Plus de femmes choisissent l’artillerie, mais toutes n’y arriveront pas
Rechercher

Plus de femmes choisissent l’artillerie, mais toutes n’y arriveront pas

Les recrues féminines rejoignent l’armée avec plus de motivation, et de limitations physiques, que leurs homologues masculins, selon les officiers

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les soldates du Corps de l'artillerie pendant une cérémonie le 25 février 2015. Illustration.(Crédit : unité des portes-paroles de l'armée/Flickr)
Les soldates du Corps de l'artillerie pendant une cérémonie le 25 février 2015. Illustration.(Crédit : unité des portes-paroles de l'armée/Flickr)

Par un grand soleil et quelques pluies hors saison, les nouvelles recrues hommes et femmes du Corps d’artillerie de l’armée israélienne étaient dehors sur le terrain plus tôt ce mois-ci, dans une zone accessible uniquement par des véhicules tous terrains ou un hélicoptère – et les femmes avaient un avantage.

Avant de commencer l’entraînement de base, les plus de 70 recrues féminines avaient déjà enduré un programme intensif de presque deux semaines pour les préparer à la rigueur de leur service combattant. Ce moment sur le terrain était un territoire déjà connu. Mais c’était nouveau pour les garçons.

« Nous avons déjà été au champ de tir, dehors sur le terrain. Nous n’étions pas choquées », a déclaré Sara Tobol au Times of Israel.

Fin mars, Tobol et 92 autres femmes sont entrées dans une formation préparatoire, connue en hébreu sous le nom de mekhina, pour une formation d’artillerie. Vingt-deux d’entre elles sont sorties, jugées inaptes à une position de combat, selon le commandant de la formation, le lieutenant Omer, qui ne peut être identifié que par son prénom pour des raisons de sécurité.

Illustration. Une soldate du Corps de l'artillerie prépare un obus sur la base militaire israélienne de Shivta, dans le désert du Néguev, le 18 novembre 2008. (Crédit : unité des portes-paroles de l'armée/Flickr)
Illustration. Une soldate du Corps de l’artillerie prépare un obus sur la base militaire israélienne de Shivta, dans le désert du Néguev, le 18 novembre 2008. (Crédit : unité des portes-paroles de l’armée/Flickr)

Les 71 femmes considérées comme mentalement et physiquement prêtes à un service dans une unité de combattant ont alors rejoint ce mois-ci leurs homologues masculins pour commencer l’entraînement de base complet du Corps.

Selon l’armée, ces 93 femmes qui avaient choisi d’essayer montrent la tendance d’un intérêt croissant des femmes pour le Corps d’artillerie, l’une des premières unités de l’armée israélienne à intégrer des femmes à des positions combattantes et l’une de celles qui a le plus réussi, la vaste majorité des postes étant ouverte aux femmes. En effet, beaucoup des femmes officiers de combat haut gradés viennent de l’artillerie.

L’enrôlement précédent a amené environ 70 recrues féminines, et environ 50 ont achevé le programme avec succès et rejoint le Corps d’artillerie. « Et cet enrôlement était plus important que le précédent », selon Yigal Katzav, commandant de la base d’entraînement du Corps d’artillerie, qui a supervisé les deux formations.

Yigal Katzav, commandant de la base d'entraînement du Corps d'artillerie. (Crédit : unité des portes-paroles de l'armée)
Yigal Katzav, commandant de la base d’entraînement du Corps d’artillerie. (Crédit : unité des portes-paroles de l’armée)

Pour Tobol, 21 ans, qui a emménagé seule en Israël depuis la France il y a deux ans, il s’agissait avec le service combattant de camaraderie et d’un désir de se pousser elle-même.

« Je ne me voyais pas assise avec l’air conditionné », a-t-elle déclaré au téléphone avec un fort accent français.

Le Corps d’artillerie a aussi la réputation d’être une option de combat plus égalitaire que certaines autres unités mixtes, a ajouté Tobol.

Jusqu’à récemment, les femmes qui voulaient porter le béret bleu clair du Corps d’artillerie subissait un test de performance physique importante d’une journée, appelé gibush en hébreu, pour voir si elles étaient capables de gérer le stress pour devenir combattant.

Nous les passons en revue, soldate par soldate, et demandons : « est-elle apte à une position de combat ? »

« L’officier chef de l’infanterie a arrêté ça il y a deux ans, et a décidé à la place d’avoir un programme préparatoire pour les femmes », a dit Katzav pendant notre conversation téléphonique.

Le programme de deux semaines donne aux nouvelles recrues « une expérience, un sens » de ce qui les attend pendant leur service militaire.

Afin de commander ce programme préparatoire, le lieutenant Omer, qui sert habituellement dans l’une des unités d’élite du Corps, a laissé ses camarades et est retourné à Shivta, une base d’entraînement de l’artillerie du désert du Néguev.

Là-bas, Omer a dirigé une équipe de neuf commandants, deux hommes et sept femmes, qui ont dirigé le programme pour les 93 recrues féminines.

« Je crois sincèrement à l’importance de l’intégration des femmes dans l’armée, dans les positions de combat, particulièrement dans le Corps », a déclaré Omer.

Pendant le programme, certaines ont réalisé que ce n’était pas ce qu’elles avaient anticipé et ont décidé que ce n’était pas pour elles. « Nous les passons en revue, soldate par soldate, et demandons : ‘est-elle apte à une position de combat ?’ »

Contrairement à leurs homologues masculins, les femmes doivent se porter volontaires pour servir dans une unité combattante, ce qui signifie que les recrues féminines sont, par définition, plus impatientes de servir, a-t-il déclaré.

« Avec les filles, il n’y a pas de manque de motivation, a confirmé Omer. Avec les garçons, eh bien, ils ne veulent pas forcément tous être là. »

Malheureusement pour un certain nombre de volontaires, la motivation et l’énergie ne peuvent pas surmonter les limitations physiques. Les presque 25 % d’abandon ce cette mekhina étaient « dans la moyenne », a dit Omer.

Des soldates font des pompes pendant un cours d'instructeur de l'infanterie, le 10 janvier 2000. (Crédit : Abir Sultan/unité des parte-paroles de l'armée/archives de l'armée)
Des soldates font des pompes pendant un cours d’instructeur de l’infanterie, le 10 janvier 2000. (Crédit : Abir Sultan/unité des parte-paroles de l’armée/archives de l’armée)

Les aptitudes physiques demandées ont longtemps été un point de friction de l’intégration complète des femmes soldats dans les positions de combat, puisque la plupart des corps féminins sont physiologiquement moins capables d’endurer les lourds fardeaux et les longues distances que les soldats d’infanterie doivent pouvoir supporter pendant la formation et sur le terrain.

« C’est dur pour moi de demander aux filles ce que je demande aux garçons, d’un point de vue physique », a dit Omer.

Dans les mêmes conditions, les soldates du Corps d’artillerie présentaient des blessures liées au stress à un taux alarmant, a déclaré Katzav.

L’été dernier, l’armée israélienne a révélé qu’environ 70 % des soldates de l’artillerie souffraient de blessures pendant leur service, un nombre deux fois plus élevé que celui de leurs homologues masculins. Les soldates combattantes présentent souvent des blessures de la cheville, du genou et de dos suite à leur entraînement et à l’utilisation d’un équipement lourd qui n’est pas conçu pour leur corps.

« C’est intolérable », a déclaré Katzav.

Depuis, le Corps a travaillé avec les préparateurs physiques de l’armée pour développer de meilleurs moyens d’amener au niveau physique demandé les soldates, sans les mettre en danger. Pour les soldates du Corps d’artillerie, cela signifie des marches plus courtes et des paquets plus légers, y compris pour la « marche des bérets », pendant laquelle les soldats marchent des dizaines de kilomètres avant de se voir remettre leur béret bleu clair.

‘Une soldate vient vous voir et dit qu’elle a des ‘problèmes féminins’, qu’est-ce que je fais de ça ?’

« Cela sonne mal, mais les femmes ne font pas la marche des bérets complète. Elles en font beaucoup moins », a déclaré Katzav.

Le lieutenant Omer, dont la seule expérience de commandant a été avec des soldats masculins, a décrit la responsabilité de 100 soldates, en comptant son équipe, comme édifiante et difficile.

« Une soldate vient vous voir et dit qu’elle a des ‘problèmes féminins’, qu’est-ce que je fais de ça ? », a-t-il dit.

Avec ses soldats, a dit Omer, vous pouvez leur demander tout ce que vous voulez d’eux, et ils ne diront pas un mot. « Les femmes sont simplement une population totalement différente, a-t-il continué. Je n’avais jamais eu à affronter tant de pleurs. »

Mais pour Tobol, il n’y avait rien d’inconfortable à aller voir son officier, un homme, avec ses problèmes. « Je n’avais aucun problème dont je ne pouvais pas parler à mon commandant. Si j’en avais un, il y avait toujours un officier femme autour ou un moyen de s’en occuper », a-t-elle déclaré.

Pour Omer, les pleurs et les plaintes ne sont pas un signe de la faiblesse de ses soldates, au contraire.

« J’aime les soldats qui ne reculent pas pour vous dire ce qu’ils pensent. Vous devez avoir beaucoup de courage pour venir voir votre commandant et pleurer devant lui à propos de quelque chose, et pas simplement le garder pour vous, a ajouté Omer. C’est vraiment quelque chose de positif. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...