que cette mesure permettrait d’améliorer la « qualité de vie ».

Raam Waleed Alhwashla (Raam) a également imploré la commission d’assouplir les restrictions de construction imposées aux communautés bédouines du sud, dont un grand nombre ont formé des villages non reconnus qui ne sont pas officiellement reliés aux services de l’État.

« Je pense que nous devons changer notre attitude à l’égard des communautés bédouines du Neguev », a indiqué Alhwashla à la commission.

Les proches d’otages supplient Ben Gvir de renoncer à la peine de mort pour les terroristes

Gil Dikman à la Knesset le 20 novembre 2023 (Crédit : Capture d'écran/Knesset TV ; utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Gil Dikman à la Knesset le 20 novembre 2023 (Crédit : Capture d'écran/Knesset TV ; utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

C’est en larmes que Gil Dikman, cousin de Carmel Gat, qui a été prise en otage par le Hamas le 7 octobre dernier, a supplié le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, de ne pas présenter de projet de loi prévoyant la peine de mort pour les terroristes.

S’exprimant devant la commission de la Knesset chargée de la Sécurité nationale, qui élabore la législation proposée par le parti d’extrême droite Otzma Yehudit de Ben Gvir, Dikman a souligné que la vie de Gat et des otages « était en jeu » et qu' »une épée [était] suspendue à leur cou ». Il a demandé à Ben Gvir et au président de la commission, le député Tzvika Fogel, de ne pas aller de l’avant avec cette législation sensible à ce stade.

« Je vous l’ai déjà demandé la semaine dernière, Monsieur le ministre, et je vous ai supplié d’arrêter. Je vous ai supplié de ne pas faire de nous ou de nos souffrances un capital de quelque nature que ce soit », a déclaré Dikman en larmes.

« Si vous nous voyez, s’il vous plaît, retirez cela de l’ordre du jour ; si vous avez un cœur, s’il vous plaît, ne dites pas que nous représentons les personnes qui ont assassiné nos proches », ajoute-t-il.

Interrogé plus tôt par un membre de la famille d’un otage qui lui demandait s’il pensait que les familles étaient instrumentalisées, Fogel avait répondu : « Je pense que le Hamas essaie de vous exploiter, oui. Et je ne le suggère pas, je le dis ouvertement ».

« Je suis ici au nom de Carmel… S’il vous plaît, choisissez la vie et faites le nécessaire pour qu’ils rentrent chez eux vivants et entiers », a déclaré Dikman.

Le Forum des otages et des familles disparues a publié un communiqué allant dans le même sens : « Le débat actuel met en danger la vie de nos proches, sans promouvoir un quelconque objectif public ».

L’armée israélienne procède à des tirs d’artillerie préventifs dans le sud du Liban

L’armée israélienne annonce avoir procédé à des tirs d’artillerie préventifs dans le sud du Liban ce matin, face aux attaques répétées du groupe terroriste Hezbollah.

Peu après, un certain nombre de roquettes et de mortiers ont été tirés depuis le Liban sur les communautés d’Arab al-Aramshe et de Baram, ainsi que sur la base de Biranit.

Ces attaques n’ont pas fait de blessés, mais un incendie a été déclenché près de la base de l’armée, selon Tsahal.

L’armée affirme qu’elle frappe les sources des tirs de roquettes.

Hamas: 12 personnes tuées dans une frappe contre un hôpital de Gaza

Au moins « 12 patients et leurs proches » ont été tués et « des dizaines blessés » dans une frappe israélienne sur l’hôpital indonésien au nord de la ville de Gaza, a indiqué lundi Ashraf al-Qidreh, porte-parole du ministère de la Santé du Hamas.

L’armée israélienne n’a pas fait de commentaire dans l’immédiat, mais des images diffusées par Al Jazeera ont montré des chars israéliens à l’extérieur de l’hôpital, apparemment engagés dans un échange de tirs avec des agents du Hamas dans la région.

Au début du mois, Israël a déclaré que les forces israéliennes disposaient de renseignements sur un réseau de tunnels sous l’hôpital indonésien, ainsi que d’images aériennes montrant des lance-roquettes à quelques dizaines de mètres du complexe.

Israël a déclaré à plusieurs reprises que le Hamas utilisait les hôpitaux de la bande de Gaza comme bases pour ses activités terroristes, accusations soutenues par les États-Unis.

20 novembre, Journée mondiale de l’enfance, alors que plus de 35 enfants et bébés sont otages à Gaza

Nous célébrons aujourd’hui la Journée mondiale de l’enfance.

Plus de 35 enfants et bébés figurent parmi les 240 otages pris à Gaza lors de l’invasion terroriste, le 7 octobre, des communautés du sud d’Israël par le Hamas, au cours de laquelle 3 000 terroristes ont franchi la frontière et assassiné quelque 1 200 personnes, dont une majorité de civils, au cours d’atrocités d’une grande brutalité.

En réponse, Israël a juré d’éliminer le groupe terroriste dans le cadre d’une campagne militaire qui, selon le ministère de la santé dirigé par le Hamas, a tué 13 000 personnes à Gaza, dont des milliers d’enfants. Ces chiffres ne peuvent être vérifiés de manière indépendante.

Le ministre Benny Gantz, membre du cabinet de guerre et chef du parti HaMahane HaMamlahti, a publié sur X un montage des visages des enfants et des bébés enlevés en Israël et détenus dans la bande de Gaza.

En plus des personnes enlevées, une otage a donné naissance à un bébé alors qu’elle se trouvait à Gaza.

Tsahal : 3 commandants du Hamas tués dans des frappes nocturnes

Tsahal annonce que des avions de combat ont frappé et tué trois commandants de compagnie du Hamas lors de frappes aériennes menées dans la nuit dans la bande de Gaza.

Tsahal précise que les frappes ont été menées suite à des informations sur leur localisation fournies par le Shin Bet et la Direction du Renseignement Militaire.

Par ailleurs, Tsahal indique que les troupes de la Brigade Nahal ont identifié un groupe de membres du Hamas se dirigeant vers un bâtiment proche d’eux dans la bande de Gaza, et ont déclenché une attaque aérienne.

Le bâtiment était également utilisé comme dépôt d’armes et a été détruit lors de la frappe, selon l’armée israélienne.

 

 

Cargo capturé en mer Rouge: le Japon approche « directement » les rebelles Houthis

Le navire "Galaxy Leader" battant pavillon des Bahamas aurait été détourné par les Houthis basés au Yémen le 19 novembre 2023. (Crédit : William J Leach Jr/VesselFinder utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Le navire "Galaxy Leader" battant pavillon des Bahamas aurait été détourné par les Houthis basés au Yémen le 19 novembre 2023. (Crédit : William J Leach Jr/VesselFinder utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d'auteur)

Le Japon a déclaré lundi qu’il approchait « directement » les rebelles Houthis soutenus par l’Iran au Yémen après la capture ce week-end en mer Rouge d’un navire cargo avec 25 membres d’équipage, propriété d’un homme d’affaires israélien et affrété par un groupe nippon de transport maritime.

« Nous communiquons avec Israël, et en plus d’approcher directement les Houthis, nous invitons instamment l’Arabie saoudite, Oman, l’Iran et d’autres pays concernés à réclamer aux Houthis que le bateau et ses membres d’équipage soient rapidement relâchés », a déclaré la ministre japonaise des Affaires étrangères Yoko Kamikawa.

Les rebelles Houthis, qui contrôlent avec le soutien de l’Iran une bonne partie du Yémen en guerre, ont affirmé dimanche s’être emparés en mer Rouge d’un navire commercial appartenant à un homme d’affaires israélien, en réprésailles aux bombardements sur la bande de Gaza.

D’après la compagnie de sécurité maritime Ambrey et le site spécialisé dans le transport maritime TradeWinds, le cargo appartient à Ray Car Carriers, une société britannique contrôlée par l’homme d’affaires israélien Abraham Rami Ungar.

Le gouvernement japonais a aussi condamné « avec fermeté » lundi la saisie du Galaxy Leader, qui était opéré par la compagnie japonaise Nippon Yusen (NYK) et qui avant sa capture était en route pour l’Inde. Aucun ressortissant japonais n’était à bord selon Tokyo.

Selon les autorités israéliennes, l’équipage du bateau comprenait des citoyens de divers pays: des Bulgares, des Philippins, des Ukrainiens ou encore des Mexicains, mais aucun Israélien.

Un enfant trouvé seul dans la rue Dizengoff à Tel-Aviv

Un enfant âgé d’environ deux ans et demi a été retrouvé seul dans une rue de Tel Aviv, rapportent les médias israéliens.

L’enfant a été trouvé dans la rue centrale Dizengoff vers 6 heures du matin.

L’enfant a été examiné par des médecins qui craignent qu’il ne souffre d’engelures ou d’hypothermie en raison des fortes pluies.

L’enfant parle et s’est montré intéressé par l’ambulance, mais n’a pas été en mesure de dire aux autorités où il vit. Il est en bonne santé.

Pekin: le monde doit « agir d’urgence » pour mettre fin à « la catastrophe humanitaire »

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, participe au dialogue stratégique de haut niveau entre l'UE et la Chine à la maison d'hôtes d'État Diaoyutai à Pékin, le 13 octobre 2023. (Crédit : Pedro PARDO / AFP)
Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, participe au dialogue stratégique de haut niveau entre l'UE et la Chine à la maison d'hôtes d'État Diaoyutai à Pékin, le 13 octobre 2023. (Crédit : Pedro PARDO / AFP)

La communauté internationale doit « agir d’urgence » pour mettre fin à la « catastrophe humanitaire » à Gaza, a déclaré lundi le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, à des diplomates de pays arabes et à majorité musulmane.

« Œuvrons ensemble pour calmer rapidement la situation à Gaza et rétablir la paix au Moyen-Orient dès que possible », a déclaré M. Wang lors de son discours d’ouverture à Pékin.

« Une catastrophe humanitaire se déroule à Gaza », a-t-il déclaré aux hauts diplomates de la délégation, dont les ministres des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne, de l’Indonésie, de l’Égypte, de l’Arabie saoudite et de la Jordanie.

« La situation à Gaza affecte tous les pays du monde, remettant en question la notion du bien et du mal et les principes fondamentaux de l’humanité », a-t-il ajouté.

« La communauté internationale doit agir de toute urgence et prendre des mesures efficaces pour empêcher que cette tragédie ne s’étende », a souligné M. Wang.

La Chine veut s’atteler à « rétablir la paix au Moyen-Orient »

La Chine est prête à travailler pour aider à « rétablir la paix au Moyen-Orient », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, à une délégation de diplomates de pays arabes et musulmans en visite.

« Œuvrons ensemble pour calmer rapidement la situation à Gaza et rétablir la paix au Moyen-Orient dès que possible », a déclaré M. Wang lors de son discours d’ouverture à Pékin.

Tsahal publie les noms de deux soldats tués à Gaza

Tsahal annonce que deux autres soldats ont été tués lors d’une opération dans le nord de la bande de Gaza hier :

Le sergent-chef Dvir Barazani, 20 ans, de Jérusalem, du 890e bataillon de la brigade des parachutistes.

Le sergent Yinon Tamir, 20 ans, de Pardes Hanna-Karkur, du 890e bataillon de la brigade des parachutistes.

Leur décès porte à 65 le nombre de morts dans l’opération terrestre.

Yuli Edelstein réprimande le Premier ministre sur la gestion du front intérieur

Le président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense, Yuli Edelstein, arrivant à une audience de la commission, le 16 mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense, Yuli Edelstein, arrivant à une audience de la commission, le 16 mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le député Yuli Edelstein, chef de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, a critiqué le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour ne pas avoir désigné un organisme unique chargé de superviser le front intérieur dans le cadre de la guerre en cours à Gaza.

Rappelant qu’il avait demandé la semaine dernière à Netanyahu de désigner le Conseil de sécurité nationale comme l’organe chargé de superviser le front intérieur « en matière de sécurité, de finances, d’éducation, de bien-être, etc. »

« Dans ces conditions, je vois mal comment je pourrais continuer à approuver la ‘situation spéciale’ sur le front intérieur sans recevoir de réponses claires et sans comprendre qui est responsable de la gestion de l’ensemble de l’aspect économique et civil de la guerre. »

De nouveaux fronts de guerre pourraient s’ouvrir contre Israël, dit l’ancien chef du CGRI

Mohsen Rezaei, ancien chef des Gardiens de la Révolution islamique d'Iran. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)
Mohsen Rezaei, ancien chef des Gardiens de la Révolution islamique d'Iran. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)

L’ancien chef du Corps des gardiens de la révolution iranienne a prévenu que de « nouveaux fronts de guerre » pourraient s’ouvrir si Israël poursuivait son offensive à Gaza.

Mohsen Rezaee, aujourd’hui à la tête du Conseil suprême de coordination économique, a déclaré au journal Al Mayadeen, affilié au Hezbollah que « l’axe de la résistance jouera un rôle plus important à l’avenir et le régime sioniste perdra certainement cette guerre.

Il a ajouté qu’il pensait que la guerre entraînerait la chute du Premier ministre Benjamin Netanyahu et que « dans les années à venir, nous assisterons à la chute du régime sioniste ».

Rezaee a affirmé que plus Israël s’enfoncera dans la bande de Gaza, plus il s’enfoncera dans un bourbier.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.