Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Normalisation avec Israël : Une délégation américaine en Arabie saoudite

Ryad discutera de la normalisation avec Israël avec des officiels de la Maison Blanche et du département d'État, accueillant la même semaine une délégation palestinienne

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane participant au dialogue informel des dirigeants de l'APEC avec les invités lors du sommet de l'APEC de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique, à Bangkok, en Thaïlande, le 18 novembre 2022. (Crédit : Athit Perawongmetha/Pool Photo via AP)
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane participant au dialogue informel des dirigeants de l'APEC avec les invités lors du sommet de l'APEC de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique, à Bangkok, en Thaïlande, le 18 novembre 2022. (Crédit : Athit Perawongmetha/Pool Photo via AP)

Une délégation de hauts-responsables américains devrait aller à Ryad, cette semaine, pour y rencontrer ses homologues saoudiens, avec pour objectif de discuter d’un accord de normalisation potentiel entre le royaume du Golfe et Israël, ont indiqué un responsable américain et un officiel palestinien au Times of Israel, dimanche.

Cette visite effectuée par le responsable du Moyen-Orient à la Maison-Blanche, Brett McGurk, et par la secrétaire d’État adjointe aux Affaires du Proche-Orient, Barbara Leaf, va avoir lieu plus d’un mois après la visite effectuée par le Conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan en Arabie saoudite dans le même objectif, soulignant la détermination de Washington à négocier un accord difficile. Le secrétaire d’État Antony Blinken était allé à Ryad au mois de juin, dans le même but.

Les visites de McGurk et de Leaf chevaucheront celle d’une délégation palestinienne placée sous l’autorité du secrétaire-général du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine, Hussein al-Sheikh, qui sera à Ryad pour débattre de ce que pourrait obtenir Ramallah dans le cadre d’un accord de normalisation entre les deux pays, ont fait savoir les deux officiels.

Un porte-parole de la Maison Blanche a refusé de commenter ce séjour et un porte-parole du département d’État a indiqué n’avoir rien à annoncer. Un porte-parole de l’ambassade saoudienne à Washington n’a pas répondu à une demande de réaction.

L’Arabie saoudite est prête à renoncer à son positionnement public de longue haleine qui a toujours été de refuser toute normalisation avec Israël en l’absence d’une solution à deux États dans le cadre du conflit israélo-palestinien – mais Ryad ne devrait pas accepter un accord avec Jérusalem sans avancée significative vers la souveraineté palestinienne, selon des officiels proches du dossier.

La semaine dernière, trois responsables ont expliqué au Times of Israel que l’Autorité palestinienne (AP) réclamait des initiatives « irréversibles » qui permettront d’avancer vers l’établissement de son État dans le contexte des négociations portant sur un accord de normalisation entre Israël et l’Arabie saoudite.

Parmi ces initiatives, le soutien des Américains à la reconnaissance d’un État palestinien aux Nations unies ; la réouverture par Washington de son consulat de Jérusalem, qui était au service des Palestiniens ; l’abandon d’une législation controversée présentée au Congrès qui qualifiait l’AP d’organisation terroriste ; le transfert de territoires placés sous le contrôle israélien, en Cisjordanie, au contrôle des Palestiniens et la démolition d’avant-postes illégaux en Cisjordanie.

Hussein al-Sheikh, ministre des Affaires civiles de l’Autorité palestinienne. (WAFA)

Des initiatives qui seraient des victoires majeures pour l’AP qui n’a enregistré que peu de résultats diplomatiques, ces dernières années. Toutefois, elles demeurent de moindre envergure par rapport aux demandes majeures qui ont pu être soumises par Ramallah depuis longtemps, ce qui reflète son statut politique amoindri sur les territoires palestiniens et à l’étranger.

Sheikh a discuté de ces mesures avec Leaf, la secrétaire d’État adjointe aux Affaires du Proche-Orient, pendant une rencontre, la semaine dernière, obtenant une réponse plutôt glaciale, selon un officiel palestinien.

Les responsables de l’administration Biden ont repoussé les propositions palestinienne en lien avec les États-Unis, encourageant l’AP à modérer ses demandes et à les soumettre plutôt à Israël.

Mais il est presque certain que les gestes majeurs en direction des Palestiniens seront rejetés par certains membres du gouvernement de la ligne dure de Netanyahu. Le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, a indiqué, la semaine dernière, que l’idée même qu’Israël fasse des concessions aux Palestiniens dans le cadre d’un accord de normalisation était une « fiction ».

Alors qu’un accord devrait inclure une composante palestinienne, la grande majorité des demandes saoudiennes concernent les États-Unis et elles ont été au centre des négociations menées jusqu’à présent entre l’administration Biden et le prince Mohammed bin Salman.

Ryad réclame un traité de sécurité mutuel, comme celui de l’OTAN, qui garantirait que les États-Unis viendraient à la rescousse de l’Arabie saoudite si cette dernière devait être attaquée, demandant également un programme nucléaire civil dans le royaume qui serait soutenu par les Américains et le droit d’acheter des armements avancés à Washington.

En échange, les États-Unis demandent à Ryad de réduire de manière significative ses liens économiques et militaires avec la Chine et avec la Russie et de renforcer la trêve qui avait permis de mettre un terme à la guerre civile au Yémen.

Tout nouveau traité avec l’Arabie saoudite nécessiterait le soutien des deux-tiers du sénat – une tâche énorme au vu de la réticence des républicains à offrir une victoire en matière de politique étrangère à Biden et au vu des inquiétudes nourries par les Démocrates à l’encontre des antécédents saoudiens dans le domaine des droits de l’Homme.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.