Marjorie Taylor Greene aime un tweet liant le Mossad au meurtre de JFK
Rechercher

Marjorie Taylor Greene aime un tweet liant le Mossad au meurtre de JFK

Son adhésion à ce post de novembre 2018 n’est qu’un exemple parmi les (très) nombreuses preuves de son soutien aux théories du complot antisémite et raciste

Le président John F. Kennedy dans le cortège présidentiel, environ une minute avant d'être abattu à Dallas, Texas, le 22 novembre 1963. Dans la voiture avec Kennedy se trouvent Mme Jacqueline Kennedy, à droite, Nellie Connally, gauche, et son mari, le gouverneur du Texas John Connally. (Photo AP / Jim Altgens)
Le président John F. Kennedy dans le cortège présidentiel, environ une minute avant d'être abattu à Dallas, Texas, le 22 novembre 1963. Dans la voiture avec Kennedy se trouvent Mme Jacqueline Kennedy, à droite, Nellie Connally, gauche, et son mari, le gouverneur du Texas John Connally. (Photo AP / Jim Altgens)

WASHINGTON (JTA) – Marjorie Taylor Greene a aimé un tweet en 2018 qui impliquait l’agence d’espionnage israélienne dans l’assassinat du président John F. Kennedy.

Ce “like”, découvert mercredi sur Twitter par quelqu’un qui s’identifie comme un démocrate du Michigan, est le dernier exemple en liste de l’adhésion de la députée républicaine de Géorgie aux théories du complot présentant des thèmes antisémites. Le fait que Greene ait adhéré à de telles théories du complot avant son élection l’année dernière, et son soutien apparent aux appels à tuer les principaux démocrates, ont déclenché un effort sans précédent de la part des démocrates pour la renvoyer des commissions de la Chambre des députés jeudi.

Le tweet de novembre 2018 avait été partagé par un certain Jason Womack, qui a déclaré : « Le Mossad était sur le terrain à Dallas le 22/11/1963 ! » – la date et le lieu de l’assassinat de Kennedy. Womack répondait à un tweet de Greene, qu’elle a depuis supprimé et dont aucune copie n’est disponible.

La députée républicaine de Géorgie Marjorie Taylor Greene retourne à son bureau après avoir pris la parole devant l’hémicycle du Capitole à Washington, le jeudi 4 février 2021. (AP Photo / Andrew Harnik)

La JTA a demandé au bureau de Greene s’il avait un commentaire. Une réponse différente au tweet original de Greene par un autre utilisateur de Twitter suggère que Greene avait déclaré que le Mossad prévoyait une action visant l’ancien président Donald Trump.

« Cela n’aurait pas de sens que le Mossad essaie de le faire parce que Trump a été le plus grand allié d’Israël au cours des 10 à 15 dernières années », a répondu cette personne, Brian Lusardi.

Jeudi, Lusardi a déclaré à JTA qu’il ne se souvenait pas de ce que Greene avait écrit et qui a suscité sa réponse.

Charlie Harajli, qui s’identifie sur Twitter comme un démocrate du Michigan, est le premier à avoir découvert le « like » de Greene. Greene explique maintenant dans sa biographie Twitter qu’un « like » n’équivaut pas à une approbation. Cependant, cette mise en garde est récente et en 2019, lorsqu’elle se présentait au Congrès, il n’y avait pas de telle précision sur sa page Twitter.

Greene s’est identifiée dans le passé à QAnon, la théorie du complot délirante qui postule qu’à un moment donné Trump réprimera un réseau de démocrates pédophiles et cannibales, et qui inclut des thèmes antisémites. Elle a partagé du contenu antisémite virulent et a « liké » les publications sur les réseaux sociaux appelant au meurtre de démocrates de premier plan.

Elle a également embrassé les mensonges post-élection de Trump, selon lesquels il avait remporté les élections, une fiction qui a déclenché l’émeute meurtrière du 6 janvier au Capitole américain.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...