Nice : un an de prison ferme pour avoir salué la tuerie antisémite de Pittsburg
Rechercher

Nice : un an de prison ferme pour avoir salué la tuerie antisémite de Pittsburg

Quelques heures après la pire tuerie antisémite de l'histoire des Etats-Unis, Clément D. avait posté "Je suis Bowers", en référence à l'auteur de la fusillade

Une femme se recueille devant un mémorial de fortune à l'extérieur de la synagogue Tree of Life à Pittsburgh, en hommage aux 11 personnes tuées lors des offices religieux, le 31 octobre 2018. (Gene J. Puskar/ AP)
Une femme se recueille devant un mémorial de fortune à l'extérieur de la synagogue Tree of Life à Pittsburgh, en hommage aux 11 personnes tuées lors des offices religieux, le 31 octobre 2018. (Gene J. Puskar/ AP)

Le tribunal correctionnel de Nice a infligé mardi un an de prison ferme pour apologie du terrorisme à un membre d’un groupuscule étudiant néo-nazi qui avait salué l’action de Robert Bowers, auteur de la tuerie antisémite aux Etats-Unis qui avait fait 11 morts dans une synagogue de Pittsburg en 2018.

Quelques heures après cet attentat, Clément D. avait posté « Je suis Bowers », « des faits particulièrement graves », a souligné le tribunal qui a suivi les réquisitions du parquet.

Le jeune homme de 27 ans appartient à un groupe d’amis liés depuis le collège à Villeneuve-Loubet, dont sept autres membres étaient également poursuivis pour injure publique et provocation à la haine envers la communauté homosexuelle et pour apologie de crime contre l’humanité.

Tous ont été relaxés, à la demande de leurs avocats qui avaient plaidé la nullité de la procédure en raison d’un vice de forme dans les poursuites engagées par le parquet fin 2018.

« On ne peut que regretter que le parquet n’ait pas mis en oeuvre les moyens juridiques nécessaires à la condamnation des membres de ce groupuscule néo-nazi », a déploré Me David Rebibou, qui défendait le Conseil représentatif des institutions juives du Sud-Est, partie civile au procès.

Peu structuré, le groupe avait repris le label identitaire de « Nice nationaliste » et été repéré sur les réseaux sociaux par des messages insultant la mémoire des déportés de la Shoah, traitant les homosexuels de « vermine », montrant un salut nazi ou caricaturant des footballeurs de l’équipe de France sous les traits de chimpanzés soulevant la Coupe du Monde.

« On ne peut pas hiérarchiser dans l’ignominie mais une photo a particulièrement choqué », a souligné Me Rebibou, en montrant un post intitulé « Ici c’est Nice pas Tel Aviv » où l’on voit un t-shirt noir à tête de mort siglé « AJAB » pour « All Jews are bastards » (en anglais, tous les juifs sont des bâtards) avec la synagogue de la rue Deloye à Nice au second plan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...