Rechercher

New York interdit croix gammées et symboles de haine dans les espaces publics

Le projet de loi définit les symboles de haine comme incluant, sans s'y limiter, les symboles de la suprématie blanche, de l'idéologie néonazie ou du drapeau de la Confédération

Des croix gammées sur une aire de jeu de Lakewood, dans le New Jersey, en août 2016. Illustration. (Crédit : APP)
Des croix gammées sur une aire de jeu de Lakewood, dans le New Jersey, en août 2016. Illustration. (Crédit : APP)

NEW YORK JEWISH WEEK via JTA – La gouverneure de l’État de New York, Kathy Hochul, a signé une loi interdisant la vente ou l’affichage de symboles haineux sur les espaces publics et les équipements financés par les contribuables.

La sénatrice d’État Anna M. Kaplan et la membre de l’assemblée Michaelle Solages, toutes deux de Long Island, ont présenté ce projet de loi après un incident survenu l’année dernière, au cours duquel un drapeau confédéré a été affiché sur un camion de pompiers à Long Island, et un autre incident au cours duquel un drapeau confédéré a été suspendu à la fenêtre d’un service d’incendie.

Le projet de loi définit les symboles de haine comme incluant, sans s’y limiter, les symboles de la suprématie blanche, de l’idéologie néo-nazie ou du drapeau de la Confédération. Sont exclus les symboles qui servent un « objectif éducatif ou historique », par exemple dans un musée ou un livre.

« Les biens publics appartiennent à chacun d’entre nous, et cette mesure est essentielle pour garantir que nos biens publics ne sont pas utilisés pour promouvoir la haine », déclare M. Kaplan dans un communiqué de presse. « On pourrait penser qu’il serait judicieux que les biens appartenant aux contribuables ne puissent pas être utilisés comme une plate-forme pour la haine, mais de façon choquante, il n’y avait aucune loi dans les livres le disant – jusqu’à maintenant. »

Les espaces publics sont définis comme les districts scolaires, les casernes de pompiers, les casernes de pompiers volontaires ou les services de police, ainsi que les équipements financés par les contribuables qu’ils utilisent.

Selon le bureau de la prévention des crimes de haine de la ville de New York, les croix gammées font partie des symboles de haine les plus courants aux États-Unis aujourd’hui. Le bureau s’est associé à l’Anti-Defamation League (ADL) pour fournir des ressources sur les symboles de haine les plus courants aux États-Unis et leur historique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...