Moins de vacances scolaires pour soulager les parents qui travaillent
Rechercher

Moins de vacances scolaires pour soulager les parents qui travaillent

Les élèves de maternelle et du primaire auront 5 jours de vacances en moins à Pessa'h, et 10 jours de cours seront ajoutés au calendrier scolaire à la rentrée prochaine

Le ministre des Finances Moshe Kahlon (à droite)  et le ministre de l'Éducation Naftali Bennett, lors d'une conférence de presse sur al réduction des vacances scolaires, au ministères des Finances, à Jérusalem, le 8 janvier 2018. (Crédit :Hadas Parush/Flash90)
Le ministre des Finances Moshe Kahlon (à droite) et le ministre de l'Éducation Naftali Bennett, lors d'une conférence de presse sur al réduction des vacances scolaires, au ministères des Finances, à Jérusalem, le 8 janvier 2018. (Crédit :Hadas Parush/Flash90)

Les enfants dans les maternelles et les écoles primaires israéliennes auront moins de jours de vacances cette année. À compter de la rentrée prochaine, et sur la base d’un projet soumis lundi par le ministre de l’Éducation Naftali Bennett et le ministre des Finances Moshe Kahlon, le calendrier scolaire comptera 10 jours de classe supplémentaires, ce qui raccourcira la durée des vacances. Ces vacances avaient fait l’objet de plaintes de la part des parents actifs.

Durant une conférence de presse, les ministres ont annoncé que le programme entrera en vigueur durant le printemps et se traduira par le retrait de 5 jours aux vacances de la fête de Pessa’h, du 25 au 29 mars, de sorte que les cours se poursuivront jusqu’à la veille de la fête, qui débutera le 30 mars au soir cette année.

Ce projet ne s’applique qu’aux élèves de maternelle (dès l’âge de 3 ans), et jusqu’à la troisième année de l’école primaire. À ces âges, les parents sont dans l’obligation de poser des jours de congé pour s’occuper de leurs enfants. Dès l’an prochain, le nombre de jours de classe augmentera de 10 jours. Certaines écoles ajouteront ces jours pendant Hanoukka.

Le programme devrait toucher des millions d’enfants et coûter près de 400 millions de shekels par an.

Les enfants qui se rendront à l’école durant ces jours ne seront pas accueillis par la même équipe que le reste de l’année, a indiqué le ministère, afin d’éviter que l’application de ce projet ne se heurte à la résistance des syndicats. Les cours et les programmes seront assurés par des travailleurs contractuels, et auront lieu de 7h30 à 13 heures.

« Les parents n’auront plus à choisir entre gagner leur vie et s’occuper de leurs enfants », a déclaré Bennett lors de la conférence de presse.

Une partie du financement proviendra directement des parents. Les tarifs dépendront des revenus de chaque municipalité. Les municipalités les plus riches factureront 30 shekels par enfant et par jour, soit 330 shekels par enfant et par an. Les municipalités de classe moyenne factureront 20 shekels par enfant et par jour. Les municipalités les plus défavorisées ne factureront pas ces jours d’école supplémentaires.

Dans les écoles qui proposent un service de halte-garderie durant les vacances, la plupart des programmes se poursuivront, mais les parents ne paieront pas, où très peu, pour ce service.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...