Rechercher

Israël savait dès le départ que le Hamas ne se joindrait pas au Jihad islamique

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Des roquettes sont lancées de la bande de Gaza vers Israël, dans la ville de Gaza, dimanche 7 août 2022. (Crédit : Hatem Moussa/AP)
Des roquettes sont lancées de la bande de Gaza vers Israël, dans la ville de Gaza, dimanche 7 août 2022. (Crédit : Hatem Moussa/AP)

De hauts responsables israéliens se sont déclarés satisfaits de la manière dont le cessez-le-feu avec le Jihad islamique palestinien a tenu pendant la nuit.

« Nous pouvons maintenant commencer à envisager la prochaine phase », a déclaré un responsable lors d’un point presse lundi matin.

Les responsables ont souligné qu’Israël s’est lancé dans cette opération de trois jours « pas par choix ».

Ils affirment que les terroristes du Jihad islamique, en particulier les deux commandants régionaux assassinés lors de l’opération Aube à Gaza, se préparaient à intensifier leurs opérations contre Israël.

Israël était conscient que l’arrestation du commandant supérieur du Jihad islamique Bassam al-Saadi à Jénine ferait monter la tension, mais ne s’attendait pas à ce que cela provoque une escalade aussi grave, selon les responsables.

La désescalade était la principale préoccupation du Premier ministre Yair Lapid. Les efforts diplomatiques déployés par d’autres pays pour faire pression sur le Jihad islamique afin qu’il mette un frein à ses menaces contre Israël n’ont pas porté leurs fruits dans un premier temps, selon les responsables. Israël a également limité les déplacements près de la frontière de Gaza afin de réduire les frictions et d’éviter de fournir des cibles aux snipers du Jihad islamique palestinien.

« Mais nous ne pouvions pas continuer à tenir la zone frontalière de Gaza dans cette situation, et nos efforts antérieurs n’ont pas réussi à empêcher l’intention de mener des attaques par balles, et nous avons compris que nous nous dirigions vers une opération », a expliqué un responsable.

« Nous avons alors réalisé que le Jihad islamique n’a pas l’intention de se retirer de cette affaire sans opérer, et sans opérer de manière significative. »

Israël a compris dès le départ que le Hamas ne se joindrait pas aux combats et qu’il se battrait uniquement contre le Jihad islamique palestinien.

L’opération visait à mettre fin aux attaques antichars et aux tirs de sniper prévus. « Il y avait également une opportunité [de frapper] le commandant de leur secteur nord », explique un officiel.

C’est vous qui le dites...