Plusieurs pays sont en discussion avec Israël pour déplacer leurs ambassades
Rechercher

Plusieurs pays sont en discussion avec Israël pour déplacer leurs ambassades

Le Premier ministre a déclaré à CNN qu’un certain nombre de pays "envisageaient sérieusement" de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël

Benjamin Netanyahu interviewé sur CNN (Crédit : capture d'écran YouTube)
Benjamin Netanyahu interviewé sur CNN (Crédit : capture d'écran YouTube)

Israël est en contact avec plusieurs pays « envisageant sérieusement » de suivre les traces des Etats-Unis, en reconnaissant Jérusalem comme la capitale d’Israël et de déplacer leurs ambassades à Jérusalem, a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu à CNN dans un entretien diffusé vendredi.

« Nous parlons maintenant avec plusieurs pays qui envisagent sérieusement de dire la même chose que les Etats-Unis et de déplacer leurs ambassades à Jérusalem », a-t-il déclaré.

Quand on lui a demandé de citer les pays en question, Netanyahu a fait objection. « Je pourrais vous le dire mais je ne le ferai pas parce que je veux que ce projet aboutisse, et je pense qu’il y a une bonne chance ».

Interrogé sur la signification de la déclaration du président américain Doland Trump du 6 décembre, Netanyahu a déclaré : « je pense qu’ils reconnaissent finalement une vérité historique ».

« Jérusalem est la capitale d’Israël depuis 3 000 ans, depuis le Roi David. C’est la capitale de l’Etat d’Israël depuis 70 ans, et il est temps que les Etats-Unis disent – et je suis content qu’ils l’aient dit – « C’est la capitale et nous la reconnaissons », et je pense que ce sera suivi par d’autres pays ».

Vendredi la chef du Parlement de Roumanie, Liviu Dragnea, a déclaré que la nation européenne devrait « sérieusement envisager » de déplacer l’ambassade à Jérusalem.

Le président de la République tchèque Milos Zeman a dit que son pays devrait déplacer son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem, mais le Premier ministre du pays, Andrej Babis, a depuis déclaré qu’il ne prévoyait pas de le faire immédiatement.

Cette photo prise le 9 septembre 2014, montre le président tchèque Milos Zeman à l’Elysée. (Crédit : AFP / PATRICK KOVARIK)

Interrogé sur l’avenir de Jérusalem dans un futur accord de paix, Netanyahu a dit que la ville « devrait rester une ville sure et unie », notant que « dans le Moyen-Orient, nous sommes les seuls à garantir… la liberté de culte aux Juifs, aux Chrétiens et aux Musulmans ».

Mais il a dit qu’il n’était pas fermé aux négociations. « C’est ma vision de Jérusalem. Les Palestiniens ont peut-être une vision différente. Ils devraient venir négocier. Ils disent qu’ils ne veulent pas négocier. Ils quittent la table de négociations, à nouveau. Si vous voulez la paix, allez négocier la paix ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...