Pluies : le lac de Tibériade monte de 19 centimètres en deux jours
Rechercher

Pluies : le lac de Tibériade monte de 19 centimètres en deux jours

Les intempéries mettent fin à une sécheresse longue de 5 ans. ; pour l'Autorité de l'Eau, le changement climatique est tel que les problèmes ne seront pas réglés en un an

Les fortes pluies qui sont tombées en Israël au cours des dernières semaines mettent un terme à une sécheresse longue de cinq ans dans le nord du pays. Toutefois, les problèmes liés à l’eau sont loin d’être finis, selon l’Autorité de l’eau.

Au cours des dernières quarante-huit heures, le niveau du lac de Tibériade s’est élevé de 19,5 centimètres. Les pluies généreuses sur le nord d’Israël ont rempli les ruisseaux qui nourrissent le lac, certains à des niveaux jamais vus depuis 2013, comme l’illustrent les images enregistrées par drone et diffusées par Amir Aloni de l’Autorité de la nature et des parcs.

« Les pluies d’aujourd’hui ne vont pas effacer les cinq dernières années », a commenté le porte-parole de l’Autorité de l’eau Uri Schor. « Nous nous attendons, cette année, à des pluies dans la moyenne ou au-dessus de la moyenne. Cela ne fera pas empirer la question de la sécheresse mais cela ne la réglera pas non plus ».

Le lac de Tibériade se trouve dorénavant à 1,24 mètre en-dessous de la ligne rouge inférieure, et à seulement 0,6 mètre au-dessus de la ligne noire, selon l’Autorité de l’eau. Le lac de trouve encore à 5,4 mètres en-dessous de son niveau le plus élevé.

La ligne noire représente le niveau le plus bas de dangerosité qui pourrait susciter des problèmes écologiques irréversibles, notamment une augmentation de la salinité de l’eau et le développement d’algues, ce qui conduirait à des dégâts permanents en terme de qualité de l’eau, mais aussi pour la flore et la faune. L’année dernière, l’Autorité de l’Eau avait dû retirer 17 000 tonnes de sel du lac pour s’assurer que son bas niveau n’allait pas augmenter la salinité de son eau.

L’Autorité de l’Eau espère que le lac de Tibériade se remplira à un niveau dépassant la ligne rouge inférieure avant la fin de l’hiver. Pendant l’été, il s’évapore au rythme d’un centimètre par jour.

Des gens sous la pluie près de la porte de Jaffa dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 9 janvier 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les hivers passés avaient été moins généreux en pluie. Cet été, après cinq années d’hivers secs, les réserves d’eau dans le nord d’Israël ont baissé à leur niveau le plus bas depuis au moins 98 ans, depuis le moment où les scientifiques ont commencé à effectuer des mesures en 1920.

L’année dernière, la pire sécheresse du siècle dans le nord d’Israël avait laissé les réserves en eau du pays en déficit de 2,5 milliards de litres-cube, en comparaison avec les années non sèches .

Ce déficit représentait l’équivalent d’un million de piscines olympiques d’une eau qui devait normalement aller des ruisseaux d’Israël et des réserves des nappes phréatiques vers le lac de Tibériade et d’autres sources.

Les pluies à Caesarea qui ont transformé le parc en « petite Venise », le 9 janvier 2018 (Autorisation : Yoav Cohen/Autorité de la nature et des parcs)

Le nord d’Israël a actuellement dépassé le niveau habituel de pluies en cette période, la majorité des régions enregistrant une hausse de 150 % par rapport à la pluviométrie moyenne. Dans le nord du lac de Tibériade, il est tombé plus de 463 millimètres de pluie – sur une moyenne annuelle de 671 millimètres – alors que les mois de janvier et de février, les plus pluvieux, n’ont pas encore exprimé leur plein potentiel.

L’Autorité de la nature et des parcs a annoncé que les fortes pluies tombées le long de la côte ont inondé certaines parties du parc national de Caesarea, transformé en « petite Venise ».

Il y a eu de la neige au mont Hermon, cette semaine, avec 150 centimètres au sommet et 120 centimètres sur ses flancs inférieurs. La station de ski devrait ouvrir ce week-end après l’accalmie des tempêtes de neige.

La station de ski du mont Hermon en proie à une tempête de neige, le 9 janvier 2018 (Crédit : Autorisation : Ski Mt Hermon/Facebook)

L’Autorité de l’eau a averti que si la pluie était la bienvenue, les scientifiques restent inquiets pour l’avenir.

« Nous savons, en raison du changement climatique, que cette région va connaître de moins en moins de pluies – car c’est la tendance observée depuis 30 ans », a dit Schor. « Certaines années, on a un peu plus de pluies, d’autres années moins, mais la tendance globale est qu’il y aura de moins en moins d’eau ».

Pendant l’été, le gouvernement a approuvé un plan d’urgence de 105 millions de shekels contre la sécheresse, qui prévoit le financement de deux usines de désalinisation et un plan qui permettrait d’injecter de l’eau désalinisée dans le lac de Tibériade. Schor a noté que ces programmes seront essentiels pour garantir que le pays disposera de suffisamment d’eau à l’avenir. Il a par ailleurs appelé les Israéliens à faire attention à leur consommation d’eau et à réduire le gaspillage, même quand la pluie se déverse à l’extérieur.

« D’un côté, nous devons arrêter de gaspiller l’eau et de l’autre, nous devons créer de nouvelles solutions », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...