Rechercher

Netanyahu condamne les agissements de l’auteure présumée des menaces contre Bennett

Le chef de l’opposition a déclaré que la militante politique Ilana Sporta Hania, 65 ans, d’Ashkelon, serait radiée du Likud si ce qui lui est reproché était vrai

Ilana Sporta Hania, 65 ans, résidente d’Ashkelon soupçonnée d’avoir envoyé des enveloppes contenant des balles à la famille du Premier ministre Naftali Bennett, arrive pour une audience au tribunal de Rishon Lezion, le 12 mai 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Ilana Sporta Hania, 65 ans, résidente d’Ashkelon soupçonnée d’avoir envoyé des enveloppes contenant des balles à la famille du Premier ministre Naftali Bennett, arrive pour une audience au tribunal de Rishon Lezion, le 12 mai 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu a condamné vendredi les menaces de la militante politique de droite, Ilana Sporta Hania, contre le Premier ministre Naftali Bennett et sa famille.

Sur Telegram, Netanyahu s’est prononcé contre « tous les types de violence envers le Premier ministre ou toute autre personne », ajoutant que s’il était prouvé que Hania était coupable, elle serait radiée du Likud.

Âgée de 65 ans et originaire d’Ashkelon, Hania a été arrêtée lundi, soupçonnée d’avoir envoyé deux lettres à la femme et au fils de Bennett contenant des balles, menaçant leur sécurité si le Premier ministre ne démissionnait pas. Son identité a été révélée jeudi après la levée de son anonymat par le tribunal.

Des informations ont été rendues publiques jeudi concernant l’activisme de Hania en faveur du Likud et contre le gouvernement actuel. Elle a fait l’objet d’une enquête, par le passé, pour avoir menacé des politiciens avec lesquels elle était en désaccord. En septembre, Hania a été filmée en train d’invectiver le député de Tikva Hadasha Bennie Begin – un ancien membre du Likud – et lui suggérant d’aller « se noyer dans l’océan ».

La police a déclaré, au moment de l’arrestation, que Hania était soupçonnée de menaces d’extorsion, port ou transport d’armes, menace terroriste et complot en vue de commettre un crime.

Ordonnant son maintien en détention, le juge Erez Melamed a déclaré que les documents d’enquête démontraient « un soupçon raisonnable du chef d’inculpation de menaces ».

Hania a affirmé lors d’une audience cette semaine avoir été contrainte aux aveux sous la menace d’un enquêteur laissant entendre qu’autrement, sa famille serait elle aussi interpelée. La police a démenti cette affirmation.

« Pourquoi interroger une femme âgé et pourquoi menacer d’arrêter son père et sa fille ? », a demandé Adi Carmeli, l’avocat de Hania, selon la Douzième chaîne.

Le Premier ministre, Naftali Bennett, avec sa famille, à la Knesset à Jérusalem, le 13 juin 2021. (Crédit : Ariel Zandberg/Yamina)

La première lettre de menaces, envoyée le mois dernier, était destinée à Bennett et sa femme, Gilat, et avait été envoyée, avec une balle, à une adresse proche de leur domicile, où se trouve le bureau de Gilat. Deux jours plus tard, une lettre adressée au fils de Bennett, Yoni, âgé de 15 ans, contenant également une balle, avait été reçue au domicile de Raanana.

Dans une publication sur Facebook au moment des faits, Bennett avait exhorté « tout le monde, toutes les formations politiques, et en particulier les personnes actives sur les réseaux sociaux », à « apaiser le discours politique ».

La police a l’habitude d’enquêter sur des menaces proférées contre la personne du Premier ministre, généralement sur les réseaux sociaux.

La rédaction du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...