Netanyahu : le site d’une ville en l’honneur de Trump dans le Golan a été choisi
Rechercher

Netanyahu : le site d’une ville en l’honneur de Trump dans le Golan a été choisi

Le Premier ministre a déclaré que le projet était déjà lancé et il devrait poser la première pierre le 10 juin

(De gauche à droite) Avner, Sara, Benjamin et Yair Netanyahu en vacances sur le Plateau du Golan, le 23 avril 2019. (Crédit : Bureau du Premier ministre)
(De gauche à droite) Avner, Sara, Benjamin et Yair Netanyahu en vacances sur le Plateau du Golan, le 23 avril 2019. (Crédit : Bureau du Premier ministre)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré dimanche qu’un site avait été choisi pour une nouvelle ville dans les Plateaux du Golan qui sera appelée en l’honneur du président américain Donald Trump, après avoir annoncé son intention de le faire il y a moins de trois semaines en l’honneur de la décision du président américain de reconnaître la souveraineté israélienne sur ce territoire au nord

Un article de la semaine dernière annonçait que Netanyahu allait poser la première pierre de la nouvelle communauté dès le mois prochain.

« Cette semaine, nous célébrons le premier anniversaire de l’ouverture de l’ambassade américaine à Jérusalem », a déclaré Netanyahu lors de la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem. « Nous apprécions beaucoup cette décision historique du président Trump, tout comme nous apprécions beaucoup sa décision historique de reconnaître la souveraineté d’Israël dans les Plateaux du Golan. »

« J’ai promis que nous allions fonder une communauté en l’honneur du président Trump », a ajouté Netanyahu. « Je vous informe que nous avons déjà trouvé l’endroit sur le Golan où cette nouvelle communauté sera établie, et que le processus a déjà commencé. »

« Je pendrai la décision d’approbation officielle avec le nouveau gouvernement quand il sera formé. »

Le président américain Donald Trump sourit au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à droite, après avoir signé la proclamation formelle reconnaissant la souveraineté d’Israël sur les Plateaux du Golan, dans la Salle de réception diplomatique de la Maison Blanche à Washington, le 25 mars 2019. (AP Photo/Susan Walsh)

Le Premier ministre mène actuellement les négociations pour former un nouveau gouvernement après avoir reçu le soutien d’une majorité de législateurs lors les élections du mois dernier.

Les remarques de Netanyahu sont intervenues après que le journal Makor Rishon a annoncé la semaine dernière que le site choisi pour le nouveau village était près que la communauté déjà existante de Kela Alon dans le nord-ouest du Golan et qu’il sera construit en utilisant les plans réalisés pour la construction de la communauté de Bruchin en 1992, qui n’a jamais été fondée.

Netanyahu doit poser la première pierre de la nouvelle communauté – dont le nom n’a pas encore été choisi – le 10 juin, la veille du 52e anniversaire de la prise du contrôle par Israël du Golan lors de la Guerre des Six Jours, a annoncé l’article.

La communauté accueillera aussi bien des familles religieuses que laïques et au départ environ 120 familles y vivront, précisait l’article.

Yousef Jabareen, un élu arabe israélien a fustigé cette annonce.
« Cela convient bien d’appeler une implantation dont la création est illégale et en contradiction du droit international en l’honneur du président américain Trump », a écrit Jabareen, du parti Hadash-Taal, sur son compte Twitter.
« La reconnaissance de Trump de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan est un crachat à la face du monde. Le transfert des citoyens israéliens vers le Golan syrien est un crime de guerre selon la Cour pénale internationale – un crime de guerre au nom de Trump », a ajouté Jabareen.

La semaine dernière, le Conseil régional du Golan a prévenu ses résidents de son intention d’organiser un événement important pour l’anniversaire de la capture du Golan à la Syrie marquant la reconnaissance de Trump de la souveraineté israélienne, selon l’article. Le conseil a dit qu’il s’agissait d’une « opportunité historique » de développer la zone.

Trump avait annoncé son intention de reconnaître la souveraineté israélienne sur le Golan dans un tweet du 21 mars. Il a signé la déclaration officielle le 25 mars quand Netanyahu lui a rendu visite à la Maison Blanche, dans une décision qui a été vue comme un coup de pouce au bon moment pour la réélection du premier ministre israélien. Sa décision a mis un terme à des décennies de politique américaine et a entraîné une condamnation internationale, mais aussi des louanges de la part des Israéliens.

Israël a capturé le plateau stratégique à la Syrie en 1967 et, en 1981, a effectivement annexé la zone, dans une décision qui n’a jamais été reconnue par la communauté internationale, qui considère le Plateau du Golan comme étant un territoire syrien occupé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...