Malgré la hausse des infections, un seul décès dû à la COVID en deux semaines
Rechercher

Malgré la hausse des infections, un seul décès dû à la COVID en deux semaines

Les cas graves ont également diminué au cours de cette période, ce qui indique que les taux de vaccination élevés contribuent à prévenir une résurgence majeure de la morbidité

Des Israéliens, dont certains portent des masques, sont vus à Tel Aviv, le 28 juin 2021. ( Crédits: Miriam Alster/Flash90)
Des Israéliens, dont certains portent des masques, sont vus à Tel Aviv, le 28 juin 2021. ( Crédits: Miriam Alster/Flash90)

Les infections dues au coronavirus ont de nouveau augmenté au cours des deux dernières semaines, mais les formes graves de la maladie et les décès restent sur une tendance à la baisse, ce qui indique que la campagne de vaccination israélienne contribue à prévenir une résurgence majeure du taux de morbidité.

On dénombrait le 14 juin 206 cas actifs en Israël, chiffre qui est passé à 1 254 lundi, à la suite d’une série de clusters locaux.

Depuis lors, un seul décès dû à la COVID-19 a été enregistré dans le pays et les cas graves sont passés de 30 à 22.

Le pic de cas n’a pas eu d’effet négatif apparent sur ces chiffres, apparemment en raison des niveaux élevés de vaccination parmi les Israéliens plus âgés et chez les personnes appartenant aux groupes à risque. La plupart des cas récents concernent des jeunes, qui sont moins vulnérables aux formes graves de la maladie.

Selon les derniers chiffres du ministère de la santé, 51 % des infections actives concernent des Israéliens âgés de 19 ans ou moins et 77,3 % des personnes hospitalisées dans un état grave ne sont pas vaccinées.

En outre, le nombre de nouveaux cas et le taux de tests positifs ont lentement diminué ces derniers jours, alors que plus de 200 infections ont été enregistrées jeudi et vendredi, soit le nombre de cas quotidiens le plus élevé depuis plus de deux mois.

Les taux de vaccination sont également repartis à la hausse ces derniers jours, le gouvernement incitant les enfants âgés de 12 à 15 ans à se faire vacciner.

Un jeune Israélien se fait vacciner contre la COVID-19 dans un centre de vaccination Clalit à Jérusalem, le 24 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La plupart des nouveaux cas semblent être concentrés dans plusieurs municipalités, dont certaines ont encore été rétrogradées lundi dans le système dit de « feux de signalisation » du ministère de la Santé visant à mesurer la gravité de la morbidité dans une communauté donnée, car les cas y ont continué à augmenter.

Afin de lutter contre l’augmentation des infections, le ministère de la Santé a réimposé vendredi l’obligation de porter le masque à l’intérieur des espaces publics clos et le gouvernement a pris des mesures visant à renforcer les règles relatives aux voyages, dans la mesure où il est craint que la récente flambée de cas ne soit alimentée par l’entrée dans le pays du variant Delta, plus contagieux.

Réuni dimanche soir pour la première fois depuis l’entrée en fonction du nouveau gouvernement, le cabinet chargé de la lutte contre le coronavirus a discuté du renforcement de la politique de tests et de l’application de la loi aux frontières d’Israël, ainsi que de l’intensification des efforts de vaccination des adolescents, mais n’a pas ajouté de nouvelles restrictions majeures.

Depuis le début de la pandémie, il y a eu au total 840 995 cas confirmés en Israël et 6 429 décès dus au virus. Plus de 5,1 millions de personnes, sur une population israélienne de près de 9,3 millions d’habitants, ont reçu les deux doses de vaccin ; plus de 5,5 millions ont reçu au moins une injection.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...