Noël à Bethléem : des milliers de touristes aux côtés de Palestiniens chrétiens
Rechercher

Noël à Bethléem : des milliers de touristes aux côtés de Palestiniens chrétiens

La communauté palestinienne chrétienne représente moins de 1 % de la population de Cisjordanie et de Gaza, après un exode important ces 50 dernières années

La place de la Mangeoire à Bethléem, le 24 décembre 2018. (Crédit : Adam Rasgon/Times of Israel)
La place de la Mangeoire à Bethléem, le 24 décembre 2018. (Crédit : Adam Rasgon/Times of Israel)

Des pèlerins du monde entier et des Palestiniens chrétiens se rassemblént depuis lundi pour célébrer Noël près de la basilique de la Nativité à Bethléem, bâtie sur la grotte où Jésus est né selon la tradition chrétienne.

Comme de coutume, des scouts palestiniens ont défilé au son des cornemuses sur la place de la Mangeoire, située près de la basilique et où se dresse un imposant sapin décoré pour Noël.

Dans une ambiance festive et sous un pâle soleil d’hiver, des chants de Noël en arabe ont été diffusés par des haut-parleurs.

Islam Afghani, un musulman employé du bâtiment de 21 ans, originaire de Naplouse, a déclaré qu’il venait à Bethléem pour manifester son soutien aux chrétiens palestiniens.

« Nous sommes un seul peuple. Il n’y a aucune différence entre nous », a déclaré Afghani, en référence aux Palestiniens chrétiens et musulmans. « Je considère ces fêtes comme mes fêtes et ils considèrent mes fêtes comme les leurs. Je suis venu leur témoigner ma solidarité. »

La place de la Mangeoire à Bethléem, le 24 décembre 2018. (Crédit : Adam Rasgon/Times of Israel)

Selon le ministre du Tourisme de l’Autorité palestinienne Rula Maaya, tous les hôtels de Bethléem affichaient complet, et la ville se préparait à recevoir 10 000 touristes le soir de Noël.

« Ce sont des chiffres que nous n’avons pas vus depuis des années », a-t-elle dit, ajoutant que les 3 millions de visiteurs à Bethléem en 2018 dépassaient de plusieurs centaines de milliers le nombre de visiteurs de l’année précédente.

« Cette année c’est beaucoup plus tranquille, bien mieux que l’an dernier », s’est réjoui Abeer Nassr, une Palestinienne chrétienne originaire de Beit Sahour, une localité proche de Bethléem.

L’exode des Palestiniens chrétiens

Si le tourisme chrétien est en plein essor, le nombre de coreligionnaires locaux chute ces dernières années.

La population palestinienne chrétienne compte pour 1 % de la population palestinienne en Cisjordanie, selon bureau central des statistiques de l’Autorité palestinienne. 46 850 chrétiens palestiniens vivent en Cisjordanie, et 1 138 vivent dans la bande Gaza, a indiqué l’AP dans un rapport paru en février.

Mitri Rehab, un pasteur luthérien et président de l’université Dar al-Kalima des Arts et de la Culture de Bethléem. (Crédit: Youtube)

Les Palestiniens chrétiens ont quitté Israël, la Cisjordanie et Gaza pendant la première moitié du 20e siècle, a expliqué Mitri Raheb, un pasteur luthérien et président de l’université Dar al-Kalima des Arts et de la Culture de Bethléem, depuis un terrasse sur le toit de la mairie de Bethléem.

La plus grande vague d’exode de Palestiniens chrétiens remonte à la guerre d’indépendance, a souligné Rahev. La population palestinienne chrétienne vivant entre le Jourdain et la mer Méditerranée est passée de 8 % à 2.3 % au cours de ce conflit, a-t-il souligné.

Lana Vivian, une infirmière chrétienne de 27 ans, originaire de Bethléem, a déclaré que de nombreux proches ont quitté la ville et vivent désormais à l’étranger.

« J’ai l’intention de rester ici, mais la moitié de ma famille est partie pour l’Australie, l’Amérique ou ailleurs », a-t-elle dit.

Des centaines de milliers vivent en Amérique latine, notamment au Chili et au Honduras.

Rehab, ainsi que d’autres intellectuels, ont publié en 2017. Il a déclaré qu’une étude menée pour les besoins du livre a montré que 28 % des Palestiniens chrétiens souhaitaient émigrer.

Rehab a déclaré que le sondage, qui a été mené auprès de 500 Palestiniens chrétiens a montré que ceux qui souhaitaient partir étaient motivés par l’amélioration de leur statut économique et la fuite du régime militaire israélien. Il a également indiqué que bien moins de 10 % des Palestiniens chrétiens veulent émigrer à cause de la persécution religieuse.

Un prêtre prie dans l’Eglise de la Nativité, à Bethléem en Cisjordanie, le 24 décembre 2018. (Crédit : HAZEM BADER/AFP)

Ces dernières années, certains actes de violences contre les Palestiniens chrétiens ont été signalés en Cisjordanie et à Gaza. En 2006, deux églises de Naplouse ont été bombardées après que le pape Benoît XVI a cité un texte médiéval obscur caractérisant les enseignements de l’islam de « diaboliques et inhumains ».

Khalil Shokeh, un ancien membre du conseil municipal de Bethléem, qui a mené d’intenses recherches sur les Palestiniens chrétiens, estime que ces incidents sont des actes « rares » et « isolés ».

« Ils ne reflètent aucunement une tendance », a-t-il dit.

Le COGAT, la branche du ministère de la Défense chargée de la liaison avec les Palestiniens, a déclaré avoir accordé 600 laissez-passer à des Palestiniens chrétiens de Gaza, pour qu’ils puissent se rendre dans les Territoires palestiniens et à Jérusalem. Il a ajouté qu’il délivrerait 100 autres laissez-passer pour des Palestiniens chrétiens de l’enclave côtière pour qu’ils puissent passer par le poste-frontière Allenby, qui relie la Jordanie et la Cisjordanie, afin qu’ils puissent se rendre à l’étranger.

Une source proche des services de sécurité a déclaré que les autorités ont refusé 135 demandes déposées par des Palestiniens chrétiens qui souhaitaient se rendre en Cisjordanie, à Jérusalem et à l’étranger via Allenby.

L’équipe du Times of Israël et l’AFP ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...