Près de 1 000 surfeurs au large d’Herzlyia contre une plate-forme de gaz
Rechercher

Près de 1 000 surfeurs au large d’Herzlyia contre une plate-forme de gaz

La ronde qu'ils ont formée, contre les gisements de gaz majeurs, Léviathan et Tamar, pourrait être validée par le Guinness des records

Une corvette Sa'ar 5 de la marine israélienne défend une plate-forme d'extraction de gaz naturel au large des côtes israéliennes, sur une photographie non datée. (Forces de défense israéliennes)
Une corvette Sa'ar 5 de la marine israélienne défend une plate-forme d'extraction de gaz naturel au large des côtes israéliennes, sur une photographie non datée. (Forces de défense israéliennes)

Près de 1 000 surfeurs, 992 exactement, se sont rassemblés au large d’Herzlyia en Israël pour protester contre un projet de plate-forme gazière, et demander qu’elle soit déplacée plus au large.

« Ne nous empoisonnez pas » était écrit sur le t-shirt des surfeurs, qui comptait parmi eux un certain nombres d’athlètes de haut niveau.

« Si elle est validée par le livre Guinness des records, raconte Paris-Match, cette ronde de surfeurs sera bel et bien la plus grande qui n’a jamais été formée. L’année dernière, 511 personnes avaient elles aussi formé un cercle sur l’eau au large de Huntingdon Beach, en Californie, battant le record. Et on se souvient également de celle organisée en février dernier, qui avait pour but de rendre hommage à Pierre Agnes, le patron de Quicksilver disparu en janvier ».

Sur le gaz israélien :

Il y a deux petits gisements de gaz au large de la côte d’Ashkelon, découverts en 1999, et qui contiennent environ 45 milliards de mètres cubes de gaz naturel. On a découvert les gisements de gaz majeurs, Léviathan et Tamar, en 2009.

Ils sont situés à environ 140 km à l’ouest de Haïfa. Tamar contient environ 240 milliards de mètres cubes de gaz naturel, tandis que le Léviathan en possède 450 milliards.

La production a commencé au site près d’Ashkelon en 2004 puis au site de Tamar en 2009. Les droits au Léviathan sont toujours en négociation.

Le gaz au Léviathan et sur le site de Tamar est localisé à trois kilomètres au-dessous du fond de la mer, dans une large poche de 200 mètres de gaz naturel pris au piège dans les espaces du lit de roche de grès et de couches de sable.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...