Poutine ouvre en partie les archives secrètes soviétiques sur la mort d’Hitler
Rechercher

Poutine ouvre en partie les archives secrètes soviétiques sur la mort d’Hitler

Les journalistes d'investigation Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina ont eu accès à des documents russes classifiés qui alimentent toujours la propagande de la guerre froide

Adolf Hitler et Eva Braun promenant leurs chiens, en 1942. (Crédit : German Federal Archive)
Adolf Hitler et Eva Braun promenant leurs chiens, en 1942. (Crédit : German Federal Archive)

Le 2 mai 1945, il a été annoncé au monde entier qu’Adolf Hitler et sa nouvelle épouse Eva Braun s’étaient suicidés.

Le porteur de la nouvelle – le général Helmuth Weidling, commandant militaire nazi de Berlin – a déclaré que le couple s’était suicidé dans le bunker souterrain du Führer quelques jours plus tôt, le 30 avril. Selon les témoins, les corps d’Hitler et de Braun ont été brûlés pour que personne ne puisse les retrouver.

Les circonstances mystérieuses entourant la mort d’Hitler ont immédiatement amené les Alliés à s’interroger : Où se trouvait précisément le corps du Führer dans la capitale déchue du Troisième Reich, et comment se sont déroulés les événements qui ont conduit au suicide d’Hitler ?

« La mort d’Hitler » est un livre essentiellement consacré à ces deux questions.

Écrit par deux journalistes d’investigation et documentaristes français et russes – Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina – il explore comment le mystère du cadavre brûlé d’Hitler est devenu un enjeu politique entre l’Est et l’Ouest pendant la guerre froide.

Jean-Christophe Brisard, journaliste d’investigation français, co-auteur de « La Mort d’Hitler ». (Autorisation)

Bien sûr, le mystère de la mort d’Hitler ne s’est pas terminé avec la guerre froide. C’est un sujet qui hante encore la géopolitique en Russie aujourd’hui.

« Cette histoire de la mort d’Hitler ne devrait pas être aussi sensible aujourd’hui parce qu’elle a plus de 70 ans, mais incroyablement elle l’est toujours », a déclaré M. Brisard au Times of Israel lors d’une conversation téléphonique avec les deux auteurs.

Le 4 avril 2016, le président russe Vladimir Poutine a signé un décret stipulant que la gestion, la publication et la déclassification de tous les documents des archives de l’État relèvent directement des pouvoirs du président lui-même.

La journaliste d’investigation russe Lana Parshina, co-auteur de « La Mort d’Hitler ». (Autorisation)

Les deux auteurs pensent que le fait que Poutine supervise l’accès aux Archives d’État russes à l’heure actuelle n’est pas une coïncidence. Ils soutiennent que le président russe veut que le monde entier soit convaincu que la tête décomposée que les Archives d’État russes détiennent actuellement en leur possession est celle d’Hitler.

Parshina et Brisard affirment tous deux que, sept décennies après la mort d’Hitler, le narratif est devenu un important outil de propagande, renforçant l’obsession de Poutine à reconstruire les vieux mythes staliniens en un nouveau sentiment nationaliste dans la Russie du 21e siècle.

« Poutine utilise cette histoire pour réécrire le passé », affirme Brisard. « La mort d’Hitler est politique. Et il était dans l’intérêt de l’administration Poutine de nous permettre de fouiller dans leurs archives. »

Bien que tous deux aient eu un accès exceptionnel aux archives du Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie, Brisard précise : « Je suis presque certain que le [gouvernement russe] cache quelque chose concernant les dossiers sur la mort d’Hitler ».

« Nous aimerions poursuivre nos enquêtes », ajoute M. Brisard. « Mais il est très difficile de négocier avec les Russes. C’est tellement compliqué de comprendre leurs positions sur cette question. Mais nous aimerions vraiment conclure cette étude avec le crâne et les empreintes des dents d’Hitler. »

Des dents top secret !

« La mort d’Hitler », par Lana Parshina et Jean-Christophe Brisard. (Fayard)

Le secret constant entourant la mort d’Hitler a été le thème dominant de cette histoire. Immédiatement après la mort d’Hitler, les théories du complot ont pris de l’ampleur à mesure que la guerre froide s’intensifiait. Comprendre exactement comment Hitler est mort est devenu un nouveau défi de la guerre froide entre l’Est et l’Ouest.

Les Soviétiques ont toujours eu la maîtrise parce qu’ils contrôlaient le terrain où Hitler s’est suicidé. Berlin resta sous leur contrôle jusqu’à la conférence de Potsdam en juillet 1945. Même après sa division en quatre zones, le quartier autour de la Chancellerie, où se trouvait le Führerbunker, est resté sous commandement russe.

En octobre 1945, les services de renseignement britanniques ont rapporté qu’Hitler s’est tué en se tirant une balle dans la bouche. Les Russes, quant à eux, prétendaient qu’Hitler est mort en avalant du cyanure. Ce dernier scénario cadrait parfaitement avec le consensus stalinien incontesté de l’après-guerre selon lequel Hitler a voulu éviter de tomber aux mains de ses ennemis communistes lorsqu’il a compris que la défaite militaire était imminente.

Au cours des sept dernières décennies, de nombreuses théories ont été longuement débattues par les historiens et les théoriciens du complot sur la façon dont Hitler s’est suicidé. Une théorie combine les renseignements britanniques et soviétiques et suggère qu’Hitler a pris du cyanure en même temps qu’il a pointé le pistolet dans la bouche.

Parshina émet des doutes sur cette théorie. « Hitler montrait des signes de la maladie de Parkinson dans ses derniers jours, alors comment aurait-il pu se tirer une balle de la main droite si elle tremblait fortement à cause de la maladie de Parkinson », a-t-elle demandé.

« Nous voulions utiliser l’analyse de l’ADN pour clore définitivement ce chapitre et répondre à la question : Hitler a-t-il pris du cyanure ou s’est-il suicidé ? », a-t-elle ajouté.

Le prétendu « Führerbunker » dans le jardin de la Chancellerie du Reich, détruit pendant la Seconde Guerre mondiale. (Bundesarchiv bild)

« Nous n’avons trouvé aucun fragment de [balles] dans la bouche », ajoute Brisard. « Nous savons aussi, d’après les témoignages des personnes présentes, qu’Hitler avait un impact sur sa tempe. Il est donc tout à fait possible qu’il ait demandé à son valet, Heinz Linge, de lui tirer une balle après avoir pris le cyanure. »

Un fragment de crâne, mais de qui ?

Parshina et Brisard ont commencé leur livre en avril 2016 dans les Archives d’Etat de la Fédération de Russie (GARF), où les deux auteurs ont été confrontés à un fragment d’un crâne censé être celui d’Hitler.

Les deux enquêteurs avaient de nombreuses raisons de ne pas croire au bien fondé de cette affirmation. En 2009, un scientifique américain a affirmé dans un documentaire historique que le crâne n’appartenait pas à Hitler, mais à une femme d’une quarantaine d’années.

Pour tenter de répondre avec certitude aux doutes qui subsistent au sujet du crâne d’Hitler, Brisard et Parshina ont fait appel à un médecin légiste de renommée mondiale, Philippe Charlier, qui s’est vu accorder un accès sans précédent aux archives du FSB.

Les dents d’Adolf Hitler. (Archives d’État russes)

L’analyse médicale du médecin légiste a confirmé que les dents conservées dans les Archives d’État russes correspondent aux dossiers dentaires du dictateur nazi. Le Dr Charlier a également pu confirmer que l’examen des dents d’Hitler ne montre aucune trace de substance qui indiquerait qu’une balle est entrée dans sa bouche avant sa mort.

Brisard explique les moindres détails techniques. « C’est un résultat historique, dit-il, parce que c’est la première fois qu’un scientifique a utilisé des échantillons [médico-légaux] des dents d’Hitler pour les analyser. »

« Philippe Charlier a pu prouver, grâce à une analyse scientifique, que les dents n’étaient pas une imitation créée par le KGB [sécurité de l’État soviétique] », a ajouté M. Brisard.

« Il a confirmé que ces dents proviennent d’une personne ayant vécu à la même époque où Hitler est mort, et qu’elles correspondent aux radiographies dentaires des dents d’Hitler qui sont actuellement conservées dans des archives à Berkeley, en Californie », a-t-il précisé.

Mais avec les preuves limitées que les deux journalistes ont actuellement, essayer de déterminer avec une précision scientifique que le crâne est celui d’Hitler n’est pas possible.

« Nous avons d’abord obtenu l’autorisation d’analyser ce crâne avec Philippe Charlier, explique Brisard. « Mais les responsables du GARF ont finalement refusé que nous le fassions. »

Un supposé fragment du crâne d’Adolf Hitler. (Archives d’État russes)

« Les gens des Archives d’État russes nous ont expliqué que pendant de nombreuses années, ce fragment de crâne relevait du secret d’État », raconte-t-il.

Hitler est vraiment mort.

En se basant sur l’analyse scientifique que Charlier a pu faire jusqu’à présent, Brisard et Parshina peuvent tirer certaines conclusions, même si elles ne sont pas définitives.

Premièrement, ils sont en mesure de prouver que Hitler n’a pas simulé sa propre mort.

La théorie de la balle, cependant, reste discutable. Pour en faire la preuve de manière irréfutable, il faudrait encore plus de tests sur les dents d’Hitler. D’autres tests sur le crâne, par contre, pourraient éventuellement permettre de répondre à un certain nombre de questions que les deux auteurs se posent – ce que Moscou n’est pas prêt à accepter.

« En ce qui concerne le crâne, c’est un dossier sur lequel nous ne pouvons pas aller de l’avant », poursuit M. Brisard.

Les deux journalistes pensent que la réticence du gouvernement russe à permettre que la lumière soit faite sur le sujet comme il le mérite est enracinée dans la tradition typiquement paranoïaque soviétique.

Le 27 mai 1945, Joseph Staline tenait dans sa main un rapport officiel de SMERSH – une organisation soviétique de contre-espionnage en temps de guerre – confirmant que la mort d’Hitler était officielle.

Mais le dictateur soviétique continua de prétendre au monde entier – en particulier à ses homologues politiques à Washington lors de la conférence de Potsdam en juillet 1945 – qu’Hitler était toujours en vie et en bonne santé, et se cachait en Argentine avec d’autres nazis de premier plan.

En effet, jusqu’à sa propre mort en 1953, Staline n’a jamais admis publiquement qu’Hitler était mort.

« C’était un grand secret d’État », raconte Brisard. « Staline n’en a jamais parlé. C’est donc la toute première fois que nous avons la preuve de cet énorme mensonge historique. »

Le livre de Brisard et Parshina contient tous les ingrédients classiques d’un roman d’espionnage de la guerre froide : trahison, agents doubles, confusion bureaucratique et divisions Est-Ouest. Le livre apporte de nombreux témoignages des trois officiers nazis qui étaient les derniers témoins avant la mort d’Hitler : Heinz Linge, Otto Gunsche et Hans Baur.

En 1956, les trois hommes ont été emmenés de l’Union soviétique, où ils étaient incarcérés, à Berlin. Là-bas, ils ont été interrogés avec des tortures psychologiques et physiques. Le seul but était d’obtenir des témoins un récit qui correspondait à la façon dont l’Union soviétique envisageait le suicide d’Hitler – une mort lâche par poison.

Parshina se souvient d’avoir lu toutes les transcriptions des interrogatoires des trois témoins nazis encore en vie qui ont assisté aux dernières heures d’Hitler dans son bunker de Berlin.

« Dans un rapport, nous apprenons par l’un des espions qui partageait la cellule de Linge, [que] Linge voulait mourir parce qu’il n’était plus capable de subir d’autres interrogatoires », a-t-elle déclaré.

« Les interrogatoires se déroulaient habituellement la nuit ou aux premières heures du matin, quand on les privait de sommeil », raconte Parishna. « Il est également incroyable de découvrir à quel point ces prisonniers ont été loyaux envers Hitler jusqu’à la fin. Par exemple, Baur a dit aux deux autres témoins : ‘Ne dites jamais ce qui s’est réellement passé' ».

Opération Archive

Brisard et Parshina soulignent comment le KGB a secrètement déplacé le corps d’Hitler à plusieurs reprises au cours de nombreuses années et l’a brûlé davantage. Plusieurs documents classés top secret sont reproduits dans leur livre détaillant cela. Fait remarquable, l’un d’entre eux date de 1970, sous le nom « Opération Archive ».

Le « Fuhrerbunker » complètement détruit dans le jardin de la Chancellerie du Reich pendant la Seconde Guerre mondiale. (Bundesarchiv bild)

« Operation Archive raconte l’histoire de l’élimination de ce qui restait du corps d’Hitler [en 1970] », poursuit Parshina. « Les raisons en sont doubles. Pour commencer, les Soviétiques ne cessaient de déplacer leurs bases en Allemagne ».

« Mais il y avait aussi le fait que si les restes d’Hitler en Allemagne devenaient accessibles, les groupes néo-nazis auraient pu créer un lieu de culte et l’utiliser comme temple », continue Parshina. « Tout comme l’Union soviétique avait un temple dans le Mausolée de Lénine au centre de Moscou. »

« A cette époque, le cadavre d’Hitler constituait une gêne pour les Soviétiques parce que Staline avait décidé de mentir au monde entier au sujet de la mort d’Hitler, » explique Brisard. « Les Soviétiques ont donc dû garder le secret d’État. Il se peut que les Soviétiques aient préféré effacer les traces du cadavre d’Hitler pour être sûrs que personne ne découvrirait le mensonge de Staline ».

Enquêter sur l’histoire de la mort d’Hitler pourrait bien être la prémisse principale du livre – mais l’analyse de l’effet de levier subtil du pouvoir du Kremlin dans le contrôle de ce récit est un leitmotiv en arrière-plan qui va de pair avec le fil conducteur du livre. On peut dire que c’est tout aussi important.

« Cela signifie-t-il qu’il y a encore des secrets sur le sort du cadavre d’Hitler ? » demande Brisard au moment où l’entretien tire à sa fin.

« Je suis sûr qu’il y en a », ajoute-t-il. « Principalement parce qu’il n’y a aucune photo du cadavre d’Hitler ou d’Eva Braun. »

Joseph Goebbels avec ses filles, Hilde (au centre) et Helga (à droite), pour la célébration de Noël à Berlin, en 1937. (Crédit : Archives fédérales allemandes)

Brisard souligne qu’il existe de nombreuses photos et vidéos du cadavre de Joseph Goebbels. Il s’est suicidé avec sa femme Magda Goebbels ; le couple a emmené leurs six enfants dans la tombe avec eux en leur faisant avaler du poison au Führerbunker le 30 avril.

Le fait qu’il y ait des photos du cadavre de Goebbels, mais aucune d’Hitler, est plutôt étrange, souligne Brisard.

“Je suis sûr que les [Russes] cachent des secrets d’État à l’intérieur de la Lubyanka”, dit-il. « De quoi s’agit-il exactement ? Nous n’avons toujours pas de réponse à cette question. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...