Ministère de la Santé: Les cas COVID ont doublé en 14 jours, restrictions en vue
Rechercher

Ministère de la Santé: Les cas COVID ont doublé en 14 jours, restrictions en vue

Le directeur du ministère Chezy Levy signale 1 230 nouveaux cas avec un taux de positivité de 3,3 % et préconise de légères restrictions maintenant, plutôt que de lourdes à terme

Des membres du personnel médical hospitalier portant des vêtements de protection transfèrent des patients dans un service de traitement du coronavirus au centre médical Shaare Zedek à Jérusalem, le 16 novembre 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Des membres du personnel médical hospitalier portant des vêtements de protection transfèrent des patients dans un service de traitement du coronavirus au centre médical Shaare Zedek à Jérusalem, le 16 novembre 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Les nouveaux cas de coronavirus ont presque doublé en deux semaines, selon de nouvelles données du ministère de la Santé parues lundi matin, alors que les ministres devaient se réunir à nouveau pour discuter d’éventuelles nouvelles restrictions ou de l’arrêt des plans visant à ouvrir davantage de secteurs de l’économie.

Les chiffres du ministère de la Santé ont montré que le nombre moyen de nouveaux cas quotidiens au cours de la semaine écoulée était passé à 1 318 lundi, contre 750 nouveaux cas par jour le 22 novembre. Les chiffres sont basés sur une moyenne de 7 jours.

Ce chiffre est le plus élevé depuis la mi-octobre, lorsqu’Israël émergeait de la deuxième vague de la pandémie, a déclaré lundi le Centre national d’information et de connaissance sur le Corona dans un rapport.

Le rapport a également souligné le nombre croissant de patients hospitalisés dans des conditions graves. Le ministère de la Santé a indiqué que 331 patients étaient dans un état grave lundi matin, contre 260 il y a une semaine. Parmi eux, 112 patients sont sous respirateur.

Le nombre de morts a augmenté de deux en une nuit pour atteindre les 2 917 décès.

Le ministère a déclaré que 1 230 nouveaux patients COVID-19 ont été diagnostiqués dimanche, et que 3,3 % des 36 844 tests se sont révélés positifs. Le taux de positivité est en baisse par rapport aux 3,9 % enregistrés samedi, mais il est plus élevé que les jours précédents. Le taux moyen de positivité au cours des sept derniers jours a été de 2,6 %, selon le centre.

Les niveaux de test ont tendance à baisser pendant les week-ends, les taux de positivité augmentant temporairement.

Le nombre total de cas confirmés dans le pays depuis le début de la pandémie est de 345 201, dont 12 776 cas actifs.

Le groupe de travail a recommandé de réimposer certaines restrictions qui ont été assouplies, « pour arrêter la montée des infections et empêcher que l’épidémie ne devienne incontrôlable ».

Les autorités estiment que tous les deux jours, sans que des restrictions soient réimposées, il faudra un jour de confinement à terme.

Dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a averti qu’il n’hésiterait pas à rétablir les restrictions afin d’éviter d’autres obstacles plus pénibles à l’avenir, mais son cabinet chargé de la lutte contre le coronavirus n’est pas parvenu à se mettre d’accord sur un plan après s’être réuni pendant plusieurs heures dimanche soir.

Les ministres du groupe doivent se réunir à nouveau lundi à 16 heures.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (G) et le ministre de la Santé Yuli Edelstein visitent le centre logistique de Teva Pharmaceuticals à Shoham, où les vaccins contre le coronavirus doivent être stockés et distribués, le 26 novembre 2020. (Yossi Aloni/Flash90)

Le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, avait averti dimanche soir que le pays risquait d’entrer dans un troisième confinement si aucune mesure n’était prise dans les jours à venir pour enrayer l’épidémie.

La plupart des secteurs de l’économie ont rouvert et le système scolaire a retrouvé sa pleine fréquentation dimanche, plus de trois mois après qu’Israël a mis en place un confinement national pour endiguer les taux de morbidité galopants en septembre.

Dans une déclaration faite dimanche dernier, les ministres ont indiqué qu’ils avaient décidé de prolonger de 48 heures un projet-pilote qui a permis d’ouvrir certains centres commerciaux, marchés et musées. Le projet devait prendre fin dimanche à minuit.

Nachman Ash, le plus haut fonctionnaire en charge de la lutte contre le virus, a présenté une sombre projection lors de la réunion, affirmant qu’au rythme actuel, les nouveaux cas quotidiens passeront de 1 500 à environ 7 400 en seulement trois semaines. Cela signifierait une vague d’infections similaire dans sa gravité à la deuxième vague du pays entre août et octobre, qui a conduit à un bouclage d’un mois et a mis à rude épreuve le système de santé israélien.

M. Ash a présenté deux alternatives, qui réimposeraient toutes deux de manière significative les restrictions qui ont été levées.

La première consisterait à fermer tous les commerces qui reçoivent des clients en personne, y compris les magasins de rue, les centres commerciaux et les marchés, ainsi que les écoles situées dans des zones moyennement et hautement contaminées. Les transports publics seraient réduits de 50 %.

Le second plan inclurait tout cela et fermerait également toutes les écoles à l’échelle nationale, en plus des restrictions de voyage.

Des lycéens israéliens arrivent dans un lycée d’Ashdod, dans le sud d’Israël, le 29 novembre 2020. (Crédit : Flash90)

Selon divers médias, le ministère de la Santé a recommandé à Israël de fermer tous les magasins non essentiels, quelques semaines seulement après leur réouverture progressive, et de fermer toutes les écoles situées dans des zones à taux d’infection moyen ou élevé.

Des rapports ont indiqué que le ministère tentait également de réimposer des restrictions de quarantaine pour les arrivées de tous les pays, y compris ceux considérés comme des zones à faible taux d’infection.

S’adressant à la radio de l’armée lundi, le directeur général du ministère de la Santé, Chezy Levy, a déclaré que si l’épidémie était initialement concentrée principalement dans la communauté arabe, elle s’est maintenant étendue à toutes les parties de la société israélienne.

« C’est un phénomène qui peut s’accélérer en très peu de temps », a-t-il déclaré, s’opposant à une nouvelle réouverture de l’économie. « Nous voulons mettre en place dès maintenant des mesures préventives qui seront plus légères, plutôt que des mesures lourdes après avoir laissé le virus se développer ».

Les chefs d’entreprise et d’autres personnes ont fait pression contre un nouveau bouclage, craignant des dommages économiques plus importants.

Selon le quotidien Yedioth Ahronoth, l’économiste Roby Nathanson estime à des dizaines de milliards de shekels les dégâts potentiels d’un nouveau bouclage sur l’économie israélienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...