Rechercher

Mise en service du premier emplacement de cloud de Google en Israël

Le nouveau réseau fait partie du projet Nimbus qui vise à proposer des centres de données et des services régionaux basés sur le cloud aux administrations et aux entités publiques

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Sur cette photo non-datée fournie par Google, les canalisations colorées qui envoient et reçoivent l'eau de refroidissement pour le centre de données de Google de The Dalles, dans l'Oregon (Crédit : dit: AP/Google, Connie Zhou)
Sur cette photo non-datée fournie par Google, les canalisations colorées qui envoient et reçoivent l'eau de refroidissement pour le centre de données de Google de The Dalles, dans l'Oregon (Crédit : dit: AP/Google, Connie Zhou)

Alphabet, la société mère de Google, a activé la semaine dernière sa région de cloud locale pour Israël, un projet qui a nécessité plus d’un an de travail et qui devrait stimuler l’emploi et la croissance et offrir aux ministères et aux entités publiques une meilleure sécurité pour leurs données.

L’emplacement du cloud fait partie du projet israélien « Nimbus », d’un montant de 1,2 milliard de dollars, mené en collaboration avec Google et AWS d’Amazon. Les deux géants de la technologie ont remporté des appels d’offres gouvernementaux l’année dernière pour construire et fournir des centres de données régionaux basés sur le cloud et des services à la nation.

Le projet permet aux ministères et autres entités du gouvernement israélien de transférer des serveurs et des services dans les centres de données en nuage fournis localement. Jusqu’à présent, Israël utilisait des services de cloud fournis par les centres de données Google et AWS en Irlande, aux Pays-Bas et à Francfort. Toutes ces données seront transférées vers ceux mis en place en Israël, toutes les données devant être protégées à l’intérieur des frontières d’Israël selon des directives de sécurité strictes et conformément à la loi israélienne. Les employés israéliens doivent se soumettre à des contrôles de sécurité.

Le ministère des Finances a déclaré jeudi que la transition du gouvernement vers le nouvel emplacement cloud de Google « améliorera l’efficacité des services gouvernementaux, réduira les temps de réponse dans l’activation des services numériques pour les citoyens, et économisera sur les coûts de fonctionnement, tout en permettant aux bureaux du gouvernement d’utiliser des services avancés. »

Le projet permettra également « la consommation de services informatiques avancés par le marché israélien, de promouvoir la transformation numérique des services locaux, d’améliorer la productivité des entreprises, d’encourager le traitement et l’analyse de gigantesques données des entreprises locales en Israël et de contribuer à promouvoir l’écosystème de l’État d’Israël dans les domaines des technologies du cloud », a déclaré le ministère.

Dans le cadre de ce projet, des sommes colossales seront investies dans les infrastructures locales en Israël, a indiqué le ministère dans son communiqué jeudi.

Boaz Maoz, directeur national de Google Cloud Israël, a déclaré dans une publication que le nouvel emplacement « aidera les organisations locales à se connecter avec les utilisateurs et les clients du monde entier, et contribuera à alimenter l’innovation et la transformation numérique dans tous les secteurs de l’économie », tout en contribuant au PIB d’Israël à hauteur de 7,6 milliards de dollars entre 2022 et 2030 et en soutenant la création de 21 200 emplois d’ici 2030, selon une étude récente commandée par Google. Cette étude a également été citée par le ministère des Finances.

Un bâtiment de Google sur le campus de l’entreprise à Mountain View, en Californie, le 24 septembre 2019. (Crédit : AP/Jeff Chiu)

Google organisera un événement de lancement du projet au début du mois prochain.

AWS devrait activer son emplacement cloud en Israël au cours du premier semestre 2023, a indiqué le ministère des Finances.

Le contrat gouvernemental avec Google et Amazon pour les services est d’une durée initiale de sept ans, avec une option de prolongation pour un total de 23 ans. Après les sept premières années, Israël pourra ajouter d’autres fournisseurs ou arrêter de travailler avec les fournisseurs actuels.

Le projet global, qui prévoit l’installation de six centres de données en Israël pour un investissement d’au moins 1,23 milliard de dollars, fournira quelque 500 emplois directs pour chaque centre, mais stimulera également l’emploi de manière indirecte via les services que ces centres utiliseront auprès d’autres fournisseurs.

Les centres contribueront également à créer un écosystème pour les jeunes entreprises qui fournissent des services basés sur l’informatique dématérialisée, ont déclaré les responsables du ministère, et à former la main-d’œuvre avec les compétences appropriées qui seront ensuite transmises à l’écosystème technologique du pays. Les pays voisins seront également en mesure d’exploiter l’infrastructure en nuage mise en place en Israël, a déclaré le ministère des Finances.

Le projet Nimbus a été divisé en quatre parties, avec quatre appels d’offres distincts : la construction des centres de données et la fourniture de services en cloud au gouvernement sur une plate-forme publique – remportés par Google et AWS ; l’aide à l’élaboration d’une stratégie gouvernementale visant à transférer les opérations vers le nuage ; l’aide technique à la mise en œuvre du transfert ; et un appel d’offres non encore publié, pour fournir des services d’optimisation de l’utilisation du nuage.

Le projet a fait l’objet de critiques depuis l’année dernière, lorsqu’il a été annoncé pour la première fois, après que des travailleurs de Google et d’Amazon (y compris des employés juifs) ont fait pression pour annuler les contrats.

Adaire Fox-Martin, présidente de Google Cloud International, s’exprime lors d’un événement Google Cloud à Athènes, le 29 septembre 2022. (Crédit : AP/Petros Giannakouris)

Pendant les combats de mai 2021 entre Israël et les groupes terroristes basés à Gaza, les employés de Google ont demandé à la direction de revoir les contrats et les dons de l’entreprise à des « institutions qui soutiennent les violations israéliennes des droits des Palestiniens », citant l’armée israélienne comme exemple d’une telle institution.

Les employés ont indiqué dans une lettre que les deux entreprises technologiques ont conclu des contrats avec des institutions américaines telles que le ministère de la défense, l’Immigration and Customs Enforcement (ICE) et la police. « Ces contrats font partie d’un modèle inquiétant de militarisation, de manque de transparence et d’évitement de la surveillance », peut-on lire dans la lettre. Les travailleurs ont déclaré que l’accord avec le gouvernement israélien s’inscrivait dans la même veine – un contrat « pour vendre des technologies dangereuses à l’armée et au gouvernement israéliens ».

En mai dernier, lorsque l’on a demandé aux géants de la technologie s’ils pouvaient décider à tout moment d’interrompre leurs services, ce qui laisserait Israël dans une situation délicate, l’avocat Zviel Ganz, du département juridique du ministère des Fnances, a répondu : « Selon les exigences de l’appel d’offres, la réponse est non ». Les contrats interdisent également aux entreprises de refuser des services à des entités gouvernementales particulières, a-t-il déclaré lors d’un point de presse.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a ajouté que de tels scénarios avaient été pris en considération lors de la formulation des appels d’offres.

Shoshanna Solomon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...