Pour Amir Yaron (Banque d’Israël), la dette ne sera pas réduite sans sacrifices
Rechercher

Pour Amir Yaron (Banque d’Israël), la dette ne sera pas réduite sans sacrifices

Se serrer la ceinture freinera la croissance, mais empêchera Israël d’atteindre "un niveau d'endettement déraisonnable" qui entraînerait un déclassement par les agences de notation

Le gouverneur de la Banque d'Israël Amir Yaron s'exprime lors d'une conférence de presse à la Banque d'Israël à Jérusalem, le 7 janvier 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le gouverneur de la Banque d'Israël Amir Yaron s'exprime lors d'une conférence de presse à la Banque d'Israël à Jérusalem, le 7 janvier 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron, a déclaré mardi que le pays devait s’efforcer de stimuler la croissance par le biais d’investissements et de réformes tout en maîtrisant son déficit structurel.

« Une certaine forme de contrainte budgétaire sera dictée par la réalité », a-t-il déclaré. La croissance économique sera plus lente en raison de cette contrainte, mais une telle politique « nous empêchera d’atteindre un niveau d’endettement déraisonnable » et stabilisera le ratio dette/PIB, a-t-il ajouté.

« Il est recommandé de ne pas augmenter les impôts en 2021 et 2022, mais il est important de ne pas accroître le déficit structurel » qui s’était accumulé ces dernières années. Le déficit structurel du gouvernement pour 2021 et 2022 ne devrait pas être autorisé à augmenter, a-t-il déclaré.

M. Yaron s’est exprimé lors de la conférence économique annuelle Eli Hurvitz organisée à Jérusalem par l’Institut israélien pour la démocratie.

L’agence de notation S&P, a déclaré M. Yaron, a averti dans un récent rapport que « la pression sur les notations pourrait s’accentuer si, au-delà des effets immédiats liés à la pandémie, Israël ne disposait pas d’un plan de consolidation fiscale à moyen terme » et si la dette publique continuait à augmenter au lieu de se stabiliser en dessous de 80 % du PIB. Le ratio dette/PIB d’Israël a grimpé à plus de 72 % en 2020, contre 60 % en 2019, et devrait continuer à augmenter pour atteindre 77 % en 2022 et 2023, selon les prévisions de S&P.

Le chiffre de 80 % n’est pas gravé dans la pierre et des niveaux d’endettement plus élevés peuvent être excusés, mais Israël est confronté à plus d’un défi qui pourrait encore augmenter les niveaux d’endettement, a déclaré Yaron. La responsabilité fiscale doit donc être maintenue.

Israël sort de la pandémie de coronavirus dans de meilleures conditions que les autres économies développées, son PIB ne se contractant que de 2,5 % en 2020, en raison du « Dôme de fer » fourni par l’industrie technologique du pays. « Mais nous devons nous rappeler, a-t-il prévenu, que l’on peut se noyer même en eaux peu profondes. »

L’économie israélienne se redressera d’ici à la fin 2022, a-t-il dit, mais les taux de chômage ne reviendront pas aux niveaux d’avant la crise. Une fois que les indemnités de licenciement, mises en place pour faire face à la pandémie, seront arrêtées, le nombre de personnes réintégrant la population active augmentera et le marché de l’emploi s’améliorera. « Même dans ce cas », a-t-il dit, « la question est de savoir à combien le chômage structurel subsistera ».

Les principales victimes de ce chômage chronique seront les jeunes, les Arabes et les personnes n’ayant qu’un niveau d’études secondaires et des compétences de niveau moyen, a-t-il dit. « La solution est d’améliorer le capital humain. »

Karnit Flug, ancienne gouverneure de la Banque d’Israël et actuellement vice-présidente de la recherche à l’Institut israélien pour la démocratie, n’était pas d’accord avec au moins une partie des propos de son successeur (corroborés par le ministre des Finances Avigdor Liberman), affirmant qu’elle pense « qu’il n’y aura pas d’échappatoire à la fiscalité ».

Il existe aujourd’hui un consensus sur la nécessité de stimuler la croissance économique en Israël en investissant dans les infrastructures, en améliorant le capital humain et en réduisant la réglementation, a-t-elle déclaré. Mais comment financer cela reste une question primordiale, a-t-elle ajouté. La capacité à réduire les dépenses publiques est limitée, car elles sont déjà proches de leur niveau le plus bas, et la question se pose de savoir dans quelle mesure le budget de la défense sera réduit, le cas échéant.

Ainsi, a-t-elle indiqué, « il n’y aura pas d’échappatoire à la fiscalité », bien que l’on puisse obtenir le même effet en supprimant les exonérations fiscales qui n’ont pas de « justification économique ou sociale », même en présence de fortes pressions pour les maintenir.

L’économiste Michael Sarel, directeur du Forum économique Kohelet, a déclaré que, même si le gouvernement décidait que les mesures visant à réduire la dette ne devaient pas être mises en œuvre avant 2023, il était plus sage d’annoncer leur contenu maintenant, au début du mandat du gouvernement, plutôt que plus tard, lorsque le gouvernement sera soumis à des pressions politiques plus fortes à l’approche de nouvelles élections.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...