Pas de problèmes avec les produits israéliens de Cisjordanie – Officiel émirati
Rechercher

Pas de problèmes avec les produits israéliens de Cisjordanie – Officiel émirati

Le chef de la Chambre de commerce et d'industrie note que des dizaines de milliers de Palestiniens sont employés sur ce territoire, demandant à l'AP de rejoindre la normalisation

Hamad Buamim, président et directeur-général de la Chambre de commerce et d'industrie de Dubaï. (Capture d'écran :  YouTube)
Hamad Buamim, président et directeur-général de la Chambre de commerce et d'industrie de Dubaï. (Capture d'écran : YouTube)

Le président de la chambre de commerce et d’industrie de Dubaï a déclaré que les Emirats arabes unis ne voyaient aucun problème à importer des produits israéliens fabriqués en Cisjordanie, car cela aidera à dynamiser l’économie palestinienne par le biais des salariés des usines.

« Nous sommes un marché ouvert dans tous les sens du terme et cela signifie que plus le commerce sera large et important, plus il pourra aider et améliorer la vie des populations variées de la région », a commenté Hamad Buamim, président et directeur-général de la chambre, au journal israélien Globes, des propos qui ont été publiés mercredi.

La chambre est une organisation publique à but non-lucratif qui avait été créée par décret royal en 1965 dans le but de soutenir la communauté des affaires à Dubaï.

Les EAU ne boycotteront pas les produits israéliens de Cisjordanie, a expliqué Buamim, qui a ajouté qu’il ne pensait pas que faire une distinction était nécessaire en termes d’importations.

Il a noté que les usines israéliennes fournissaient du travail à des dizaines de milliers de Palestiniens. Il a précisé que cette volonté de ne pas faire la distinction entre les produits fabriqués en Israël et ceux qui sont fabriqués en Cisjordanie pourrait bien aider l’économie palestinienne bien plus que lui porter préjudice.

A LIRE : Quand le BDS gagne, des employés palestiniens de SodaStream perdent leurs emplois

Buamim a déclaré que c’est cette même attitude qui fondera les espoirs de coopération entre les Emirats et Israël en termes de développement régional et de progrès économique – partout où cette collaboration s’avèrera nécessaire. Il a interpellé à ce sujet l’Autorité palestinienne.

« Les avantages des accords actuels de normalisation et de ceux qui viendront sont particulièrement formidables pour les Palestiniens et ils ont le potentiel d’entraîner les changements nécessaires dans la région », a dit Buamim.

Il a exprimé l’espoir que les politiciens palestiniens comprennent que rejoindre le processus récent de normalisation apportera des bénéfices, en permettant à l’économie palestinienne de s’y fondre. Il a déploré les critiques de l’Autorité palestinienne sur l’accord de normalisation.

Le propriétaire de la cave viticole de Tura Vered Ben Saadon, à droite, et le chef du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, deuxième à gauche, lors d’une cérémonie de signature d’un accord commercial à Dubaï, le 7 décembre 2020. (Autorisation : Cave viticole de Tura)

Buamim n’a pas précisé si les produits de Cisjordanie seraient marqués comme tels. La semaine dernière, Bahreïn a rejeté une déclaration qui avait été faite par le ministre du Commerce de ce royaume du Golfe qui avait indiqué que les produits israéliens fabriqués en Cisjordanie pourraient être étiquetés « Made in Israel ». Une résolution des Nations unies appelle, par ailleurs, à faire cette distinction lors de l’étiquetage des produits issus de ce territoire.

La plupart des pays considèrent les implantations israéliennes en Cisjordanie comme illégales même si les Etats-Unis, sous l’administration Trump, ont changé de politique, en affirmant qu’ils ne les voyaient plus comme telles.

Buamim a révélé qu’en plus des nombreux Israéliens qui sont venus aux Emirats arabes unis après la normalisation des liens, au mois de septembre, des hommes d’affaires palestiniens s’étaient aussi manifestés. La plupart d’entre eux ont des partenariats conclus avec des Israéliens.

Les Palestiniens viennent via la Jordanie ou autres, a continué Buamim, et ils se mettent au service de l’économie et du développement commercial à la place de leurs leaders politiques.

Selon Buamim, il y a de nombreux autres pays arabes qui regardent avec beaucoup d’intérêt ce qui est en train de se mettre en place entre l’Etat juif et les EAU. Il a prédit que tôt ou tard, ces Etats rejoindraient le processus de normalisation, d’une manière ou d’une autre.

La firme FAM Holding, à Dubaï, a signé des accords cette semaine portant sur l’importation de vin, de miel, d’huile d’olive et de tahini avec des producteurs israéliens de Cisjordanie, a expliqué Globes. Des accords ont notamment été conclus avec Paradise Honey et trois exploitations viticoles, Tura, Tom et Arnon.

Lundi, la cave de Tura, qui se trouve dans l’implantation de Rechelim, en Cisjordanie, mais qui étiquette ses produits avec fierté comme étant originaires « de la terre d’Israël », a annoncé la finalisation de son accord avec la FAM Holding.

« Nous pouvons maintenant le révéler : Nous avons signé un accord spécial de coopération portant sur la distribution des vins et de l’huile d’olive de Tura à travers tous les Emirats », a écrit l’entreprise sur sa page Facebook, un post accompagné de plusieurs photos montrant le copropriétaire de l’exploitation, Vered Ben Saadon, en train de serrer la main de son nouveau partenaire commercial lors de la cérémonie de signature qui a eu lieu à Dubaï.

« Directement depuis Rechelim, en Israël, aux EAU – Une page de l’Histoire ! », a-t-il continué dans sa publication.

Lors de la cérémonie, le directeur-général de la FAM Holding, Ali Mousa, a déclaré : « Si vous m’aviez posé la question, il y a un an, de savoir si je pouvais rêver qu’une telle chose arrive, j’aurais répondu non », a fait savoir Globes.

Mousa a ajouté que « ce n’est que le commencement des échanges entre nos deux pays ».

Capture d’écran d’une vidéo de Fayçal Ali Mousa, président de la firm FAM Holding à Dubaï. (Capture d’écran : YouTube)

Au mois de septembre, les EAU et Bahreïn ont signé les dits « Accords d’Abraham » avec l’Etat juif dans le cadre de la normalisation des liens entre ces deux pays et Israël. Le Soudan a depuis fait savoir qu’il conclurait un pacte avec le pays.

Les relations commerciales entre l’Etat juif et les EAU ont fait un bond en avant avec notamment des vols réguliers qui relient dorénavant Tel Aviv à Dubaï.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...