Israël en guerre - Jour 289

Rechercher

Herzog demande aux doyens des universités US de réprimer l’antisémitisme sur les campus

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le président Isaac Herzog à la résidence du président de Jérusalem, le 24 octobre 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/POOL)
Le président Isaac Herzog à la résidence du président de Jérusalem, le 24 octobre 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/POOL)

Le président Isaac Herzog a rédigé une lettre ouverte aux doyens des universités américaines pour leur demander de prendre des mesures pour protéger leurs étudiants juifs, face à la recrudescence des incidents antisémites depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas.

« J’entends parler d’étudiants juifs harcelés à Harvard. D’un étudiant juif agressé à Tulane, d’étudiants juifs barricadés dans une bibliothèque de la Cooper Union alors que la foule vocifère dehors, de pancartes accusant Israël de génocide, de croix gammées peintes sur les portes des dortoirs, de manifestations de haine et d’intimidations – il y a trop d’exemples pour les citer tous », écrit Herzog dans cette lettre ouverte.

« Tout cela ne se passe pas en marge de la société, mais dans les temples mêmes de l’érudition, dans des salles censées être des phares de l’humanisme, du progrès et de la recherche scientifique. Cela ne se passe pas en Europe il y a de cela un siècle, mais aux États-Unis, en 2023 », a déploré le président.

« Le débat est le bienvenu sur tous les sujets, y compris les actions d’Israël. Cela va sans dire. Comme l’Amérique l’a appris de ses propres guerres, lutter contre des terroristes sans cœur qui se cachent parmi les civils est angoissant et n’offre pas de choix faciles. Mais ce qui se passe en ce moment sur le campus n’est pas de l’ordre du débat, cela souille l’université et ses principes mêmes. Comment quelqu’un qui approuve, excuse ou glorifie les atrocités du Hamas peut-il avoir sa place dans une université, quelle qu’elle soit, et même dans le monde civilisé ? »

« La moralité est d’une importance vitale en ces moments difficiles. Il est important que vous, doyens, condamniez publiquement et sans équivoque les actes barbares qui se sont produits le 7 octobre dernier. Je crois que les étudiants et les professeurs ont besoin que quelqu’un dise clairement que la liberté d’expression est certes d’une extrême importance, mais que les discours qui promeuvent la violence contre des individus ou des groupes ou les appels à l’élimination de tout un pays, en l’occurrence Israël, sont inacceptables sur les campus et ne seront pas tolérés », conclut Herzog.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.