Rechercher

L’université de Tel Aviv offre des bourses aux étudiants et universitaires ukrainiens

En sa qualité d'institution portant « la bannière de la liberté académique », l'établissement estime devoir offrir son aide aux « collègues ukrainiens »

Des pompiers luttent pour contenir un incendie déclaré dans le bâtiment du Département d'Economie de l'Université d'Etat Karazin Kharkiv, probablement à la suite des bombardements russes, le 2 mars 2022. (Photo Sergey BOBOK/AFP)
Des pompiers luttent pour contenir un incendie déclaré dans le bâtiment du Département d'Economie de l'Université d'Etat Karazin Kharkiv, probablement à la suite des bombardements russes, le 2 mars 2022. (Photo Sergey BOBOK/AFP)

L’Université de Tel Aviv a annoncé jeudi qu’elle accorderait des dizaines de bourses aux universitaires ukrainiens dont les études et recherches ont été compromises en raison de l’invasion russe, responsable à ce jour du déplacement de plus d’un million de personnes.

L’université a annoncé ce programme, doté d’environ 1 million de shekels alors que le conflit en Ukraine entrait dans son huitième jour sans perspective de fin.

L’initiative invite les étudiants et chercheurs ukrainiens à passer le prochain semestre en Israël et à poursuivre leurs travaux universitaires dans la plus grande université du pays.

Les bourses offertes par l’université comprennent les frais de scolarité et frais de subsistance en Israël.

« L’université de Tel Aviv contactera bientôt les ambassades en Israël et en Ukraine, ainsi que leurs collègues universitaires, pour faciliter l’arrivée des chercheurs en Israël dans les prochains jours », peut-on lire dans un communiqué publié par l’université.

Une valise et une poussette abandonnées sur la route par les réfugiés Ukrainiens fuyant l’invasion russe, au point de passage frontalier de Medyka, en Pologne, le 2 mars 2022. (Photo AP/Visar Kryeziu)

L’université a qualifié l’invasion russe de « signal d’alarme exigeant des efforts de tous pour aider le peuple ukrainien, dont beaucoup sont devenus des réfugiés, sans abri, du jour au lendemain ».

Elle a noté qu’en sa qualité d’institution portant haut « la bannière de la liberté académique », il lui appartenait de fournir « à nos collègues ukrainiens une aide immédiate ».

Mercredi soir, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés déclarait que plus d’un million de personnes avaient fui l’Ukraine depuis l’invasion du pays par la Russie, le 24 février dernier, constituant d’ores et déjà l’exode de réfugiés le plus rapide de ce siècle.

L’agence a estimé que jusqu’à 4 millions de personnes pourraient être amenées à quitter l’Ukraine.

« Les mesures que nous prenons sont certes modestes », a déclaré le président de l’université, le professeur Ariel Porat. « Cependant, nous espérons que d’autres institutions universitaires, à la fois en Israël et dans le monde, suivront notre exemple et donneront un coup de main au peuple ukrainien en proie à cette situation tragique. »

Les efforts des autorités israéliennes pour faciliter l’arrivée de réfugiés ukrainiens en Israël se sont essentiellement concentrés sur la population juive.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...