Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

La Cour internationale de justice ordonne à Israël d’arrêter l’offensive de Rafah

Un drapeau palestinien flottant à l'extérieur de la plus haute juridiction des Nations unies lors des audiences concernant les "Conséquences juridiques découlant des politiques et pratiques d'Israël dans les Territoires occupés" dont Jérusalem-Est, à la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 21 février 2024. (Crédit : Peter Dejong/AP Photo)
Un drapeau palestinien flottant à l'extérieur de la plus haute juridiction des Nations unies lors des audiences concernant les "Conséquences juridiques découlant des politiques et pratiques d'Israël dans les Territoires occupés" dont Jérusalem-Est, à la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 21 février 2024. (Crédit : Peter Dejong/AP Photo)

Les juges du plus haut tribunal des Nations Unies ont ordonné à Israël d’arrêter son opération militaire sur la ville de Rafah, dans le sud de Gaza.

Lisant un arrêt de la Cour internationale de justice, le président de l’organisme, Nawaf Salam, déclare que les mesures provisoires ordonnées par la Cour en mars ne répondaient pas entièrement à la situation actuelle dans l’enclave palestinienne assiégée, et que les conditions étaient réunies pour formuler une nouvelle ordonnance d’urgence.

« Israël doit immédiatement mettre fin à son offensive militaire à Rafah.

M. Salam a également déclaré que la situation à Gaza s’était détériorée depuis qu’il avait ordonné à Israël de prendre des mesures urgentes pour atténuer la crise humanitaire dans cette région.

Salam affirme que les mesures provisoires ordonnées par le tribunal en mars ne répondent pas entièrement à la situation actuelle dans l’enclave.

La Cour soutient une demande sud-africaine visant à ordonner à Israël de mettre fin à son offensive à Rafah, une semaine après que Pretoria a demandé cette mesure dans le cadre d’une affaire accusant Israël de génocide.

La Cour est l’organe suprême des Nations unies chargé d’examiner les différends entre États. Ses décisions sont définitives et contraignantes, mais elles ont déjà été ignorées par le passé. La Cour n’a aucun pouvoir d’exécution.

Une décision défavorable à Israël pourrait accroître la pression diplomatique sur le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le procureur général de la Cour pénale internationale – une juridiction distincte également basée à La Haye – a annoncé lundi qu’il avait déposé une demande de mandats d’arrêt à l’encontre de M. Netanyahu et du ministre de la défense Yoav Gallant, ainsi que contre trois dirigeants du Hamas.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.