Israël en guerre - Jour 145

Rechercher

Biden : La libération d’aujourd’hui n’est « qu’un début » ; la trêve « réelle » se poursuit

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le président américain Joe Biden s'exprime depuis Nantucket (Massachusetts), le 24 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/YouTube)
Le président américain Joe Biden s'exprime depuis Nantucket (Massachusetts), le 24 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/YouTube)

Le président américain Joe Biden a déclaré que les Américains avaient une autre raison d’être reconnaissants en ce week-end de Thanksgiving, après la libération aujourd’hui de 24 otages par le Hamas.

« Aujourd’hui, nous pouvons également être reconnaissants envers les familles qui ont retrouvé leurs proches retenus en otage pendant près de 50 jours », a déclaré Biden dans un discours préparé à la presse à Nantucket, dans le Massachusetts, où il célèbre Thanksgiving.

Treize Israéliens et 11 ressortissants étrangers de Thaïlande et des Philippines ont été libérés dans le cadre de la trêve de plusieurs jours conclue entre Israël et le Hamas, la première depuis le début de la guerre. Au moins 50 femmes et enfants israéliens retenus en otage par le Hamas devraient être libérés au cours des quatre premiers jours de la trêve.

Lorsqu’il lui a été demandé s’il pensait que la trêve pourrait se prolonger davantage, ce qui permettrait la libération d’otages supplémentaires, Biden a répondu que « les chances sont réelles ».

Biden a noté que l’accord d’otages était le résultat d’une « diplomatie américaine approfondie, y compris de nombreux appels que j’ai passés depuis le Bureau ovale aux dirigeants de la région ». Le président a tenu à remercier le Premier ministre Benjamin Netanyahu ainsi que les médiateurs de l’émir qatari Tamim bin Hamad Al Thani et du président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi pour leur coopération dans la conclusion de l’accord.

Biden a souligné que les libérations d’aujourd’hui n’étaient « qu’un début », tout en reconnaissant que les choses « se sont bien passées jusqu’à présent ».

« Les ours en peluche qui attendent d’accueillir ces enfants [relâchés] à l’hôpital sont un rappel brutal du traumatisme que ces enfants ont vécu à un très jeune âge », a déploré Biden, ajoutant que lui et sa femme Jill « les gardent » tous dans nos prières aujourd’hui.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.