Précipitations, grêles et orages inhabituels pour la saison en Israël
Rechercher

Précipitations, grêles et orages inhabituels pour la saison en Israël

La pluie a arrosé tout le pays, avec un nombre record de coups de foudre ; c'est la première fois en plus de 30 ans que deux hivers consécutifs ont été aussi pluvieux

Des Israéliens sous la pluie, à Tel Aviv, le 5 mai 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des Israéliens sous la pluie, à Tel Aviv, le 5 mai 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Des orages se sont déchaînés sur Israël mardi, donnant lieu à d’inhabituelles précipitations printanières, parfois accompagnées de grêle et d’inondations dans le sud.

Les tempêtes ont fait rage du nord d’Israël jusqu’au désert du Néguev, dans le sud, et devraient faire monter encore le niveau du lac de Tibériade, qui a déjà bénéficié d’un hiver particulièrement pluvieux.

Les pluies devaient se poursuivre mercredi, mais s’essouffler progressivement dans la soirée.

La compagnie d’électricité israélienne a enregistré 828 coups de foudre mardi matin et après-midi, un nombre sans précédent pour le mois de mai, et une augmentation spectaculaire – de 2 748 % – par rapport aux 30 enregistrés en moyenne pour ce mois.

L’Autorité israélienne des eaux a déclaré mardi que la dernière fois que le pays avait connu deux hivers consécutifs aussi pluvieux, c’était il y a plus de trente ans, fin 1986 – début 1988.

L’année dernière, Israël a subi d’importantes précipitations dans le nord du pays, élevant le niveau du lac de Tibériade de 19,5 centimètres et mettant fin à une sécheresse de cinq ans qui frappait la région.

Des oiseaux survolent le lac de Tibériade, le 25 avril 2020. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

Des tronçons de l’autoroute 90 au sud ont été fermés à la circulation mardi en raison des inondations intermittentes.

De fortes chutes de grêle ont également été enregistrées dans les villes d’Arad et de Yeruham, au sud, tandis que des pluies ont frappé la plupart des villes, dont Tel-Aviv et Jérusalem.

Des Israéliens sous la pluie, à Jérusalem le 5 mais 2020. (Crédit : Yonatan Sidnel/Flash90)

Il pleut rarement en Israël entre avril et octobre, période appelée « saison sèche ».

Après un hiver particulièrement pluvieux, le lac de Tibériade, dans le nord d’Israël, se trouve à son plus haut niveau depuis deux décennies.

Le niveau de l’eau a frôlé son point le plus bas en avril 2017, lorsqu’il est tombé à 212,95 mètres en dessous du niveau de la mer. Il s’élève actuellement à moins 208,92 mètres.

Le niveau d’eau du Lac de Tibériade, le 25 avril 2020. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...