Rechercher

Miss Israël 2017 : reine de beauté et experte des réseaux sociaux

Rotem Rabi, 21 ans, a attiré des milliers de fans avec des photos sur Instagram afin de battre ses concurrentes pour les votes en ligne

Rotem Rabi a reçu un grand nombre de soutiens en ligne ce qui lui a permis de gagner la couronne de Miss Israël (Crédit : Moshe Sasson / Courtoisie de La'isha via JTA)
Rotem Rabi a reçu un grand nombre de soutiens en ligne ce qui lui a permis de gagner la couronne de Miss Israël (Crédit : Moshe Sasson / Courtoisie de La'isha via JTA)

JTA – Pour devenir la reine de beauté de l’Etat juif, Rotem Rabi a d’abord dû conquérir Internet.

La mannequin de 21 ans de Jérusalem a remporté la couronne tant convoitée de Miss Israël mardi avec l’aide d’une armée de supporters en ligne.

« Je tiens à vous remercier pour votre gentillesse et le soutien que j’ai reçu », a écrit Rabi mercredi sur Facebook et Instagram. « Je l’apprécie et je vous aime beaucoup ! ».

Sa connaissance des réseaux sociaux a aidé Rabi à battre les 15 participantes. C’était la première année que le vote en ligne était combiné avec les votes des juges pour choisir Miss Israël, et les réseaux sociaux étaient au cœur du concours. Chaque concurrente a eu le droit à une page sur le site du concours, avec des biographies, des photos et des vidéos inspirées d’Instagram.

Ses concurrentes ont entrepris des efforts similaires pour gagner des votes sur les réseaux sociaux, mais elles n’ont pas pu concurrencer Rabin. Son compte Instagram est suivi à lui seul par plus de 14 000 personnes – plus du double des comptes Instagram des jeunes femmes qui sont arrivées au carré final.

Une photo postée sur le compte Instagram de Rotem Rabi. (Crédit : Rotem Rabi / Instagram, via JTA)
Une photo postée sur le compte Instagram de Rotem Rabi. (Crédit : Rotem Rabi / Instagram, via JTA)

Les concours de beauté ont commencé à faire partie de la culture sioniste très tôt. À la fin des années 1920, Tel Aviv a accueilli le Concours de beauté de la reine Esther aux alentours de la fête de Pourim. Faisant partie d’une culture folklorique juive en construction, le concours de beauté a rassemblé les concurrentes ashkenazes et mizrahis et a aidé les responsables à sélectionner un représentant non officiel de la communauté juive du Yishouv, la communauté juive pré-étatique.

Le concours de Miss Israël existe depuis 1950 et a lancé un certain nombre de carrières. Gal Gadot, l’actrice israélienne qui incarne Wonder Woman sur grand écran, a remporté la couronne en 2004.

Selon la biographie de Rabi, elle a été infirmière dans l’armée de l’air israélienne. Elle a travaillé en tant que modèle tout en commençant le processus pour rejoindre la division d’enquête de la police israélienne. Elle a renoncé à participer au concours de Miss Israël l’année dernière car elle avait accepté un contrat à Milan.

Comme il est d’usage, Rabi représentera Israël au concours de Miss Monde, qui sera organisé en décembre en Chine. Elle tentera d’ajouter une victoire à l’unique victoire d’Israël en 1998.

Le concours de Miss Israël a été critiqué ces dernières années en raison de l’accent mis sur l’apparence des femmes et des normes prétendument superficielles. Par exemple, les concurrentes doivent mesurer plus de 1,67 mètre ou plus et ne doivent jamais avoir été mariées ou avoir eu d’enfants.

Le député (Likud) Oren Hazan au défilé de Holon à Pourim, le plus grand défilé du pays, le 12 mars 2017 (Crédit : Miriam Alster / Flash90)
Le député (Likud) Oren Hazan au défilé de Holon à Pourim, le plus grand défilé du pays, le 12 mars 2017 (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

La présence accrue en ligne des pages sur le concours de beauté a donné aux Israéliens une manière pratique – et parfois étrange – d’exprimer leur mécontentement. Lorsque le quotidien Yedioth Ahronoth, journal israélien derrière le concours, a publié des photos des finalistes de Miss Israël sur sa page Facebook dimanche et a demandé aux gens de voter, les lecteurs ont répondu avec une série de photos sans chemise du député controversé, Oren Hazan (Likud).

« Je dois admettre que je suis ravi d’être le choix du public pour le titre de reine de beauté d’Israël », a déclaré Hazan sur sa page Facebook. « Je prévois de travailler pour réduire la faim dans le monde et pour amener la paix mondiale ».

Hazan, qui est entré à la Knesset lors des dernières élections, est devenu l’enfant terrible du Parlement israélien.

Peu de temps après son entrée en politique, un reportage de la Deuxième chaîne avait révélé que Hazan avait géré un casino en Bulgarie où les drogues et la prostitution étaient autorisées. Il a poursuivi le journaliste de la chaîne, Amit Segal, pour diffamation, mais le tribunal a rejeté la majeure partie de sa plainte.

Plus tôt cette semaine, il a reçu une amende de 1 000 shekels pour avoir conduit à 142 kilomètres par heure dans le sud d’Israël en décembre dernier.

Pour ce qui est de Rabi, elle a également posté une déclaration sur les réseaux sociaux après sa victoire.

« J’écris cette déclaration avec des larmes d’excitation [qui me montent aux yeux] », a-t-elle écrit. « Car après un long voyage et une expérience étonnante, aujourd’hui, le grand moment est arrivé », s’est-elle réjouie, émue.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...