Israël en guerre - Jour 290

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Lt. Yoav Malayev, 19 ans, a écrit une lettre à sa fiancée dans ses derniers instants

Assassiné par le Hamas, lors de l’assaut terroriste sur l'avant-poste militaire de Zikim, le 7 octobre 2023

Le lieutenant Yoav Malayev, tué lors de l'invasion de la base militaire de Zikim par le Hamas le 7 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le lieutenant Yoav Malayev, tué lors de l'invasion de la base militaire de Zikim par le Hamas le 7 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le lieutenant Yoav Malayev, 19 ans, officier de la 7e Brigade Blindée, originaire de Kiryat Ono, a été tué en combattant les terroristes palestiniens du Hamas sur la base militaire de Zikim le 7 octobre.

Il laisse derrière lui ses parents, Maya et Alex, ses jeunes frères et sœurs Talia, Avner et Harel, ainsi que sa petite amie, Einat. Il a été enterré le 9 octobre à Tel Aviv.

Son oncle, un rabbin basé en Californie, a parlé du courage de son neveu lors d’une veillée organisée quelques jours après sa mort.

« Lorsque les attaques ont commencé, il s’est rendu compte qu’il n’y avait qu’une seule soldate qui montait la garde », a déclaré le rabbin Yonatan Cohen, selon J., précisant qu’il avait couru rejoindre la garde et ordonné aux autres soldats de se séparer. « Il a agi comme un commandant. Il a agi comme un adulte. »

Cohen a déclaré que Yoav s’est défendu contre 10 terroristes du Hamas : « Il a protégé l’autre soldat avec son corps et a tué quatre des dix terroristes avant d’être dominé. »

« Yoav a agi comme Yoav », a-t-il déclaré. « Bien sûr qu’il l’a fait », ajoutant que « c’était une combinaison rare (…) ». « C’était une personne très calme et (…) avec une résilience extraordinaire. »

Sa compagne, Einat Tzemach, a déclaré au magazine At qu’ils étaient ensemble depuis deux ans et que Yoav « était un sioniste qui voulait avant tout rendre à son pays ce qu’il lui avait donné ». Elle a ajouté qu’il était calme et timide et qu’il s’est épanoui dans l’armée lorsqu’il a reçu une distinction dans son cours d’officier.

Einat raconte qu’il était l’aîné de sa famille, qu’il « s’occupait toujours de ses frères et sœurs et qu’il voulait vraiment fonder sa propre famille ».

« C’était un cuisinier hors pair, doté d’une imagination débordante. Il chantait, jouait, écrivait des chansons, étudiait la psychologie et la physique. C’est ainsi qu’il était – différent et spécial, mais aussi humain et réaliste, doté d’une incroyable intelligence émotionnelle. Tous ses amis le considéraient comme leur confident. »

Elle a ajouté que Yoav « m’appelait sa femme, nous parlions de nous marier et d’avoir des enfants. Nous n’avions pas d’ego, même si nous nous disputions pendant un moment, nous nous embrassions et passions à autre chose. Nous avions beaucoup de conversations sur le reste de notre vie ensemble, et j’ai du mal à accepter que je n’aurai plus cela ».

Après son assassinat, on a retrouvé sur son corps une lettre écrite dans les derniers instants de sa vie : « Les 20 meilleures minutes de ma vie, nous avons rampé jusqu’ici, j’ai été blessé, il y a une volée de balles en ce moment, je pense à toi et j’y penserai tout le temps, je t’aime. »

Les parents de Yoav, Maya et Alex, sont intervenus sur la chaîne publique israélienne Kan pour parler de leur fils, de la lettre et de ses derniers instants.

« Mon fils s’est battu avec acharnement pour arriver là où il est arrivé », a déclaré Alex à la télévision. « Il a terminé son cursus avec les plus grands honneurs, et il était très, très important pour lui d’être le meilleur partout où il le pouvait. »

« Je pense que tous ceux qui sont allés affronter cette horreur savaient qu’ils ne reviendraient peut-être pas », a-t-il ajouté.

« Je pense qu’avec toute l’énergie, la passion et la compassion dont Yoav, les officiers et les soldats ont fait preuve pendant ces 20 minutes (…). Essayer de toutes leurs forces de se battre pour nous protéger, c’était pour lui l’accomplissement de tout ce sur quoi il avait été élevé, de tout ce qu’il avait appris, de tout ce qu’il avait appris et intégré – je pense que le message qui nous est adressé est le suivant : ‘Je ne suis pas mort en vain, je me suis battu’. »

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’en est suivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.