Kakhol lavan dénonce le vandalisme présumé « systématique » de ses bulletins
Rechercher

Kakhol lavan dénonce le vandalisme présumé « systématique » de ses bulletins

La police enquête sur ce que certains responsables de Kakhol lavan affirment être une campagne systématique visant à vandaliser – et donc à disqualifier – les bulletins de vote Kakhol lavan dans tout le pays.

Plusieurs partis, de l’extrême gauche à l’extrême droite, ont affirmé que des bulletins de vote avaient été endommagés, cachés ou manquants dans quelques-uns des 10 000 bureaux de vote du pays. Selon les militants Kakhol lavan, dans une plainte déposée, auprès de la commission centrale électorale, ses bulletins de vote étaient « systématiquement » endommagés.

Le président de la commission électorale, le juge Hanan Melcer, affirme que si la police découvre des preuves de vandalisme généralisé visant à disqualifier les votes Kakhol lavan, il demandera aux bureaux de vote de compter les bulletins endommagés ou marqués pour le parti comme valables.

Dans une vidéo, le n° 2 du parti, Yair Lapid, répond à ce rapport en exhortant les électeurs à vérifier soigneusement leur bulletin de vote pour s’assurer qu’il n’est marqué d’aucune façon, afin qu’il ne soit pas disqualifié lors du dépouillement du scrutin ce soir.

« Je suis au quartier général de Kakhol lavan », dit Lapid dans la vidéo. « Nous recevons des rapports de tout le pays sur les tentatives de vandalisme des bulletins ‘pey-hey' », ajoute-t-il, en utilisant les deux lettres hébraïques qui identifient le parti sur les bulletins (פה).

« Ils écrivent « x » au dos, ou une autre petite marque. C’est suffisant pour disqualifier le bulletin de vote. Il s’agit d’un effort organisé pour saper le processus démocratique, et nous devons l’arrêter. Quiconque va voter, doit s’assurer que son bulletin est propre. Si vous voyez quelque chose de ce genre, signalez-le à la police ou à la commission du bureau de vote. C’est une tentative de saper le processus démocratique de la part des partis qui craignent que nous ne remportions les élections. »

C’est vous qui le dites...