Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Selon Gallant, le Hamas veut remplacer Sinwar car la brigade Khan Younès « est vaincue »

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant (à droite) s'entretient avec le chef du commandement sud de Tsahal, le major-général Yaron Finkelman, au quartier général de l'unité à Beersheba, le 18 février 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant (à droite) s'entretient avec le chef du commandement sud de Tsahal, le major-général Yaron Finkelman, au quartier général de l'unité à Beersheba, le 18 février 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a déclaré que la direction du Hamas à l’étranger cherchait un remplaçant à son chef de la bande de Gaza, Yahya Sinwar, car les bataillons du groupe terroriste à Khan Younès avaient été démantelés et qu’une offensive à Rafah se profilait.

« Le Hamas ne fait pas confiance à ses commandants, c’est une chose très, très visible », a déclaré Gallant à l’issue d’un point de situation avec le chef du commandement sud de Tsahal, le major-général Yaron Finkelman.

« La branche Hamas-Gaza ne répond pas, il n’y a personne à qui parler si l’on parle de dirigeant sur le terrain », a-t-il dit, ajoutant que la direction du Hamas à l’étranger était à la recherche de nouveaux dirigeants pour Gaza. « Cela signifie qu’il y a appel d’offres pour la gestion de Gaza ».

Selon Gallant, à Khan Younès, près de 200 suspects de terrorisme se sont rendus aux soldats israéliens dans l’hôpital Nasser et des dizaines d’autres à l’hôpital Al-Amal, ce qui, selon lui, témoigne de la perte de « l’esprit combatif » du Hamas.

« Ceux qui avaient pourtant des lance-grenades, des armes et des fusils se sont rendus à l’évidence et ne se sont pas battus. Cela en dit long sur leur façon d’appréhender les relations de pouvoir : ils ont compris que leur destin était de se rendre ou de mourir – il n’y a pas de troisième option », a-t-il expliqué.

Gallant a précisé que la brigade Khan Younès du Hamas avait été « vaincue et ne fonctionnait aucunement à la manière d’une entité militaire ».

« Le Hamas se retrouve avec des [forces] marginales dans les camps centraux et avec la Brigade de Rafah. Tout ce qui les sépare aujourd’hui d’un effondrement total en tant que système paramilitaire est une décision de Tsahal. »

« Il n’y a personne pour leur venir en aide, ni Iraniens, ni aide internationale », a ajouté M. Gallant, assurant que Tsahal démantèlerait les six bataillons restants du Hamas – deux au centre de Gaza et quatre à Rafah.

« Nous ne pouvons pas nous arrêter, pas tant qu’il restera 134 otages » aux mains du Hamas, a-t-il conclu.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.