Olmert: La bombe de Natanz en Iran pourrait avoir été placée il y a 10 ou 15 ans
Rechercher

Olmert: La bombe de Natanz en Iran pourrait avoir été placée il y a 10 ou 15 ans

L'ex-Premier ministre dit ne rien savoir de l'opération et s'insurge contre la "vantardise" de Netanyahu, alors que des fuites attribuent au Mossad l'explosion du site nucléaire

L'ancien Premier ministre Ehud Olmert s'exprime lors d'une conférence à Tel Aviv, le 7 février 2018. (Flash90)
L'ancien Premier ministre Ehud Olmert s'exprime lors d'une conférence à Tel Aviv, le 7 février 2018. (Flash90)

L’ancien Premier ministre Ehud Olmert a déclaré mardi que la bombe qui a causé de graves dommages à l’usine d’enrichissement nucléaire iranienne de Natanz a probablement été placée là il y a plus de dix ans, attendant le bon moment pour exploser.

Tout en précisant à plusieurs reprises qu’il ne disposait d’aucune connaissance directe de l’opération, ni de ses instigateurs, Olmert a déclaré qu’une telle attaque aurait été le fruit de plans élaborés de longue date. Il a également critiqué le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le rendant responsable d’une série de fuites dans les médias israéliens et étrangers qui ont attribué l’attaque à l’agence d’espionnage israélienne du Mossad.

Les responsables iraniens ont confirmé mardi que l’explosion sur le site a causé des dommages importants, endommageant ou détruisant des milliers de centrifugeuses. L’Iran a rejeté la faute sur Israël, qualifiant l’attaque d’acte de « terrorisme nucléaire ».

« Je ne sais pas ce qui s’est passé là-bas, qui a déclenché la bombe, si elle a été placée cette année ou une autre, il y a 10 ans ou 15 ans, je ne sais pas », a déclaré Olmert dans une interview au site d’information Ynet. « Si ces choses se sont produites, je peux penser à toutes sortes d’opérations qui auraient pu causer cela, et il est possible que les bases de cela aient été posées il y a longtemps. »

Olmert a été Premier ministre entre 2006 et 2009, supervisant notamment le bombardement par Israël d’un réacteur nucléaire syrien. Le développement du virus Stuxnet, qui a attaqué le programme nucléaire iranien et a été imputé à Israël et aux États-Unis, aurait également été mis au point pendant son mandat.

Les décombres du réacteur nucléaire syrien al-Kibar, qui a été détruit par Israël, le 6 septembre 2007. (Armée israélienne)

« Ce genre de missions, que nous les ayons menées à bien ou non, n’est pas ‘quelqu’un est entré par effraction il y a deux nuits et a placé des choses là’. Ces choses se produisent lorsque toutes sortes de machines, bien avant d’être installées, sont déjà piégées et attendent le bon moment », a déclaré Olmert.

Un haut responsable iranien a confirmé mardi que l’explosion de l’installation nucléaire de Natanz a détruit ou endommagé des milliers de centrifugeuses utilisées pour enrichir l’uranium.

Alireza Zakani, chef du centre de recherche du Parlement iranien, a parlé de « plusieurs milliers de centrifugeuses endommagées et détruites » dans une interview à la télévision d’État. Toutefois, aucun autre responsable n’a avancé ce chiffre et aucune image des conséquences n’a été diffusée.

Lundi, un responsable iranien a reconnu que l’explosion avait emporté le principal système d’alimentation électrique de la centrale et son système de secours. « D’un point de vue technique, le plan de l’ennemi était plutôt beau », a déclaré lundi à la télévision d’État iranienne Fereydoon Abbasi Davani, le chef de la commission de l’énergie du Parlement iranien.

« Ils y ont pensé et ont fait appel à leurs experts pour planifier l’explosion de manière à ce que le câble d’alimentation centrale et le câble d’alimentation de secours soient tous deux endommagés ».

Bien qu’il ait donné un aperçu du fonctionnement des opérations de renseignement, Olmert s’en est pris à Netanyahu, le rendant responsable d’une série de fuites présumées qui ont attribué l’attaque au Mossad.

Ses critiques font écho à celles du ministre de la Défense, Benny Gantz, qui a demandé lundi une enquête de haut niveau sur les récentes fuites apparentes dans la presse de responsables israéliens concernant les récentes attaques contre l’Iran, largement attribuées au service d’espionnage israélien du Mossad, déclarant qu’elles étaient « préjudiciables à nos soldats, à notre sécurité et aux intérêts de l’État d’Israël. »

M. Gantz a fait spécifiquement référence aux commentaires concernant l’attaque présumée de dimanche contre l’installation nucléaire iranienne de Natanz, attribués à des « responsables du renseignement » et à des « responsables occidentaux » anonymes, dont le ministre de la Défense a indiqué qu’il pensait qu’il s’agissait en fait de responsables israéliens.

« Ces ‘responsables occidentaux’ sont une absurdité », a déclaré Gantz aux journalistes lundi, à la suite de réunions avec le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin.

Le ministre de la Défense Benny Gantz, (à gauche), rencontre le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, (à droite), au quartier général de l’armée israélienne à Tel Aviv, le 11 avril 2021. (Ariel Hermoni)

Olmert était d’accord, mais il est allé plus loin, rejetant spécifiquement la faute sur Netanyahu.

« Je n’ai aucun doute sur le fait que le Premier ministre israélien, avec ses fanfaronnades, avec les fuites délibérées qu’il approuve personnellement ou qui proviennent de la bande qui l’entoure, fait ces choses exprès pour atteindre plusieurs objectifs », a déclaré Olmert.

Olmert a déclaré que Netanyahu, qui se bat pour former un gouvernement, essayait de créer une atmosphère de peur qu’Israël soit exposé à une confrontation militaire afin de faire pression sur d’éventuels partenaires de coalition. « Nous connaissons ces techniques », a déclaré Olmert.

Il a également accusé Netanyahu de se mettre délibérément à dos les Américains dans le but de torpiller les discussions avec l’Iran visant à ramener Téhéran dans l’accord nucléaire.

« Toutes ces discussions sur les ‘sources étrangères’ sont absurdes. Elles ne font que divulguer des informations aux journalistes étrangers en Israël », a-t-il déclaré.

Lundi, M. Gantz a déclaré qu’il demandait une enquête « au plus haut niveau possible » par le service de sécurité Shin Bet et par le département de la sécurité de l’information du renseignement militaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...