Israël en guerre - Jour 291

Rechercher

Mobilisation pour la libération d’un otage du Hamas, artisan du dialogue israélo-polonais

Alex Dancyg a travaillé au mémorial de la Shoah Yad Vashem, où il a passé des décennies à former des guides accompagnant des écoliers lors de voyages similaires et à donner des conférences à des adolescents

Une peinture murale représentant l'historien et éducateur polono-israélien de la Shoah Alex Dancyg, pris en otage lorsque des terroristes du Hamas ont pris d'assaut le kibboutz Nir Oz en Israël, près de la frontière de Gaza, le 7 octobre, avec un sous-titre le désignant comme "ambassadeur du dialogue", peut être vue à Varsovie, en Pologne. (Crédit : Wojtek Radwanski/AFP)
Une peinture murale représentant l'historien et éducateur polono-israélien de la Shoah Alex Dancyg, pris en otage lorsque des terroristes du Hamas ont pris d'assaut le kibboutz Nir Oz en Israël, près de la frontière de Gaza, le 7 octobre, avec un sous-titre le désignant comme "ambassadeur du dialogue", peut être vue à Varsovie, en Pologne. (Crédit : Wojtek Radwanski/AFP)

Avant d’être enlevé par le Hamas, Alex Dancyg, historien et enseignant de l’histoire de la Shoah, a passé des années à tenter de promouvoir le dialogue et d’apaiser la méfiance entre Polonais et Israéliens.

Aujourd’hui, sa famille et ses amis des deux pays ont lancé une campagne pour obtenir sa libération.

Né en Pologne, M. Dancyg, aujourd’hui âgé de 75 ans a été pris en otage par le Hamas lors de l’assaut contre le kibboutz Nir Oz, près de la frontière de Gaza.

Le 7 octobre, en plein Shabbat, le repos juif hebdomadaire, des centaines d’hommes armés du groupe terroriste islamiste Hamas ont infiltré Israël depuis Gaza, tuant plus de 1 400 personnes, en très grande majorité des civils fauchés par balles, brûlés vifs ou mutilés, d’après les autorités.

Mati Dancyg, le fils d’Alex, a survécu au massacre en se cachant dans un abri après que son père a réalisé qu’une attaque était imminente et l’a averti.

C’est lui qui m’a dit: « Regarde les messages, regarde ce qui se passe » », a-t-il déclaré au téléphone à l’AFP en racontant l’attaque depuis un hôtel d’Eilat qui accueillait des survivants du kibboutz.

Après l’attaque, Mati Dancyg a tenté d’appeler son père, mais celui-ci n’a jamais répondu et est désormais officiellement considéré comme disparu.

Alex Dancyg a déménagé en Israël avec ses parents à l’âge de neuf ans et n’est revenu en Pologne que près de trente ans plus tard, à l’occasion d’un voyage scolaire au camp de la mort d’Auschwitz, construit par l’Allemagne nazie dans sud du pays.

(De gauche à droite) Marta Rebzda, journaliste radio et amie de longue date d’Alex Dancyg, Dariusz Paczkowski, artiste et éducateur, et Dorota Kozarzewska, amie de longue date d’Alex Dancyg, posent pour des photos à côté d’une peinture murale représentant l’historien et éducateur polono-israélien de la Shoah Alex Dancyg, qui a été pris en otage lorsque des terroristes du Hamas ont pris d’assaut le kibboutz Nir Oz en Israël, près de la frontière de Gaza, le 7 octobre, et dont le sous-titre fait référence à lui en tant qu' »ambassadeur du dialogue », à Varsovie, en Pologne. (Crédit : Wojtek Radwanski/AFP)

Capacités « uniques »

Il a ensuite travaillé au mémorial de la Shoah Yad Vashem à Jérusalem, où il a passé des décennies à former des guides accompagnant des écoliers lors de voyages similaires et à donner lui-même des conférences à des adolescents.

« Ce n’est pas tous les jours que quelqu’un de 75 ans peut communiquer avec les jeunes », a déclaré à l’AFP Orit Margaliot, enseignante de l’histoire de la Shoah et amie de longue date d’Alex Dancyg.

Six millions de Polonais, dont une moitié de juifs, ont été tués en Pologne par les Allemands pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Le pays est celui qui compte le plus grand nombre de « Justes parmi les Nations » – soit plus de 7 000 personnes – décernée par Yad Vashem à ceux qui ont aidé à sauver des juifs pendant la guerre.

Mais les relations entre la Pologne et Israël sont complexes, avec des différends ces dernières années, notamment concernant les revendications de propriétés spoliées pendant la guerre.

Selon Orit Margaliot, les capacités de communication « uniques » de M. Dancyg ne fonctionnaient pas seulement avec les enfants.

« J’ai été élevée dans une maison qui, d’une certaine manière, était anti-polonaise », a déclaré Mme Margaliot. « Il a changé mon point de vue et m’a fait nouer une grande amitié avec les Polonais ».

Dancyg et Margaliot sont devenus des amis proches, leur dernière conversation ayant eu lieu un jour avant l’attaque du Hamas.

« Je n’ai pas beaucoup dormi depuis », a-t-elle déclaré, « je ne peux pas parler de lui au passé ».

Sur cette photo prise lors d’une visite des médias organisée par l’armée israélienne, des restes calcinés d’effets personnels gisent à l’intérieur du kibboutz Nir Oz, le long de la frontière avec la bande de Gaza, le 19 octobre 2023, après l’attaque du 7 octobre par les terroristes du Hamas. (Crédit : Jack Guez/AFP)

« Personnalité magnétique »

Depuis, elle s’est associée à un vaste réseau d’amis que Dancyg avait en Pologne, dont Dorota Kozarzewska, qui le connaissait depuis 15 ans.

Bien qu’elles ne se soient jamais rencontrées auparavant, Margaliot et Kozarzewska ont lancé une campagne transfrontalière sur les réseaux sociaux avec un compte regroupant de nombreuses pétitions et appels d’anciens élèves, d’institutions et d’organisations avec lesquelles Dancyg a travaillé.

Des jeunes hommes regardant des photos d’Israéliens disparus et retenus en otage à Gaza, affichées sur un mur à Tel Aviv, le 20 octobre 2023. (Crédit : Petros Giannakouris/AP Photo)

Selon Mme Kozarzewska, M. Dancyg avait l’habitude de lui téléphoner d’Israël alors qu’il se réfugiait dans un abri lors des attaques des missiles.

« Lorsqu’il appelait, il ne voulait pas parler de l’Holocauste ou de l’histoire, ni d’aucun sujet difficile. Il voulait que je lui parle d’un autre monde, d’un monde différent », a-t-elle déclaré à l’AFP.

« Une personnalité magnétique », ajoute Marta Rebzda, journaliste radio et son.

Mmes Kozarzewska et Rebzda ont reçu le soutien de Dariusz Paczkowski, artiste et éducateur, qui a créé une douzaine de graffitis aux couleurs vifs représentant Alex Dancyg à travers Varsovie, y compris dans l’ancien quartier juif où vivaient ses ancêtres.

Les graffitis qualifient M. Dancyg d' »ambassadeur du dialogue ».

Pour M. Paczkowski, la façon dont ses amis se sont unis en est un bon exemple: « Alex n’a même pas besoin de faire quoi que ce soit, il est simplement là – et des gens de différents milieux sociaux se rassemblent autour de lui ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.