Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Municipales : Le taux de participation pâtit de la guerre à Gaza, nombre d’électeurs préférant rester chez eux

Dans une grande partie du pays, les électeurs se sont rendus aux urnes après des mois de retard malgré les roquettes et les violences. "Votez et ayez un impact", a dit le président Herzog

Les Israéliens ont voté dans un bureau de vote le matin des élections municipales, à Jérusalem, le 27 février 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Les Israéliens ont voté dans un bureau de vote le matin des élections municipales, à Jérusalem, le 27 février 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le taux de participation au scrutin municipal israélien est resté faible tout au long de la journée, à seulement 45 % à 20 heures, mardi, après des mois de retards causés par la guerre à Gaza.

Selon les données du ministère de l’Intérieur, le taux de participation de cette année, avec seulement 2 212 320 suffrages exprimés, est inférieur à celui des dernières élections municipales de 2018, pour lesquelles 40 % des électeurs avaient voté à la même heure.

Au sein du système pénitentiaire israélien, 48 % des électeurs ont voté et, ce matin, l’armée israélienne estimait à 30 000 le nombre des militaires, d’active ou de réserve, dans la bande de Gaza ou ailleurs en Israël, à avoir voté.

Les bureaux de vote avaient ouvert une semaine plus tôt pour les militaires déployés à Gaza et dans le nord et on ignore à ce stade si ce total inclue les soldats ayant voté de manière anticipée. Dans un communiqué, l’armée a déclaré l’ouverture de 570 bureaux de vote en Israël.

Après avoir voté à Jérusalem dans la matinée, le président Isaac Herzog a déclaré que son épouse Michal et lui-même avaient « fait leur devoir et voté aux municipales pour élire le maire et le conseil municipal de Jérusalem, capitale d’Israël ».

« Le gouvernement local a une influence considérable sur nos vies. Chaque instant de la vie des citoyens israéliens est pris en charge par les autorités locales. Par conséquent, si nous voulons vraiment peser sur le sens donné à notre vie, il est préférable de voter aux municipales. c’est encore plus vrai en temps de guerre. Face à l’état d’urgence, les municipalités, les autorités locales et les conseils font face à de nombreuses questions de la plus haute importance », a déclaré Herzog.

Le président Isaac Herzog et son épouse Michal votent aux élections municipales de Jérusalem, le 27 février 2024 (Crédit : Maayan Toaf / GPO)

« J’appelle les citoyens d’Israël à aller voter pour avoir de l’influence. »

On ignore encore dans quelle mesure le vote de mardi pour le scrutin municipal reflétera l’opinion des électeurs envers la coalition gouvernementale du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Depuis le massacre du Hamas du 7 octobre dernier, dans le sud d’Israël, les sondages d’opinion montrent une perte d’influence importante de Netanyahu et de ses alliés les plus durs, ce qui contraste avec la posture du chef du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, bien placé pour former un nouveau gouvernement si des élections avaient lieu aujourd’hui. Mais contrairement au Likud de Netanyahu, le parti de Gantz ne dispose pas d’une machine électorale locale puissante et expérimentée.

Par ailleurs, le taux de participation aux élections municipales est toujours plus faible que celui des élections nationales, et ce mardi s’est avéré plus faible encore, ce qui pourrait profiter aux alliés ultra-orthodoxes de Netanyahu dans de nombreuses régions, à commencer par Jérusalem, puisque la communauté ultra-orthodoxe vote d’ordinaire en grand nombre.

On s’attend à ce que nombre d’électeurs des zones évacuées près des frontières de Gaza et du Liban votent contre le Likud et ses alliés, lorsque les élections s’y tiendront en novembre prochain.

Au total, on dénombre 24 910 candidats pour 4 500 listes, parmi lesquels 801 candidats à la mairie et seulement 83 femmes. Les électeurs devaient voter deux fois : une pour le président du conseil et une autre pour la liste des conseillers.

On estime à le nombre de 50 000 fonctionnaires mobilisés dans l’organisation de ces élections, qui coûtent au pays près d’1 milliard de shekels.

A cause de la guerre, le nombre de bulletins de vote dits « à double enveloppe », c’est-à-dire déposés ailleurs que dans les circonscriptions des électeurs, pour diverses raisons, s’élèvera à près de 400 000, soit une augmentation considérable par rapport aux 95 000 bulletins de cette nature déposés lors des dernières élections municipales de 2018.

A l’occasion d’une conférence de presse au début de ce mois, le directeur général du ministère de l’Intérieur, Ronen Peretz, a indiqué que cela pourrait retarder l’annonce des résultats officiels des élections jusqu’à plusieurs jours après le scrutin.

Malgré les difficultés inhérentes à l’organisation d’une élection en temps de guerre, après l’ouverture des bureaux de vote, le ministre de l’Intérieur Moshe Arbel a déclaré à la radio militaire qu’il pensait que le vote de mardi prouvait qu’il n’y avait « aucun obstacle à la tenue d’élections nationales, sous réserve d’une décision de la Knesset en ce sens ».

Sa déclaration entre en contradiction avec celles d’autres membres du gouvernement de Netanyahu, qui se sont prononcés contre la tenue d’élections nationales durant la guerre, au motif qu’elles auraient un impact négatif sur le pays déjà confronté à une crise.

Les élections municipales, qui auraient dû se tenir le 31 octobre dernier, ont été dans un premier temps reportées au 30 janvier à cause de la guerre à Gaza, qui a éclaté le 7 octobre lorsque 3 000 terroristes du Hamas ont franchi la frontière, tué 1 200 personnes et kidnappé plus de 250 personnes, essentiellement des civils. Elles ont été reportées une seconde fois, au 27 février.

Tout au long de cette journée électorale, des proches des 134 otages se sont rendus dans les bureaux de vote, dans tout le pays, avec les photos de leurs proches pour rappeler qu’eux étaient privés de leur droit de vote.

Des proches d’otages ont installé des isoloirs devant les bureaux de vote lors des élections municipales du 27 février 2024, pour rappeler aux électeurs de « choisir les otages ». (Avec l’aimable autorisation du Forum des otages et des familles de personnes disparues)

Devant le Conseil des ministres, avant le deuxième report en décembre dernier, l’armée israélienne avait indiqué que 688 réservistes candidats aux élections ne seraient « très vraisemblablement » pas en mesure de mener leur campagne. Ces réservistes, dont le rôle dans l’armée était jugé crucial, représentaient 144 municipalités, avait précisé l’armée.

Onze municipalités et conseils régionaux situés le long de la frontière nord et à proximité de Gaza, d’où quelque 180 000 habitants ont été évacués à cause des combats contre les groupes terroristes du Hezbollah et du Hamas, tiendront leurs élections municipales dans neuf mois, le 19 novembre prochain.

S’il fallait un rappel que le pays était en guerre, des sirènes ont retenti dans plusieurs villages évacués du nord d’Israël peu après l’ouverture des bureaux de vote, à 7 heures du matin, lorsque le Hezbollah a tiré des dizaines de missiles sur une emprise militaire sensible du mont Meron.

Le ministère de l’Intérieur avait indiqué que si les attaques du Hamas ou du Hezbollah compliquaient le vote, le ministère donnerait des instructions complémentaires aux citoyens pour voter malgré tout, et pourrait même mettre fin au vote et le reporter à une date ultérieure le cas échéant.

Les tirs de roquettes se sont poursuivis tout au long de la journée, et les alarmes ont retenti dans de nombreuses villes de Galilée occidentale. Des images ont permis de voir des roquettes en train de s’écraser près d’automobilistes sur une autoroute du nord d’Israël suite à un tir du Hezbollah depuis le Liban.

Sur une de ces vidéos, on voit des personnes, sur la Route 89, en Galilée occidentale, et des roquettes en train de s’écraser sur la route, à quelques dizaines de mètres de leur véhicule.

Les élections ont également été émaillées de violences et de tentatives de fraude électorale et la police est intervenue sur plusieurs incidents dans la journée.

Elle dit avoir été forcée d’utiliser des méthodes de dispersion des émeutes dans la ville d’Arara, dans le sud du pays, pour mettre fin à une violente confrontation entre deux factions d’une même famille devant un bureau de vote.

Les policiers sont par ailleurs intervenus suite à des coups de feu tirés dans le secteur : après une courte course poursuite, ils ont découvert une voiture avec des chargeurs remplis de munitions, qu’ils ont confisqués. Les suspects ont pris la fuite.

La police a par ailleurs arrêté trois personnes qui se battaient devant un bureau de vote de Zrahia.

Dans ces deux cas, le scrutin a pu reprendre suite à l’intervention de la police.

Des images venues de Bat Galim ont permis de voir des militants d’un des candidats se faire attaquer suite à une querelle au sujet de l’affichage.

Selon le quotidien Maariv, un homme de Tuba-Zangariyye a été modérément blessé lors d’une bagarre. Le Magen David Adom l’a transporté d’urgence à l’hôpital.

Des bénévoles de la campagne sont assis à côté d’une pile géante de châles de prière au siège de campagne municipal du parti ultra-orthodoxe Agudath Israël à Beit Shemesh, le 27 février 2024. (Crédit : Sam Sokol)

À Beit Shemesh, des membres de groupes hassidiques rivaux soutenant des candidats opposés se seraient affrontés au sujet de l’élection. Selon le média local Beit Shemesh News, des militants auraient incité à faire crouler le siège de campagne du candidat de Degel HaTorah, Shmuel Greenberg, sous les appels téléphoniques.

Le journaliste ultra-orthodoxe Yossi Shtark a publié sur X des images montrant des militants en train de s’introduire dans un bâtiment appartenant au mouvement hassidique de Belz et de crever les pneus d’un conseiller municipal.

La police a également arrêté deux hommes de Beit Shemesh soupçonnés de fraude électorale pour avoir offert de l’argent aux habitants pour voter pour un candidat précis.

D’autres suspects ont été arrêtés « et l’étendue de leur implication » fait l’objet d’une enquête de la part des forces de l’ordre, a fait savoir la police.

Suite aux premières informations ayant fait état de tentatives de fraude électorale, des bénévoles du quartier général de campagne du parti hassidique Agoudat Israël ont reçu l’ordre de signaler toute activité suspecte à la police.

Agoudat Israël a apporté son soutien à l’ancien maire Moshe Abutbul, candidat du Shas.

Dans un communiqué, l’équipe de campagne d’Abutbul a fait savoir qu’elle n’avait « rien à voir » avec cette histoire de fraude, explique le site d’information ultra-orthodoxe JDN.

Une femme vote dans un bureau de vote le matin des élections municipales, à Jérusalem, le 27 février 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Lors de l’élection de 2013, la police locale avait découvert des centaines de cartes d’identité dans un appartement et une voiture supposés appartenir à des partisans d’Abutbul, ce qui avait éveillé des soupçons sur une manoeuvre tendant à identifier les non-votants et les payer pour disposer de leur carte d’identité et voter frauduleusement en faveur d’Abutbul.

Le tribunal de district de Jérusalem avait fini par ordonner la tenue de nouvelles élections, qu’Abutbul avait remportées avec 51 % des voix.

S’adressant au Times of Israël, le ministre du Logement Yitzhak Goldknopf, qui soutient Abutbul, a dit espérer que les ultra-orthodoxes reprennent le contrôle de la ville cinq ans après que le politicien du Shas – dont le mandat coïncide avec une série d’attaques violentes par des extrémistes – ait été battu de justesse par l’actuelle maire Aliza Bloch.

La participation électorale sera probablement un facteur clé du scrutin à Jérusalem et dans d’autres villes mixtes. Le taux de participation des communautés haredim est traditionnellement très élevé, ce qui s’explique en grande partie par les consignes données par les rabbins, qui en font une obligation religieuse.

L’équipe du Times of Israël, Emanuel Fabian, Tal Schneider et Ariella Oldfield ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.