Rechercher

Pourquoi des Arabes israéliens appellent au boycott de Zara

La marque est taxée de fascisme après la venue du député d’extrême droite Itamar Ben Gvir au domicile de Joey Schwebel, responsable de Zara Israël

Le député du parti Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, s'exprime à Rishon LeZion pour la Douzième chaine, le 20 octobre 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Le député du parti Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, s'exprime à Rishon LeZion pour la Douzième chaine, le 20 octobre 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Des Arabes israéliens se sont filmés en train de brûler des vêtements Zara et ont appelé au boycott de la marque après l’organisation, par le responsable israélien de la marque, d’un événement de campagne au profit du député d’extrême droite, Itamar Ben Gvir.

Joey Schwebel, qui détient la double citoyenneté canadienne et israélienne, a reçu Ben-Gvir chez lui à Raanana. jeudi soir.

Schwebel est à la tête de Trimera Brands, géant de la distribution textile qui est le franchisé israélien de Zara, et contrôle à ce titre Zara Israel et d’autres marques appartenant à l’Espagnol Inditex.

Ben Gvir dirige pour sa part le parti ultra-nationaliste Otzma Yehudit, qui se présente aux élections du 1er novembre prochain avec HaTzionout HaDatit, et est aujourd’hui crédité de 12 sièges, selon certains sondages.

L’ascension du politicien provocateur, ex-disciple du défunt rabbin raciste Meir Kahane, inquiète sur son soutien aux positions d’extrême droite, dont l’expulsion des personnes jugées déloyales à Israël.

Des Arabes israéliens ont posté des vidéos sur les réseaux sociaux les montrant en train de brûler des vêtements achetés chez Zara ou d’appeler au boycott de la marque.

Le maire de Rahat, Fayez Abu Sahiban, a traité Zara de « fasciste » en raison du soutien apporté par Schwebel à Ben Gvir.

« Notre position doit être claire vis-à-vis de marques qui, comme celle-ci, soutiennent le fascisme », a-t-il déclaré.

« Tout le monde sait qui est Ben Gvir. Un raciste qui veut faire du mal, quand ce n’est pas purement et simplement assassiner des Arabes. Il compare les Arabes à des terroristes », a confié Issa Abu Elritaj, originaire de la ville arabe de Yafa an-Naseriyye, dans le nord du pays.

Le député arabe Ahmad Tibi, qui s’est fréquemment heurté à Ben Gvir à la Knesset, a dénoncé sur Twitter la « laideur » de Zara.

Ben Gvir lui a répondu en écrivant : « Zara, ce sont de beaux vêtements et de beaux Israéliens. »

Le député de Hadash-Taal a répliqué, indiquant que la marque « ouvrira sans doute une succursale au cœur de la colonie juive fasciste à Hébron ».

Le bureau de Schwebel a déclaré à la Douzième chaîne qu’il ne ferait aucun commentaire sur ce qui relève d’affaires « d’ordre privé ».

Trimera contrôle également la célèbre marque Gottex, société de maillots de bain qui semble à ce stade épargnée par la polémique.

Otzma Yehudit a revendiqué l’événement de campagne et taxé les critiques d’intolérance.

« Il y a ceux pour qui la tolérance, la liberté d’expression et la démocratie ne sont que des mots, parce qu’en pratique, ils font l’exact opposé de ce qu’ils prônent », a-t-il déclaré.

Ben Gvir attise régulièrement les tensions entre Israéliens juifs et arabes.

Le chef de la police le tiendrait d’ailleurs responsable des pires violences intercommunautaires de l’histoire récente d’Israël, en mai 2021.

Il s’est allié à des mouvements et militants juifs parmi les plus extrémistes d’Israël, parmi lesquels Lehava, un groupe anti-assimilation suprémaciste juif, et le virulent homophobe Noam.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...