Rechercher

Nachman Shai : Interdire l’entrée aux non-Israéliens nuit à nos liens avec les Juifs

Le ministre de la Diaspora défend la décision du gouvernement de combattre la COVID-19, la population israélienne étant la priorité absolue, mais il reconnaît son coût

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le ministre des Affaires de la diaspora, Nachman Shai, s'exprime lors du sommet national du Israeli American Council, le 11 décembre 2021. (Noam Galai)
Le ministre des Affaires de la diaspora, Nachman Shai, s'exprime lors du sommet national du Israeli American Council, le 11 décembre 2021. (Noam Galai)

HOLLYWOOD BEACH, Floride – Le ministre des Affaires de la Diaspora, Nachman Shai, a déclaré vendredi que la décision d’Israël de fermer ses frontières aux non-citoyens porte atteinte à ses liens avec les Juifs à l’étranger.

« Oui, cela nuit [aux liens]. Je sais que c’est le cas, et cela me fait très mal parce que je souhaite vraiment que les relations se poursuivent », a déclaré Nachman Shai au Times of Israel dans une interview en marge du sommet national du Israeli American Council en Floride.

Lors de l’apparition du variant Omicron COVID-19 en Israël fin novembre, le gouvernement a pris des mesures de grande envergure en fermant ses frontières aux étrangers pendant deux semaines.

Jeudi soir, le Premier ministre Naftali Bennett a ordonné la prolongation de cette directive pour dix jours supplémentaires, jusqu’au 21 décembre.

Quelques heures avant l’annonce, Bennett avait adressé une lettre aux Fédérations juives d’Amérique du Nord dans laquelle il insistait sur le fait qu’il faisait tout pour rouvrir les frontières du pays « dès que possible ».

Nachman Shai a défendu cette décision, affirmant que le gouvernement prenait des mesures importantes afin de garantir la santé de la population en Israël.

Il a reconnu qu’il y a des non-citoyens qui sont entièrement vaccinés et prêts à rester en quarantaine pendant trois jours à leur entrée, comme cela est actuellement exigé des Israéliens. « Mais la décision a été de prendre des mesures de précaution maximales », a-t-il déclaré.

Le hall des arrivées de l’aéroport Ben Gurion, le 28 novembre 2021. (Avshalom Sassoni/Flash90)

« Pour les Israéliens, c’est leur pays et nous devons les laisser revenir. Pour tous les autres, il faudra attendre et voir. J’espère que ce ne sera pas pour longtemps », a déclaré Nachman Shai.

En ce qui concerne les exemptions accordées aux participants non-citoyens au concours Miss Univers et à un tournoi de flag football, M. Shai a déclaré qu’il n’était pas impliqué dans ces décisions, mais il a supposé que le fait que, ces événements avaient été planifiés longtemps à l’avance et que leur annulation aurait coûté beaucoup d’argent, avait conduit à la décision d’accorder des exceptions.

« Lorsque la politique [plus large] a été présentée au cabinet, j’ai dit que j’étais prêt à la soutenir, car ma principale priorité est la santé du public en Israël et le fonctionnement du pays. Tout le reste viendra après », a-t-il déclaré.

Cependant, il a dit qu’il reconnaissait la douleur que la décision a causée, partageant plusieurs histoires de parents qui l’ont approché à la conférence du Israeli American Council pour se lamenter sur le fait qu’ils ne peuvent pas entrer en Israël pour rendre visite à leurs enfants.

L’interview complète de Shai sera publiée dans le Times of Israel dans les prochains jours.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...