Miki Zohar regrette de ne pas avoir renvoyé la chef de la commission Corona
Rechercher

Miki Zohar regrette de ne pas avoir renvoyé la chef de la commission Corona

Selon lui, Netanyahu n'est pas responsable de la flambée des cas, la faute en revient plutôt à la députée Likud Yifat Shasha-Biton qui a annulé certaines décisions du gouvernement

Le député Miki Zohar lors d'une réunion de la commission des arrangements à la Knesset, le 13 janvier 2020. (Hadas Parush/Flash90)
Le député Miki Zohar lors d'une réunion de la commission des arrangements à la Knesset, le 13 janvier 2020. (Hadas Parush/Flash90)

Un allié clé du Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré mardi qu’il regrettait de ne pas avoir donné suite au projet de renvoyer une responsable du Likud qui avait critiqué avec véhémence la gestion de la pandémie de coronavirus par le gouvernement et qui était revenue sur certaines décisions gouvernementales. Il recommanderait à nouveau son éviction au Premier ministre, a-t-il ajouté.

Les commentaires de Miki Zohar, chef de la coalition, font suite à une prise de bec publique entre le Premier ministre et Yifat Shasha-Biton, chef de la commission Corona de la Knesset, la veille.

« Lorsque Yifat Shasha-Bitton nous a expliqué à tous que les entreprises et les salles de sport ne devraient pas être fermées, elle est devenue une déesse », a dénoncé Miki Zohar à propos des actions d’Yifat Shasha-Biton ayant fait annuler certaines décisions ministérielles, notamment la fermeture de restaurants, de salles de sport et de piscines.

« Il nous est apparu clairement par la suite que cette décision populiste a pu entraîner un désastre dans le pays, sous la forme de 4 000 personnes infectées par jour », a-t-il déclaré à la station de radio 103FM.

On ignore sur quelles données il se basait. Il n’y a pas eu de données publiées sur les infections massives dans les piscines, les gymnases et les restaurants.

Lorsqu’on lui a fait remarquer au cours de l’interview que c’était Benjamin Netanyahu, en tant que Premier ministre, qui était en fin de compte aux commandes, Miki Zohar a fait marche arrière.

« Vous avez tort. Elle a changé les décisions du Premier ministre en collaboration avec le comité coronavirus », a accusé le chef de la coalition.

Avant que la pandémie ne se répande dans les villes israéliennes au cours des dernières semaines, la plupart des cas étaient concentrés dans les villes arabes et ultra-orthodoxes. Cependant, la pression exercée par les alliés ultra-orthodoxes du Premier ministre l’a conduit à s’abstenir d’appliquer de sévères restrictions à ces seules localités.

Yifat Shasha-Biton, membre de la Knesset, assiste à la commission de l’éducation, de la culture et des sports, le 15 juillet 2019. (Hadas Parush/Flash90)

Miki Zohar a également déclaré qu’il avait pris la responsabilité personnelle d’empêcher qu’Yifat Shasha-Biton ne soit licenciée auparavant, et qu’il allait à nouveau peser le pour et le contre.

« Nous nous sommes abstenus, estimant que ce n’était pas la bonne chose à faire, et j’assume ici cette responsabilité. J’ai moi-même empêché son éviction, et je regrette de ne pas l’avoir fait », a indiqué M. Zohar. « Aujourd’hui, j’en discuterai avec le Premier ministre et c’est à partir de là que nous prendrons les décisions ».

« Je pense sans équivoque que le renvoi de Yifat Shasha-Biton est la bonne chose à faire et j’espère vraiment que le Premier ministre acceptera ma position », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...