Rechercher
Certains innovent pour l'argent, Israël innove pour survivre

Patron d’Alibaba: l’innovation est une chose aussi naturelle que l’eau en Israël

Lors d’une conférence à Tel Aviv, Jack Ma a salué son pays hôte : "Petit peut signifier beau, et petit peut signifier puissant"

Jack Ma, président d'Ali Express, prend la parole devant le comité sur la coopération en matière d'innovation Israël-Chine au Centre Peres pour la paix et l'innovation à Tel Aviv, le 25 octobre 2018. (Crédit : Tomer Neuberg / Flash90)
Jack Ma, président d'Ali Express, prend la parole devant le comité sur la coopération en matière d'innovation Israël-Chine au Centre Peres pour la paix et l'innovation à Tel Aviv, le 25 octobre 2018. (Crédit : Tomer Neuberg / Flash90)

Jack Ma, le fondateur du géant du commerce électronique chinois Alibaba, a déclaré jeudi lors d’une conférence à Tel Aviv qu’il avait appris deux choses sur Israël au cours de ses deux voyages dans le pays : l’innovation, la « chutzpa » [audace dans le bon et le mauvais sens – en hébreu], et « le courage de changer ».

« En Israël, l’innovation est omniprésente, comme l’eau et la nourriture, c’est tellement naturel », a déclaré le magnat des affaires et philanthrope à un public composé d’entrepreneurs locaux et étrangers, d’investisseurs et de responsables gouvernementaux réunis pour le Sommet sur l’Innovation du Premier ministre.

« Même si vous n’avez rien », dit-il, « si vous avez un cerveau et un coeur, vous pouvez tout rendre possible. »

Quand la connaissance – le QI – rencontre l’intelligence émotionnelle, ou QE, « cela s’appelle l’innovation », a-t-il déclaré. « Israël dispose de toutes ces choses. »

« Israël sait que la ressource la plus précieuse dans le monde n’est pas le pétrole, le gaz, mais le cerveau humain », a-t-il déclaré. « Et Israël innove non seulement pour lui-même, mais pour le monde entier. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) serre la main du fondateur d’Alibaba, Jack Ma, le 2 mai 2018 (Crédit : Haim Tzach / GPO)

« La plupart des gens innovent pour réussir, mais je trouve qu’Israël innove pour survivre », a-t-il déclaré.

« Vous n’avez pas de diamants, mais vous avez la plus grande bourse de diamants au monde. Vous ne fabriquez pas de voitures, mais vous disposez de la meilleure technologie automobile au monde. Vous n’avez pas d’eau, mais j’ai entendu dire que vous êtes l’un des plus gros exportateurs de fruits et légumes en Europe. C’est fascinant. »

Il a déclaré que lorsque Alibaba a réalisé son premier investissement dans la technologie cloud il y a neuf ans, les gens ont remis en question sa décision, affirmant qu’il ne connaissait rien à la technologie. « C’est vrai, je ne connais rien à la technologie », a-t-il déclaré. « J’ai peur de la technologie, j’ai donc été le premier testeur des produits de mon entreprise, car je me suis dit que si je pouvais les utiliser, 80 % des utilisateurs le pourraient. »

Il a ajouté que si Alibaba n’avait pas investi dans le cloud computing il y a neuf ans, la société serait aujourd’hui en faillite, car elle ne serait pas en mesure d’assumer le coût d’utilisation des plateformes cloud d’autres sociétés pour répondre à la forte demande de ses utilisateurs. « Nous avons donc dû innover et concevoir une technologie suffisamment simple et rentable » pour Alibaba et des millions de petites entreprises.

L’année dernière, le 11 novembre, la plus grande journée de shopping en Chine, « 18 millions de personnes sont entrées (sur le site Web) à la première seconde », a-t-il déclaré. En un jour, la société a vendu 24 milliards de dollars de produits.

Être un peu fou et y croire

Ma a déclaré que lors de la création d’Alibaba en 1999, plus de 30 sociétés de capital-risque américaines lui avaient dit que l’idée était « folle », car à cette époque, la Chine n’avait ni Internet, ni cartes de crédit, ni livraisons et la censure régnait. « Ils ont pensé que c’était ‘impossible’ », a-t-il déclaré. « Mais nous pensions que la Chine avait un avenir, Internet, cela allait changer la Chine… et nous croyions aux petites entreprises. » Et être un peu fou et y croire, avoir un groupe de personnes qui croient comme vous, c’est la clé pour réussir, a-t-il dit.

« Les gouvernements », a-t-il déclaré, « devraient utiliser leur pouvoir pour protéger l’innovation, pas pour la contrôler, et le meilleur investissement pour l’avenir est dans l’éducation. »

« Dans les 20 prochaines années, nous allons fabriquer des machines qui seront comme des personnes », a-t-il déclaré. « Qu’on le veuille ou pas… ça arrive. Que devrions-nous faire pour changer nos systèmes éducatifs et apprendre à nos enfants à faire ce que la machine ne peut pas faire: c’est une chose à laquelle toutes les familles et tous les gouvernements doivent prêter attention. »

« Les gens ne devraient pas trop s’inquiéter du fait que des robots prennent en charge des tâches humaines », a-t-il déclaré.

« Les êtres humains sont beaucoup plus intelligents que les machines », a-t-il déclaré. Les machines n’ont que des puces et les êtres humains ont des cœurs. « Ne vous inquiétez pas pour l’avenir », a-t-il déclaré. En utilisant l’innovation, même les petites entreprises peuvent rivaliser avec n’importe qui dans le monde. « Et c’est comme Israël, petit peut signifier beau, et petit peut signifier puissant. »

« Mon point de vue est le suivant : compter sur les jeunes, compter sur les petites entreprises, croire en l’avenir. Soyez optimiste. Le monde est beau. Aujourd’hui n’est que le début. Comme pour toute chose, n’oubliez pas que c’est ma philosophie de vie depuis 20 ans, aujourd’hui est difficile. Demain sera encore plus difficile, après-demain sera beau. La plupart des gens mourront demain soir. », a-t-il conclu, sous les applaudissements enthousiastes et les éclats de rire du public.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...