Mort de Dvir Sorek : des élus accusent le gouvernement, réclament l’annexion
Rechercher

Mort de Dvir Sorek : des élus accusent le gouvernement, réclament l’annexion

Netanyahu a promis de "régler les comptes" du tueur du soldat israélien retrouvé mort en Cisjordanie ; Liberman accuse la "capitulation" face au terrorisme de Gaza

Des forces de sécurité israéliennes à l'endroit où le corps d'un soldat a été retrouvé lardé de coups de couteaux, près de l'implantation de Migdal Oz, en Cisjordanie, le 8 août 2019. (Crédit ;Gershon Elinson/Flash90)
Des forces de sécurité israéliennes à l'endroit où le corps d'un soldat a été retrouvé lardé de coups de couteaux, près de l'implantation de Migdal Oz, en Cisjordanie, le 8 août 2019. (Crédit ;Gershon Elinson/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promis jeudi de traduire en justice le tueur d’un soldat de l’armée israélienne, et les députés se sont dit en faveur d’une réponse ferme à cette attaque, certains ayant imputé cette attaque à l’approche « laxiste » du gouvernement à l’égard du terrorisme.

Le corps d’un soldat israélien étudiant en yeshiva, portant plusieurs coups de couteau a été découvert jeudi aux abords d’une implantation en Cisjordanie, a annoncé l’armée. Une chasse à l’homme a été lancée.

Dvir Sorek était porté disparu depuis mercredi soir. Son corps a été retrouvé à 3 heures du matin, le long d’une route menant à Migdal Oz.

Les autorités considèrent qu’il s’agit d’une attaque terroriste. Jeudi matin, aucun groupe terroriste palestinien n’a revendiqué l’attaque.

Dvir Sorek, 19ans, a été poignardé à mort en Cisjordanie, le 8 août 2019. (Autorisation de la famille)

« Ce matin, nous avons pris connaissance d’une grave attaque au couteau », a déclaré Netanyahu, qui est également ministre de la Défense, dans un communiqué.

« Les forces de sécurité mènent une opération afin de capturer ce sale terroriste et de lui régler son
compte », a déclaré Netanyahu. « Au nom du gouvernement, je présente toutes mes condoléances à la famille. »

Le porte-parole de Netanyahu pour les médias étrangers a semblé associer cette attaque au président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, dans un tweet : « Hier à peine, 40 membres du Congrès américain ont entendu Abu Mazen [nom de Mahmoud Abbas] mentir une fois de plus sur son désir de paix. Et aujourd’hui, nous nous réveillons face à la réalité, un meurtre brutal. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur les lieux d’un attentat meurtrier à Ariel, le 18 mars 2019. (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL/FLASH90)

L’ancien ministre de la Défense Avigdor Liberman et le député Kakhol lavan Gabi Ashkenazi, ancien chef d’Etat-major, ont attribué l’attaque au couteau aux politiques sécuritaires du gouvernement.

« La capitulation face au terrorisme à Gaza mène aux attaques terroristes à Jérusalem, en Judée et en Samariee », a déclaré Liberman, chef du parti Yisrael Beytenu. « L’establishment de la Défense a connaissance de dizaines de tentatives d’attaques, orchestrées par le Hamas de la bande de Gaza. »

L’ancien ministre de la Défense, qui a quitté la coalition de Netanyahu en décembre en raison de sa politique à Gaza, a fustigé le gouvernement parce qu’il a négocié un accord de cessez-le-feu avec le groupe terroriste dans l’enclave côtière.

« Le terme ‘accord’ est un euphémisme pour capitulation au terrorisme et la politique actuelle du gouvernement est une tentative méprisable d’acheter le calme à court terme tout en sacrifiant la sécurité à long terme des Israéliens », a déclaré Liberman. « Je suis certain que l’armée israélienne interpellera les terroristes à l’origine de l’attaque et les traduira en justice. »

Israël a accepté ces dernières années plusieurs accords de cessez-le-feu pour mettre fin à des épisodes de violences à Gaza, mais un accord à long-terme, qui comprendrait le retour des Israéliens détenus captifs par le groupe terroriste, reste en suspens.

Ashkenazi a affirmé que l’assassinat, qui survient dans une période d’accalmie relative en Cisjordanie et à Gaza « témoigne une fois de plus de l’érosion du [pouvoir de] dissuasion » d’Israël.

Le chef du parti Yisrael Beytenu Avidgor Liberman s’exprime lors d’une réunion du parti à la Knesset, à Jérusalem, le 24 juin 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

« Nous devons mettre fin à l’approche laxiste du gouvernement au terrorisme et restaurer le pouvoir de dissuasion », a-t-il dit.

Plusieurs politiciens à droite de l’échiquier politique ont appelé à une réponse militaire ou à de nouvelles constructions dans les implantations en réponse au meurtre.

« La douleur est immense et je suis sur que les forces de sécurité mettront la main sur cet ignoble meurtrier. Notre réponse doit être ferme : étendre la souveraineté israélienne sur toutes les implantations, et notamment sur le Gush Etzion », a déclaré le président de la Knesset Yuli Edelstein, ancien résident du bloc d’implantations.

Shlomo Neeman, chef du conseil régional d’Etzion, s’est fait l’écho d’Edelstein : « Je m’adresse une fois de plus au gouvernement israélien : mettez victorieusement fin à cette guerre. Détruisez les desseins de ces personnes diaboliques. Ne leur laissez aucune option. C’est la seule façon d’être clair et de ne leur laisser aucun espoir. La souveraineté israélienne dans le Gush Etzion en particulier, et en Judée et en Samarie en général, est la seule réponse appropriée. »

La cheffe du partie de la Droite unie Ayelet Shaked a déclaré qu’Israël « doit exiger un prix lourd et renforcer notre pouvoir de dissuasion face au terrorisme palestinien ».

Le président Reuven Rivlin a exprimé sa « douleur » face à la mort de ce soldat.

Des soldats israéliens à l’endroit où le corps d’un soldat a été retrouvé lardé de coups de couteaux, près de l’implantation de Migdal Oz, en Cisjordanie, le 8 août 2019. (Crédit ;Gershon Elinson/Flash90)

« Nous soutiendrons les forces de défense qui pourchassent les tueurs, et nous ne nous reposerons pas jusqu’à ce qu’ils soient capturés. Face à cet atroce acte de terrorisme, nous agirons d’une main forte, sans compromis, pour la sécurité de nos citoyens, où qu’ils se trouvent », a déclaré le président.

« Mes condoléances aux parents du soldat qui a été tué cette nuit », a déclaré le chef de Kakhol lavan et ancien chef d’Etat-major Benny Gantz. « L’armée et les forces de sécurité sauront appréhender ces ignobles terroristes, morts ou vifs ».

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri et le ministre de l’Education Rafi Peretz ont également présenté leurs condoléances à la famille de la victime, et se sont dit assurés que les tueurs seront arrêtés.

« Notre cœur saigne après la mort d’un jeune, arraché à la vie en pleine fleur de l’âge », a déclaré Peretz.

Un « homme sensible, avec un cœur d’or ».

Les proches, enseignants, amis et voisins de Sorek, un résident d’Ofra, se sont souvenus de lui comme d’un étudiant dévoué et gentil.

« C’état quelqu’un d’exceptionnel, de très sensible, intelligent, humble, de qui émanait sagesse et tranquillité… C’est un homme qui, au début de l’année, a vu un Arabe marcher dans la région avec un âne qui avait l’air malade, alors il a proposé de racheter l’âne. Il l’a acheté, soigné, et libéré », a raconté le rabbin Sarel Rosenblatt, l’un des enseignants de Sorek, à la Douzième chaîne.

« Je voulais qu’il devienne quelqu’un en Israël, qui ferait profiter la société israélienne de sa lumière, et sa lumière nous a été retirée », a-t-il ajouté, le décrivant comme un « homme sensible avec un cœur en or ».

Aucune indication sur l’enterrement n’a été communiquée à l’heure où ces lignes sont publiées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...