Le rabbin de Saint-Denis : la terreur n’affectera pas la vie juive
Rechercher
Dernière info: Les responsables des agences américaines de sécurité juive en Israël

Assaut à St Denis : 2 terroristes tués, 7 arrestations

3 hommes arrêtés dans un immeuble du quartier central de St Denis ; 2 individus ont été arrêtés et placés en garde à vue

Les policiers prennent position dans le nord de Paris dans la banlieue du centre-ville de Saint-Denis, le 18 novembre 2015. (Crédit : AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD)
Les policiers prennent position dans le nord de Paris dans la banlieue du centre-ville de Saint-Denis, le 18 novembre 2015. (Crédit : AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD)

L’opération, qui vise notamment l’organisateur présumé des attentats meurtriers de vendredi à Paris, a démarré à 04H20.

Le centre de cette ville de Seine-Saint-Denis, à forte population immigrée, juste au nord de Paris, a été entièrement bouclé par les forces de l’ordre.

Peu avant 07H30, des détonations étaient encore entendues, selon des journalistes de l’AFP, et une cinquantaine de militaires ont été déployés à l’entrée du périmètre de sécurité, le long des vitrines des magasins, fusils d’assaut à la main.

La préfecture de police a recommandé aux habitants de Saint-Denis de rester à l’abri et ne pas sortir de chez eux.

Les écoles et collèges du centre-ville sont fermés pour la journée, et le trafic de métros, bus et tramways desservant Saint-Denis a été interrompu, a annoncé la RATP.

Une femme s’est fait exploser ; 2 individus encore retranchés

La section antiterroriste a lancé un assaut à 4H20 (HEURE FRANÇAISE).

6 personnes au total étaient dans cet appartement.

1 homme et une femme interpelés à proximité de l’appartement

Deux personnes ont été interpellées mercredi matin lors de l’opération antiterroriste menée à Saint-Denis, au nord de Paris, en lien avec les attentats parisiens, a-t-on appris de sources policières.

L’un des individus interrogés par BFMTV a expliqué qu’il avait rendu service à un ami qui lui avait demandé de prêter son appartement situé au 8 rue de Corbillon. Un appartement qui aurait servi de squat, explique une de ses amies.

L’individu, âgé d’une trentaine d’années, était en compagnie d’une femme. Les deux personnes ont été placées en garde-à-vue. Aucune précision n’a été donnée sur l’identité de ces deux personnes.

« Un ami m’a demandé d’héberger deux de ses potes pour quelques jours », a raconté à l’AFP cet homme.

« J’ai dit qu’il n’y avait pas de matelas, ils m’ont dit ‘c’est pas grave’, ils voulaient juste de l’eau et faire la prière. J’ai rappelé mon ami. Il m’a dit qu’ils venaient de Belgique », a-t-il poursuivi.

« On m’a demandé de rendre service, j’ai rendu service, je n’étais pas au courant que c’était des terroristes », a expliqué cet homme, très agité, avant d’être menotté et emmené par les policiers.

La ligne 13 du métro, qui passe par St Denis, ne fonctionne pas.

L’opération a pour cible l’organisateur présumé des attentats les plus meurtriers de l’histoire de France, le djihadiste belge Abdelhamid Abaaoud.

L’armée soutient l’opération de la police qui dure depuis 5h

L’opération est difficile (RAID et le BRI sont en place) car il s’agit d’un quartier central et dense, rempli d’habitants et de commerces.

La rue du Corbillon est une rue commerçante et très fréquentée.

La mairie et le Stade de France se situent à proximité (20 minutes à pieds).

La BRI fouille l’immeuble de la rue de Corbillon

5 individus en garde-à-vue au total.

La justice française a confirmé mercredi la mort d’une femme kamikaze « qui a activé son gilet explosif au début de l’assaut » donné vers 04H20 mercredi contre un appartement de Saint-Denis, au nord de Paris, dans l’enquête sur les attentats de Paris.

« Trois hommes, qui étaient retranchés dans l’appartement, ont été extraits » par les policiers d’élite du « RAID et ont été placés en garde à vue », a précisé la justice française.

Deux personnes ont par ailleurs été arrêtées aux abords de l’appartement, selon la même source.

« On se croirait en guerre »

L’opération, qui vise notamment l’organisateur présumé des attentats meurtriers de vendredi à Paris, a démarré à 04H20 (03H20 GMT).

Pour Hayat, 26 ans, qui avait passé la nuit chez des amis, rue du Corbillon, là même où se déroule l’assaut, c’était « au moment où je sortais de chez eux pour prendre les transports ». Elle a entendu « des coups de feu », « j’ai pensé à un règlement de comptes ».

« Mais les tirs ont continué, beaucoup de renforts sont arrivés et ont bouclé l’avenue de la République. On se croirait en guerre », dit-elle.

« J’aurais jamais pensé que des terroristes puissent se cacher ici. J’aurais pu me prendre une balle. »

Devant l’église, où sont rassemblés des journalistes et des badauds, Emma, 25 ans est là depuis 06H00 : « j’allais à l’hôpital Delafontaine (…) Il n’y avait pas de bus et j’entendais le bruit des hélicos. J’ai compris qu’il y avait quelque chose qui se passait ».

Didier, un riverain de 34 ans, n’est « pas rassuré, avec les patrouilles les gars avec l’arme à la main qui passent parmi nous… On dirait qu’ils cherchent quelqu’un ».

« On est en sécurité là ? Franchement on est en sécurité ? », interroge Naïm, 33 ans, qui habite à deux rues, et suit les événements depuis le trottoir depuis 06H00. « Y’a les mecs de la BRI (policiers d’élite) qui circulent cagoules avec le +gun+ à la main », dit-il.

« Non faut se barrer là », répond un autre riverain.

5 policiers du RAID blessés

Le RAID et la BRI fouillent minutieusement l’endroit mais craignent que l’immeuble, situé au milieu d’une rue commerçante et très dense, soit piégé par des explosifs qui auraient pu être placés par les terroristes qui seraient toujours dans l’immeuble, dont une femme s’est fait exploser plus tôt.

Capture d’écran de la chaîne BFMTV, montrant l'assaut donné par les forces de sécurité françaises, le 18 novembre 2015 (Crédit : capture d'écran bfmtv)
Capture d’écran de la chaîne BFMTV, montrant l’assaut donné par les forces de sécurité françaises, le 18 novembre 2015 (Crédit : capture d’écran bfmtv)

2 articles publiés par le Times of Israel en janvier sur Abdelhamid Abaaoud

Après les attentats de janvier à Paris menés contre les bureaux de Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher, le 7 et le 9 janvier 2015, le Times of Israël avait publié deux articles datant du 18 et 19 janvier 2015, qui évoquaient le cerveau présumé des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud.

Abdelhamid Abaaoud, le cerveau présumé des attentats terroristes du 13 novembre à Paris, tenant un drapeau de l'Etat islamique dans cette image non datée d'un magazine publié par le groupe terroriste. (Capture d'écran)
Abdelhamid Abaaoud, le cerveau présumé des attentats terroristes du 13 novembre à Paris, tenant un drapeau de l’Etat islamique dans cette image non datée d’un magazine publié par le groupe terroriste. (Capture d’écran)

« Texte solennel » condamnant le « terrorisme » diffusé vendredi dans les mosquées

Le Conseil français du culte musulman, organe représentatif de l’islam, va diffuser auprès des quelque 2 500 mosquées de France un « texte solennel » condamnant « sans ambiguïté » toute « forme de violence ou de terrorisme », en vue du prêche de vendredi prochain.

« Les musulmans de France proclameront également leur attachement indéfectible au pacte républicain qui nous unit tous, ainsi qu’aux valeurs qui font la France », écrit le CFCM dans un communiqué, cinq jours après les attentats de Paris revendiqués par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), et qui ont fait 129 morts.

(Depuis la gauche) le Mufti de la Mosquée de Paris Djelloul Bouzidi, le recteur Dalil Boubakeur, le directeur administratif Mohamed Louanoughi, et le premier Imam Whales Belarbi observent une minute de silence à la Grande Mosquée, pour les victimes des attaques de Paris, le 16 novembre 2015, (Crédit : AFP PHOTO / JOEL SAGET)
(Depuis la gauche) le Mufti de la Mosquée de Paris Djelloul Bouzidi, le recteur Dalil Boubakeur, le directeur administratif Mohamed Louanoughi, et le premier Imam Whales Belarbi observent une minute de silence à la Grande Mosquée, pour les victimes des attaques de Paris, le 16 novembre 2015, (Crédit : AFP PHOTO / JOEL SAGET)

Selon France 2, ils prévoyaient un attentat dans le quartier d’affaires de la Défense

« Les groupes terroristes se font de la surenchère, » a déclaré un commentateur sur France 2, rappelant la prise d’otages du centre commercial à Nairobi au Kenya, qui avait duré 4 jours en septembre 2015.

« Inacceptable » d’exiger le départ d’Assad avant toute union contre les « terroristes »

Après les attentats de Paris, il est « inacceptable » d’exiger le départ du président syrien Bachar al-Assad comme « condition préalable à toute union contre le terrorisme », a déclaré mercredi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov lors d’une conférence de presse.

« J’espère qu’il y aura un changement de position chez nos autres partenaires occidentaux, comme il y en a eu, malheureusement au prix de terribles actes terroristes, chez nos collègues occidentaux », a déclaré Lavrov en référence à la série d’attaques meurtrières.

« Il est inacceptable d’exiger des conditions préalables à toute union contre le terrorisme », a-t-il affirmé en référence aux Américains qui continuent de demander le départ du président syrien avant toute chose.

Sergey Lavrov, (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
Sergey Lavrov, (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Aller en Allemagne « en se faisant passer pour des réfugiés syriens »

La police turque a arrêté mardi à l’aéroport d’Istanbul huit Marocains présentés comme des agents du groupe Etat islamique (EI) qui, selon les autorités, voulaient se rendre illégalement en Allemagne, a rapporté l’agence de presse progouvernementale Anatolie.

Selon des sources proches des services de sécurité citées par Anatolie, les huit suspects, arrivés à bord d’un vol en provenance de Casablanca (Maroc), ont affirmé à la police être des touristes et assuré avoir réservé des chambres dans un hôtel.

Vérifications faites, les policiers ont constaté qu’il n’en était rien et ont confié les huit suspects à une unité spéciale antiterroriste qui a découvert sur l’un d’entre eux un document manuscrit détaillant un itinéraire devant les conduire en train, bus ou train jusqu’en Allemagne, via la Grèce, la Serbie et la Hongrie.

Ces huit suspects devaient se rendre jusqu’en Allemagne illégalement en se faisant passer pour des réfugiés syriens, ont indiqué les mêmes sources à l’agence Anatolie.

Depuis le début de l’année, plus de 650 000 migrants, pour l’essentiel des Syriens fuyant la guerre civile qui fait rage dans leur pays, ont quitté la Turquie pour rallier les îles grecques, portes d’entrée vers l’Union européenne (UE).

De nombreux pays européens se sont alarmés de cet exode de masse.

Leur inquiétude s’est encore accrue après les attentats de Paris, qui ont fait au moins 129 morts vendredi, et la découverte d’un passeport d’un réfugié syrien près du corps d’un des kamikazes, même si l’authenticité de ce document a été mise en cause.

Le match de football Allemagne-Pays-Bas prévu mardi soir à Hanovre a été annulé en raison d’une menace d’attentat, sans que la police n’ait découvert d’explosifs ni arrêté de suspects.

Longtemps soupçonné de complaisance pour les mouvements les plus radicaux qui combattent le régime syrien, le gouvernement islamo-conservateur turc a depuis un an nettement renforcé ses contrôles pour tenter de tarir le flots des jihadistes qui rejoignent les rangs de l’EI depuis son territoire.

Ankara a également multiplié les arrestations de jihadistes présumés depuis l’attentat, attribué à l’EI, qui a fait 102 morts à Ankara le 10 octobre.

Les victimes se trouvent dans la rue après une explosion dans la gare principale dans la capitale Ankara en Turquie, le 10 octobre, 2015. (Crédit : AFP PHOTO / FATIH PINAR)
Les victimes se trouvent dans la rue après une explosion dans la gare principale dans la capitale Ankara en Turquie, le 10 octobre, 2015. (Crédit : AFP PHOTO / FATIH PINAR)

Le porte-avion Charles de Gaulle quitte la rade de Toulon

Le porte-avions français Charles-de-Gaulle sera « sur zone » en Méditerranée orientale, prêt à engager ses avions en Syrie, « à la fin de la semaine », a annoncé mercredi le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

« Le groupe aéronaval dans son ensemble (porte-avions et bâtiments de soutien) a appareillé ce matin (de Toulon, sud de la France), il sera sur zone à la fin de la semaine », a-t-il dit à l’Assemblée nationale.

L’armée française disposera alors dans la région des 26 chasseurs embarqués sur le porte-avions – 18 Rafale et huit Super Etendard – plus des douze appareils stationnés aux Emirats arabes unis (six Rafale) et en Jordanie (six Mirage 2000).

Le porte-avions va donc tripler la capacité de frappes françaises au moment où Paris a décidé d’intensifier ses opérations en Syrie, en riposte aux pires attentats commis vendredi sur son territoire (129 morts, plus de 350 blessés), revendiqués par l’organisation de l’Etat islamique (EI).

Depuis dimanche, les chasseurs français ont largué « une soixantaine de bombes sur le centre névralgique (de l’EI) à Raqa », dans le nord de la Syrie, a précisé le ministre. « Cette intensification se poursuivra jusqu’à ce que nous puissions anéantir Daech », a-t-il martelé.

M. Le Drian a aussi salué « une inflexion » des Etats-Unis qui, depuis les attentats, « ouvrent beaucoup plus largement qu’auparavant leurs capacités de renseignement » à l’aviation française pour le choix des cibles.

Le Charles-de-Gaulle, qui opèrera dans un premier temps en Méditerranée, près du théâtre syrien, pourrait ensuite rallier le Golfe arabo-persique, a indiqué l’amiral René-Jean Crignola, commandant du groupe aéronoval, avant l’appareillage.

Le porte-avions est accompagné des frégates de défense aérienne Chevalier Paul et anti sous-marine La Motte Piquet ainsi que des frégates anti-aérienne britannique HMS Defender et belge Léopold Ier. Outre les chasseurs, il embarque deux avions de guet aérien avancé de type « Hawkeye » et trois hélicoptères.

Le porte-avion Charles de Gaulle à Toulon (Crédit :  http://www.netmarine.net)
Le porte-avion Charles de Gaulle à Toulon (Crédit : http://www.netmarine.net)

Prorogation de l’état d’urgence confirmée en fin de semaine

L’Assemblée nationale votera jeudi et le Sénat vendredi.

Assaut terminé à Saint-Denis au nord de Paris

Sept arrestations au total à Saint-Denis, dont trois dans l’appartement visé par l’assaut.

Capture d’écran Stéphane Le Fol, porte-parole du gouvernement français, le 18 novembre 2015 (Crédit : TF1)
Capture d’écran Stéphane Le Fol, porte-parole du gouvernement français, le 18 novembre 2015 (Crédit : TF1)

2 000 maires français chanteront la Marseillaise

Au Palais du Congrès, près de 2 000 maires de France se rassembleront à 13h15 en présence de personnalités du gouvernement. La maire de Paris sera aussi présente.

Les élus républicains avaient chanté l’hymne tous ensemble dans une émotion palpable.

Maisonnave rencontre Hotovely

La vice-Ministre des Affaires étrangères israélienne Tzipi Hotovely présente ses condoléances à l’Ambassade de France en…

Posted by Israël en France on Wednesday, 18 November 2015

Une chienne de la police tuée lors de l’assaut à Saint-Denis

Alors que l’opération antiterroriste lancée mercredi à Saint-Denis, près de Paris, n’était pas terminée, la police a pris la peine d’annoncer sur Twitter la mort d’une chienne d’assaut de l’unité d’élite du RAID, une information aussitôt reprise par des dizaines d’internautes.

« Diesel, malinois de 7 ans, chienne d’assaut du #RAID, a été tuée par les terroristes dans l’opération en cours », a annoncé la police sur son compte lors de l’assaut d’ampleur lancé à l’aube à Saint-Denis qui ciblait le Belge Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des tueries de vendredi (129 morts).

« Les chiens d’assaut et de recherche d’explosifs sont indispensables dans les missions des opérateurs du #Raid », a affirmé dans un autre tweet la police nationale.

Sur Twitter, dans la foulée de cette annonce, un hashtag #jesuisunchien a aussitôt été utilisé par des dizaines d’internautes en hommage à Diesel.

L’assaut a fait deux morts dont une femme kamikaze parmi les personnes retranchées dans un appartement de Saint-Denis, et plusieurs blessés parmi les policiers. Sept personnes ont été interpellées.

L’ensemble des 129 victimes ont été identifiées

Les 129 victimes des attentats de Paris vendredi ont toutes été identifiées, ont indiqué mercredi les autorités françaises.

« A ce jour, une identité a pu être donnée aux corps des victimes décédées, soit 129 à ce jour, et (…) une centaine de familles ont pu se recueillir sur la dépouille de leur proche à l’Institut médico-légal », peut-on lire dans le compte rendu du Conseil des ministres.

89 personnes ont été tuées par des jihadistes dans la salle du Bataclan, une aux abords du stade de France à Saint-Denis et les autres à des terrasses de cafés dans l’est de Paris.

Les secouristes évacuent un blessé près de la salle de concert Le Bataclan à Paris, le 14 novembre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA)
Les secouristes évacuent un blessé près de la salle de concert Le Bataclan à Paris, le 14 novembre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA)

Le Danemark relève son niveau d’alerte

La police du Danemark a relevé mercredi son niveau d’alerte contre le risque terroriste, au deuxième cran le plus élevé, après les attentats à Paris.

« À la suite des attaques terroristes à Paris, la police danoise a maintenant relevé son niveau d’alerte interne » à « préparation considérablement élevée », a-t-elle précisé dans un communiqué.

Les forces de l’ordre ont invoqué « la situation incertaine dans un certain nombre de pays d’Europe », mais indiqué que les services de sécurité (PET) n’avaient « pas changé l’évaluation de la menace terroriste contre le Danemark, toujours vue comme sérieuse ».

Les citoyens ne devraient pas percevoir de différence au quotidien, selon la police.

Le Danemark a été lui-même frappé en février par les attaques d’un jihadiste danois d’origine palestinienne, qui a tué un réalisateur en marge d’un débat sur la liberté d’expression puis un juif qui montait la garde devant la synagogue de Copenhague.

Une fille avec les lèvres peintes en drapeau tricolore français assiste à une veillée à la mémoire des victimes de Paris en face de l'ambassade française le 15 novembre 2015 à Copenhague. (Crédit : AFP PHOTO / Nils Meilvang / SCANPIX DANEMARK / NILS MEILVANG +++ DANEMARK OUT)
Une fille avec les lèvres peintes en drapeau tricolore français assiste à une veillée à la mémoire des victimes de Paris en face de l’ambassade française le 15 novembre 2015 à Copenhague. (Crédit : AFP PHOTO / Nils Meilvang / SCANPIX DANEMARK / NILS MEILVANG +++ DANEMARK OUT)

François Hollande s’exprime devant les maires de France

Capture d’écran François Hollande s'exprime devant es maires de France au Palais des Congrès (Crédit : TF1)
Capture d’écran François Hollande s’exprime devant es maires de France au Palais des Congrès (Crédit : TF1)

Poutine et Sissi pour une « étroite coordination » entre services secrets

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi ont convenu mercredi de la nécessité d’une « étroite coordination » de leurs services secrets après l’annonce par Moscou que le crash de l’avion russe dans le Sinaï le 31 octobre était un attentat.

« Dans le contexte des efforts de recherche des criminels impliqués dans l’acte terroriste de l’avion de ligne russe, (les deux présidents) ont convenu d’une étroite coordination entre leurs services secrets », a annoncé le Kremlin dans un communiqué.

L’Egypte continue de son côté de répéter qu’on ne peut tirer aucune conclusion définitive avant la fin de l’enquête concernant le crash de l’avion, qui a fait 224 morts.

Les débris de l'avion de ligne russe A321 une journée après que l'avion s'est écrasé à Wadi al-Zolomat, une zone montagneuse dans la péninsule du Sinaï, en Egypte, le 1er novembre 2015 (Crédit : AFP / KHALED DESOUKI)
Les débris de l’avion de ligne russe A321 une journée après que l’avion s’est écrasé à Wadi al-Zolomat, une zone montagneuse dans la péninsule du Sinaï, en Egypte, le 1er novembre 2015 (Crédit : AFP / KHALED DESOUKI)

Fabien Clain, 37 ans, est « la voix » des attentats de Paris

L’intonation n’est ni martiale ni agressive, la voix est douce, posée. Les mots sont d’une violence rare pour se réjouir de la mort des « idolâtres » du Bataclan, la salle de concerts visée par les attentats, qui ont aussi frappé des bars, des restaurants et un stade de football.

Et de menacer: cette attaque, qu a fait 129 morts, « n’est que le début de la tempête et un avertissement pour ceux qui veulent méditer et retirer leurs leçons. »

Fabien Clain, 37 ans, n’appartient pas à la génération des « jihadistes Facebook » partis en Syrie après un embrigadement éclair par internet et dotés d’un bagage religieux sommaire.

Pour lire l’article, cliquez ici.

Comment les Israéliens réagissent sur Facebook aux attaques de Paris

Le monde est-il plein d’antisémites ou Israël est-il envahi par des xénophobes de droite ? Votre flux Facebook affecte votre perception de la réalité, selon un expert.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

Femme-kamikaze : une nouvelle ère du jihad

En déclenchant sa ceinture d’explosifs plutôt que d’être capturée vivante, la terroriste qui a péri mercredi à Saint-Denis au nord de Paris a ouvert une nouvelle ère en France mais rejoint une cohorte de femmes kamikazes, pas toutes musulmanes, qui ont sacrifié leur vie pour leur cause ou leur croyance.

Ayman Ahmed Mohamed Kanjou, accusée de chercher à rejoindre le groupe Etat islamique en Syrie, à la Cour de district de Haïfa, le dimanche 20 septembre 2015 (Capture d'écran : police israélienne via Ynet)
Ayman Ahmed Mohamed Kanjou, accusée de chercher à rejoindre le groupe Etat islamique en Syrie, à la Cour de district de Haïfa, le dimanche 20 septembre 2015 (Capture d’écran : police israélienne via Ynet)

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

Hollande : ne pas céder « à la peur », « la stigmatisation » et « la surenchère »

Le président François Hollande a appelé mercredi les Français à « ne pas céder aux tentations de repli », « à la peur », « aux excès » ni « à la surenchère », après les attentats commis par le groupe Etat islamique qui ont fait 129 morts.

L’opération antiterroriste menée mercredi à Saint-Denis au nord de Paris « nous confirme une fois encore que nous sommes dans la guerre, une guerre contre le terrorisme qui lui-même a décidé de nous mener la guerre », a-t-il ajouté dans un discours devant les maires des villes françaises réunis à Paris.

« Par la terreur, Daech veut instiller, par ses propres tueries, le poison de la suspicion, de la stigmatisation, de la division », a-t-il mis en garde.

« Ne cédons pas aux tentations de repli, ne cédons pas non plus à la peur, aux excès et à la surenchère ».

Le président a ajouté que des polices municipales, complémentaires de la police et de la gendarmerie, pourront être équipées avec des armes du stock de la police nationale. En France, les 3.900 polices municipales ne sont en principe pas armées.

La dissolution des lieux et groupes faisant « l’apologie du terrorisme », facilitée dans le cadre de l’état d’urgence par un projet de loi présenté mercredi matin en Conseil des ministres, se fera « immédiatement », a aussi promis François Hollande.

« Si certains individus se livrent à l’apologie du terrorisme, dans certains lieux, dans des associations, dans des groupements de fait, le projet de loi présenté ce matin prévoit qu’ils pourront être dissous. Ils le seront immédiatement », une fois le texte promulgué, a déclaré le chef de l’Etat.

Apèrs les attentats, « notre cohésion sociale est la meilleure réponse et notre union nationale en est l’expression. Nous devons être implacables contre toute forme de haine. Aucun acte xénophobe, antisémite, anti-musulman ne doit être toléré », a enfin lancé le président aux responsables des municipalités.

Le président français François Hollande prend la parole lors de l'entretien annuel à la télévision lors de la fête nationale à l'Elysée à Paris le 14 juillet 2015 (Crédit : AFP PHOTO / POOL / ALAIN JOCARD)
Le président français François Hollande prend la parole lors de l’entretien annuel à la télévision lors de la fête nationale à l’Elysée à Paris le 14 juillet 2015 (Crédit : AFP PHOTO / POOL / ALAIN JOCARD)

Des dizaines de Juifs français immigrent en Israël après les attaques de Paris

Près de 40 Juifs ont atterri à l’aéroport Ben Gurion de Tel Aviv, rejoignant les 6 autres personnes qui ont fait leur alyah dimanche, et sont les premiers immigrants suite aux attentats terroristes de Paris, qui a tué 129 personnes et blessé des centaines d’autres personnes, a annoncé un porte-parole de l’Agence juive.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

Cukierman : Le gouvernement fait tout son possible pour protéger les Juifs

Avec quelque 10 000 policiers et soldats gardant les bâtiments de la communauté juive de France depuis l’attaque terroriste meurtrière menée contre le supermarché casher Hyper Cacher de Paris en janvier dernier, le chef d’une importante organisation juive affirme que le gouvernement protège la communauté juive aussi bien que possible.

« Il est absurde de croire qu’une quelconque information spécifique avait été transmise ce week-end » à la communauté juive. Il a souligné que ce genre de rumeurs « nuit à tout le monde et donne du crédit aux théories du complot qui sont absolument contraires à la vérité. »

Le président du Crif Roger Cukierman à Créteil - 7 décembre 2014 (Crédit : Henri Bettan/Times of Israel)
Le président du Crif Roger Cukierman à Créteil – 7 décembre 2014 (Crédit : Henri Bettan/Times of Israel)

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

Les deux frères Abdeslam interrogés en Belgique avant les attentats

La police belge avait interrogé avant les attentats les deux frères Abdeslam, dont l’un s’est fait exploser vendredi à Paris et l’autre est toujours recherché, mais « ils ne montraient pas de signe d’une possible menace », a indiqué mercredi le parquet fédéral.

Brahim Abdeslam, 31 ans, est l’un des kamikazes des attentats de vendredi. Il s’est fait exploser devant un bar dans l’Est parisien. Il « a essayé d’aller en Syrie mais il n’a réussi à aller qu’en Turquie », a déclaré le porte-parole du parquet Eric Van Der Sypt, confirmant des propos au site Politico.

« Il a été interrogé à son retour, et son frère aussi », a ajouté M. Van Der Sypt, en parlant de Salah Adbeslam, 26 ans, soupçonné d’avoir également participé aux attentats et activement recherché par la police. Il n’a pas précisé de dates concernant ces interrogatoires.

« Nous savions qu’ils étaient radicalisés et qu’ils pourraient se rendre en Syrie (mais) ils ne montraient pas de signe d’une possible menace. Même si nous les avions signalés à la France, je doute qu’on aurait pu les arrêter », a poursuivi le magistrat, confirmant au passage que les deux frères n’avaient pas été signalés aux services de renseignement français.

Brahim n’a pas été poursuivi à son retour de Turquie car « nous n’avions pas de preuve qu’il participait aux activités d’un groupe terroriste », a aussi expliqué le porte-parole du parquet.

Salah Abdeslam, connu pour des vols et trafic de drogue, est cité dans une affaire de braquage avec un jihadiste belge notoire, Abdelhamid Abaaoud, soupçonné d’être l’un des commanditaires des attentats de Paris. Le raid à Seint-Denis, en banlieue parisienne, tôt mercredi matin, dans lequel sept suspects ont été interpellés et deux personnes tuées, visait à mettre la main sur Abdelhamid Abaaoud.

La police néerlandaise a annoncé mercredi que Salah Abdeslam avait été arrêté en février aux Pays-Bas lors d’un contrôle routier de routine, pour possession de cannabis. Il apparaît aussi dans les archives d’un contrôle routier en septembre dans l’ouest de l’Autriche, alors qu’il venait de franchir la frontière depuis l’Allemagne.

Mandat d'arrêt contre le 8e terroriste qui s'est échappé Salah Abdeslam, après les attaques terroristes de Paris.
Mandat d’arrêt contre le 8e terroriste qui s’est échappé Salah Abdeslam, après les attaques terroristes de Paris.

Netanyahu et Poutine se verront à Paris

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, cet après-midi, s’est entretenu par téléphone avec le président russe Vladimir Poutine et a exprimé les condoléances du gouvernement et du peuple d’Israël sur le crash de l’avion Metrojet dans le Sinaï, a indiqué un communiqué du bureau de Netanyahu.

Les deux dirigeants ont discuté de la situation en Syrie et de la question palestinienne.

Ils ont convenu de se rencontrer dans une dizaine de jours à la conférence sur le climat à Paris et de discuter de la situation en Syrie.

Vladimir Poutine et Benjamin Netanyahu a Jérusalem  le 25 juin 2012 (Crédit photo : Marc Israel Sellem/POOL/Flash90)
Vladimir Poutine et Benjamin Netanyahu a Jérusalem le 25 juin 2012 (Crédit photo : Marc Israel Sellem/POOL/Flash90)

Hongrie : arrestation de 2 Britanniques condamnés pour financements « terroristes »

La police hongroise a annoncé mercredi avoir arrêté deux Britanniques condamnés au Royaume-Uni pour financement d' »actes terroristes » et qui avaient quitté leur pays en violation de leur contrôle judiciaire.

Les deux hommes, âgés de 40 et 44 ans, ont été interpellés samedi au poste-frontière ferroviaire de Loköshaza, entre la Hongrie et la Roumanie, alors qu’ils avaient pris place à bord d’un train pour Bucarest.

Ils ont été immédiatement placés en garde à vue, n’ayant pu fournir de documents d’identité adéquats : l’un n’avait sur lui qu’un permis de conduire et l’autre « qu’un coran », a précisé la police hongroise dans un communiqué.

Des recherches dans les fichiers du système d’information Schengen (SIS) ont établi que les deux hommes étaient soumis à un contrôle judiciaire leur interdisant de quitter le Royaume-Uni, après avoir purgé l’un comme l’autre deux peines d’un an et demi et trois ans et demi de prison dans ce pays pour « financement d’actes terroristes », selon cette source. Ils avaient été libérés en 2009.

Les deux suspects ont été incarcérés et doivent comparaître devant un tribunal de Budapest en vue de leur extradition, a indiqué une porte-parole de la police hongroise à l’AFP mercredi.

Selon le site internet du quotidien hongrois Blikk, l’un des suspects serait Abu Izzadeen, de son vrai nom Trevor Brooks, un musulman extrémiste connu au Royaume-Uni notamment pour avoir chahuté en 2006 le ministre britannique de l’Intérieur de l’époque, John Reid, en direct à la télévision, le traitant d’ « ennemi de l’islam ».

Maisonnave : « nous mesurons l’amitié inébranlable qui unit nos deux pays »

Patrick Maisonnave, l’Ambassadeur de France en Israël, et Benyamin Netanyahu, Premier ministre israélien, se sont rencontrés avant leurs interventions respectives à la Conférence Diplomatique du Jerusalem Post qui avait lieu à l’Hôtel Waldorf Astoria.

« A Jérusalem aujourd’hui nous soutenons le peuple de Paris. Le peuple d’Israël soutient le peuple de France, ce n’est pas une position figurative, ce ne sont pas de simples paroles.

Minute de silence à la Conférence diplomatique du Jérusalem Post, Patick Maisonnave et benjamin Netanyahu (Crédit : Sivan Farag)
Minute de silence à la Conférence diplomatique du Jérusalem Post, Patick Maisonnave et benjamin Netanyahu (Crédit : Sivan Farag)

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

414 perquisitions, 64 interpellations, 118 assignations à résidence

Depuis l’état d’urgence, le ministère de l’Intérieur a procédé par l’intermédiaire des autorités de la sécurité à 414 perquisitions, 64 interpellations, 118 assignations à résidence.

75 armes dont 11 de guerre ont été saisies, 31 armes de poing, 33 armes longues et 44 produits de spétufiants ont été aussi saisis depuis vendredi soir.

Un gang arabe israélien accusé d’avoir tenté de rejoindre l’Etat islamique

Les services de sécurité ont récemment arrêté un groupe de six Arabes israéliens qui avaient planifié de partir pour la Syrie avec l’intention de combattre avec le groupe radical de l’Etat islamique. Le septième membre du groupe a réussi à traverser la frontière israélo-syrienne dans les hauteurs du Golan en deltaplane.

Dans un communiqué mercredi, le service de sécurité du Shin Bet a déclaré que les six suspects, tous des résidents de la ville du nord israélo-arabe de Jaljulia, avaient prévu depuis des mois de se rendre en Syrie.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

La Suède relève son niveau d’alerte

La Suède a pris la même mesure que le Danemark, quelques heures plus tard en fixant le niveau de menace à « élevé », là encore le deuxième le plus haut sur une échelle de cinq.

« La décision a été fondée sur des données du Centre national d’évaluation de la menace terroriste (NCT) », groupe de travail réunissant des experts de plusieurs branches de l’État, ont indiqué les services de sécurité (Säpo) dans un communiqué.

« L’une des raisons est que les services de sécurité ont reçu des renseignements concrets », ont-ils ajouté.

« Les attentats à Paris le 13 novembre démontrent probablement des capacités accrues pour [l’organisation État islamique] de perpétrer des attentats relativement complexes en Europe. Certains individus pourraient éventuellement s’en inspirer ».

Le parquet antiterroriste suédois a par ailleurs ouvert une enquête pour « préparation d’actes terroristes ».

Le rabbin de Saint-Denis : la terreur n’affectera pas la vie juive

« Nous ne suspendons pas nos activités et nous nous préparons à célébrer Hanukha comme d’habitude », a affirmé le Rabbin Belinow.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

La RATP emploie des individus fichés « S »

Sammy Aminour, l’un des kamikazes présents au Bataclan vendredi dernier, était un ancien employé de la RATP.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

La Marseillaise, symbole du rassemblement contre le terrorisme

Entonnée spontanément lors d’hommages aux victimes ou dans les écoles, reprise en chœur dans le monde, la Marseillaise est devenue depuis les attentats de Paris un symbole de rassemblement face au terrorisme, comme les couleurs bleu-blanc-rouge affichés sur les monuments.

L’hymne national et le drapeau, ces deux emblèmes de la République, ont longtemps été considérés avec méfiance par une partie des Français qui les associaient à un nationalisme étriqué. Ils unissent aujourd’hui la plupart des citoyens.

« Allons enfants de la patrie… »: les parlementaires français se sont bien sûr levés pour entonner l’hymne national à l’issue du discours du chef de l’Etat François Hollande lundi à Versailles.

L’hymne est désormais également repris par la foule dans tout le pays, lors d’hommage aux 129 victimes des jihadistes. Des lycéens et des collégiens ont même entonné ce chant spontanément dans la cour de leurs établissements après la minute de silence observée lundi.

Depuis le début de la semaine, les représentations à l’Opéra de Paris débutent par une minute de silence suivie de la Marseillaise, jouée par l’orchestre et chantée par les milliers de spectateurs.

A New York, dès samedi soir, Placido Domingo et l’orchestre du Metropolitan Opera avaient fait retentir l’hymne national français, en version originale.

La Marseillaise « réveille l’espoir, c’est presque comme chanter quelque chose des Beatles », note l’historien et sociologue britannique Theodore Zeldin.

« Depuis les attentats à Paris, l’hymne français est omniprésent », écrit le New York Times mercredi. Mardi, il a retenti au Parlement européen et dans le stade londonien de Wembley, où les 70.000 spectateurs du match amical Angleterre-France l’ont chanté à l’unisson en début de soirée, suivant les paroles affichées sur des écrans géants.

La presse britannique avait aussi fourni le texte à ses lecteurs et une journaliste avait pensé à poster une version phonétique.

Ce week-end, des monuments et bâtiments du monde entier se sont aussi illuminés aux couleurs du drapeau français. En France, la tour Eiffel, des centres sportifs, des centres commerciaux et des sièges d’entreprises se sont aussi parés des trois couleurs.

Le célèbre cabaret Crazy Horse a même modifié son tableau légendaire, « La Relève de la garde ». Le temps de ce numéro, qui ouvre la revue, les danseuses évoluent dans des halos bleu-blanc-rouge exceptionnellement sur l’air de la Marseillaise.

Facebook a, lui, invité ses utilisateurs dans le monde à couvrir leur photo de profil d’un drapeau tricolore translucide. Une initiative reprise aussi sur Twitter, mais dénoncée par certains internautes, la jugeant trop centrée sur la France.

La Marseillaise, composé par Rouget de Lisle en 1792 et hymne national depuis 1879, est à l’origine un chant de guerre révolutionnaire autant qu’un hymne à la liberté « contre la tyrannie ».

Certaines paroles, notamment « Qu’un sang impur abreuve nos sillons », ont souvent été critiquées pour leur caractère belliqueux même si, selon des historiens, ce « sang impur » est en fait celui des révolutionnaires par opposition au « sang bleu », « noble et pur » des aristocrates.

Amman et Vienne jugent « prématuré » d’espérer une transition rapide en Syrie

La Jordanie et l’Autriche jugent « prématuré » d’éveiller l’espoir d’une transition politique rapide en Syrie, comme l’a fait mardi le chef de la diplomatie américaine John Kerry, a déclaré mercredi le président autrichien Heinz Fischer, à l’issue d’un entretien avec le roi Abdallah II.

« Je crois que ni le roi de Jordanie ni moi-même n’oserions éveiller l’espoir que c’est seulement l’affaire de quelques semaines. Nous sommes sur la bonne voie, mais il est prématuré de se prononcer sur la durée nécessaire pour régler les problèmes », a déclaré le chef d’Etat autrichien à l’agence APA.

M. Fischer s’exprimait à l’issue d’un déjeuner de travail avec le roi Abdallah II, en visite dans la capitale viennoise. Le souverain n’a pas rencontré la presse.

Les responsables des agences américaines de sécurité juive en Israël

Les responsables de la sécurité juive de cinq villes d’Amérique du Nord ont rejoint les hauts responsables de la police dans leur voyage en Israël pour étudier les pratiques sécuritaires.

Quatre régions métropolitaines américaines – Cleveland, Memphis, Detroit et Kansas City, le site d’une attaque meurtrière sur les institutions juives de l’an dernier – sont représentées dans ce voyage, qui durera une semaine, des agents de sécurité juifs et des hauts fonctionnaires de la police.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
Dernière info: Les responsables des agences américaines de sécurité juive en Israël

Le rabbin de Saint-Denis : la terreur n’affectera pas la vie juive

« Nous ne suspendons pas nos activités et nous nous préparons à célébrer Hanukha comme d’habitude », a affirmé le Rabbin Belinow.

Pour lire l’article en entier, cliquez ici.