Ouman : Les pèlerins hassidiques laissent ordures et rancœur à la frontière
Rechercher

Ouman : Les pèlerins hassidiques laissent ordures et rancœur à la frontière

Le vice-ministre ukrainien de l'Intérieur a déclaré que la Biélorussie avait été avertie que les pèlerins ne pourraient pas entrer - et qu'il fallait maintenant nettoyer

Les ordures abandonnées sur la frontière entre la Biélorussie et l'Ukraine après un conflit sur l'entrée sur le territoire ukrainien des pèlerins juifs, le 18 septembre 2020 (Capture d'écran)
Les ordures abandonnées sur la frontière entre la Biélorussie et l'Ukraine après un conflit sur l'entrée sur le territoire ukrainien des pèlerins juifs, le 18 septembre 2020 (Capture d'écran)

Les pèlerins juifs qui souhaitaient se rendre à Ouman, en Ukraine, et qui sont restés bloqués à la frontière avec la Biélorussie – fermée en raison de la pandémie – ont laissé derrière eux des piles d’ordures après avoir quitté le site où ils campaient depuis plusieurs jours.

Le vice-ministre de l’Intérieur ukrainien, Anton Gerashchenko, a posté des photos de ces détritus sur Facebook, a fait savoir le site Ynet, disant qu’il fallait dorénavant nettoyer les lieux après l’autorisation donnée aux pèlerins par la Biélorussie d’aller jusqu’à la frontière avec l’Ukraine.

« Merci aux gardes-frontières pour votre travail. Malgré les pressions psychologiques significatives que vous avez subies, vous avez fait votre devoir… Nous avions averti la Biélorussie que les pèlerins ne pourraient pas entrer en Ukraine. Nous avions demandé aux Biélorusses de ne pas laisser les pèlerins pénétrer sur leur territoire. Ils ne nous ont pas écouté et, maintenant, il va falloir nettoyer », a-t-il écrit.

Паломники-хасиды полностью освободили территорию пограничного пункта «Яриловичи» и направились отмечать Новый Год в…

פורסם על ידי ‏‎Антон Геращенко‎‏ ב- יום שישי, 18 בספטמבר 2020

Plusieurs centaines de Juifs orthodoxes ont campé, cette semaine, dans ce no-man’s land situé entre les postes-frontières de l’Ukraine et de la Biélorussie en amont des célébrations de Rosh HaShana.

Des dizaines de milliers de Juifs hassidiques se rendent chaque année dans la ville d’Ouman, en Ukraine, pour se recueillir sur la tombe de Rabbi Nachman, fondateur du mouvement hassidique de Braslav. Il leur avait été demandé, cette année, de ne pas se rendre à ce pèlerinage dans un contexte de pandémie.

La confrontation entre les pèlerins et les services de sécurité ukrainiens au poste-frontière de Novi Yarylovychi a attisé les tensions, entraînant un conflit diplomatique entre Minsk et Kiev qui ont échangé des piques sur les élections présidentielles contestées qui ont eu lieu en Biélorussie, le mois dernier.

Le dirigeant de la Biélorussie, Alexander Lukashenko, avait dit à ses responsables de négocier un couloir de voyage avec l’Ukraine, offrant de mettre des bus à disposition des fidèles pour les emmener dans les lieux saints de l’Ukraine.

Kiev, de son côté, avait accusé les autorités biélorusses de donner de faux espoirs aux pèlerins hassidiques, qui venaient en majorité d’Israël, leur disant qu’ils pourraient finalement aller jusqu’à Ouman.

Des gardes ukrainiens bloquent la frontière entre l’Ukraine et la Biélorussie, le 15 septembre 2020. (Crédit : TUT.by via AP)

L’Ukraine et Israël désirent éviter une hausse du nombre d’infections au COVID-19.

La police ukrainienne a fait savoir que 3 000 Juifs environ étaient arrivés à Ouman pour les fêtes. Ils avaient réussi à entrer en Ukraine avant l’interdiction.

Les forces de l’ordre ont renforcé la sécurité aux abords du tombeau de Rabbi Nachman où les pèlerins se sont réunis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...