Pays-Bas: les autorités accusent une école juive d’avoir mal géré des cas d’abus
Rechercher

Pays-Bas: les autorités accusent une école juive d’avoir mal géré des cas d’abus

Le Cheider d'Amsterdam a été critiqué par le ministère de l'Education néerlandais parce qu'il n'aurait pas signalé immédiatement à la police une affaire d'agression sexuelle

Le Cheider sd'Amsterdam, une école ultra-orthodoxe aux Pays-Bas. (Crédit: JTA)
Le Cheider sd'Amsterdam, une école ultra-orthodoxe aux Pays-Bas. (Crédit: JTA)

AMSTERDAM, Pays-Bas — Le ministère de l’Education néerlandais a déclaré que la seule école juive ultra-orthodoxe du pays n’avait « pas géré correctement » les plaintes d’abus sexuels portées contre un ancien enseignant.

Un rapport de 44 pages critiquant la gestion du Cheider d’Amsterdam a été publié sur le site du ministère, intitulé « Rapport spécial sur la sécurité au Cheider ».

Le conseil d’administration de l’école « n’avait pas correctement géré les cas d’abus en 2012 » suite aux plaintes contre Ephraim Schrijver, qui, en mai, a été condamné à 18 mois de prison pour avoir agressé sexuellement un élève de 13 ans, a indiqué le rapport, qui a été mandaté par le ministère après l’inculpation de Schrijver.

« En dépit des multiples demandes soumises par les inspecteurs, le conseil a attendu inutilement avant de porter plainte à la police », poursuit le rapport. En raison du « manque de communication » entre le personnel et les parents, cela a « conduit à instaurer un climat de manque de confiance entre l’école et certains parents », souligne-t-il.

Le porte-parole du Cheider d’Amsterdam Binyomin Jacobs au camp de concentration de Westerbork en juillet 2013. (Crédit : Rabbi Binyomin Jacobs and Ome Joop’s Tour/JTA)

Durant le procès, l’administration de l’école avait insisté sur l’idée qu’elle avait agi en accord avec la loi, sans délai.

« Bien sûr, nous nous sommes rendus à la police immédiatement », a déclaré Binyomin Jacobs, rabbin aux Pays-Bas et porte-parole de l’école. « Ne pas le faire aurait mis les enfants en danger. »

Le rapport indique également que le Cheider « se conforme aux exigences de sécurité sociale » – un terme qui fait référence à la probabilité d’avoir affaire à des cas de harcèlement, et leur fréquence, ainsi qu’à la prédation sexuelle et autres formes d’abus. Mais le rapport souligne que l’administration scolaire « ne garantit pas suffisamment » cette sécurité.

Et pourtant, « il semblerait que la plupart des étudiants soient assurés de leur sécurité, mais moins de leur bien-être » au Cheider, continue le rapport.

Marjolein Moorman, chargée de l’Éducation au sein du conseil municipal d’Amsterdam, a déclaré à la chaîne AT5 que le rapport préconise la démission du conseil d’administration de l’école.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...