Netanyahu : « Les implantations ne sont pas le cœur du conflit »
Rechercher

Netanyahu : « Les implantations ne sont pas le cœur du conflit »

Le Premier ministre a insisté sur “le partenariat profond” avec les Etats-Unis dans une vidéo diffusée au Forum Saban

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la réunion hebdomadaire du gouvernement à Jérusalem, le 25 octobre 2015 (Crédit : Alex Kolomoisky / Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la réunion hebdomadaire du gouvernement à Jérusalem, le 25 octobre 2015 (Crédit : Alex Kolomoisky / Pool)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que le terrorisme – que ce soit en Israël ou en Californie – « s’attaque aux valeurs mêmes qui nous sont chères », et à toutes les « choses qui définissent la valeur de la vie ».

Dans un message enregistré au Forum Saban, il a déclaré que les terroristes croient que l’Occident est faible à cause des valeurs qui lui sont chères, alors qu’en fait ce sont elles qui rendent les peuples d’Israël et des Etats-Unis « si forts ».

« Personne ne devrait sous-estimer la résilience » de nos sociétés, a-t-il déclaré.

« Personne ne devrait sous-estimer notre alliance – elle est forte, et elle sera plus forte dans les années à venir », a-t-il dit. Netanyahu a remercié Obama pour son soutien sécuritaire.

« Je pense que chacun en Israël l’apprécie, à commencer par moi ». Netanyahu a déclaré « qu’il n’a jamais été vrai » que le conflit israélo-palestinien alimentait l’instabilité du Moyen-Orient, mais qu’à présent c’était « manifestement faux ».

« C’est une bataille de l’islam militant contre d’autres musulmans, et tous les autres », a-t-il dit. La même chose était vraie pour l’Etat islamique, qui « ne mâche pas ses mots », et pour l’Iran, a-t-il déclaré.

Netanyahu a déclaré qu’il est « encourageant » de voir changer les positions sur Israël dans les pays arabes. Mais « je sais encore que nous n’avons pas de meilleurs amis que les Etats-Unis » a-t-il déclaré. « C’est le partenariat le plus profond qu’il puisse y avoir » a ajouté Netanyahu, précisant qu’il est bipartisan.

Le Premier ministre a déclaré que l’Etat Islamique et le régime d’Assad étaient tous les deux « mauvais » et que donc Israël avait choisi de ne pas intervenir dans la guerre civile. Netanyahu a déclaré qu’Israël n’était pas intervenu en Syrie, avec deux exceptions : l’aide humanitaire, et pour contrecarrer les transferts d’armes du Hezbollah. « La politique israélienne va continuer sur la ligne de ce que je viens de souligner » a-t-il appuyé. « Les pays civilisés doivent faire cause commune pour contenir, et finalement vaincre, l’islam militant » a-t-il dit. Netanyahu a déclaré que tout comme le nazisme avait été défait, l’islam radical devait aussi être détruit. Il a déclaré, quant au conflit israélo-palestinien, qu’il y avait une « incompréhension » à son propos. Il a dit que les implantations n’étaient « pas le cœur du conflit ». A Gaza, « rien n’a changé » quand nous « avons enlevé toutes les implantations ». A Gaza, « nous avons le pire terrorisme possible » plutôt que la paix. « Pour nous assurer que cela n’arrive pas encore une fois, nous devons aborder les racines » du conflit, a-t-il déclaré, ajoutant que « les palestiniens n’ont pas encore voulu traverser le pont émotionnel de… pas un état aux côtés d’Israël, mais un état à la place d’Israël ». A la fois le Hamas et l’Autorité palestinienne ont refusé de voir que dans un accord final de paix ils devaient reconnaitre l’Etat juif, et « ils refusent continuellement de le faire », et « quelles que soient les frontières ». « Cela était et demeure le cœur du conflit ». Il a cité Abbas condamnant l’occupation des terres palestiniennes depuis 67 ans – depuis 1948 – comme une preuve que les Palestiniens n’ont pas abandonné leurs rêves d’obtenir le territoire israélien pré-1967. Il a déclaré qu’il est « puéril, et non pertinent » de dire que les implantations sont le cœur du conflit. La question des implantations doit être résolue, mais n’est pas le sujet principal, a-t-il ajouté. Netanyahu a déclaré qu’il n’a pas perdu espoir en la paix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...