Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

Pressions américaines pour qu’Israël n’entre pas en guerre contre le Hezbollah

Washington nie avoir indiqué à Israël que si le groupe terroriste lance un nouveau front, l'armée américaine s'y joindra, mais protégera Israël "s'il le faut"

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Des partisans du Hezbollah brandissant des drapeaux libanais, palestiniens et de leur groupe, alors qu'ils tiennent des pancartes pro-Gaza lors d'une manifestation pour montrer leur solidarité avec les Palestiniens, dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le 13 octobre 2023. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)
Des partisans du Hezbollah brandissant des drapeaux libanais, palestiniens et de leur groupe, alors qu'ils tiennent des pancartes pro-Gaza lors d'une manifestation pour montrer leur solidarité avec les Palestiniens, dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le 13 octobre 2023. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)

L’administration Biden a exhorté en privé Israël à ne pas lancer de opération militaire contre le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah , alors que Washington s’efforce d’empêcher la guerre actuelle de s’étendre au-delà de Gaza, ont déclaré au Times of Israel deux responsables proches du dossier.

Les États-Unis reconnaissent qu’Israël doit répondre au ciblage croissant de sa frontière nord par le Hezbollah depuis l’attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas du 7 octobre, ont précisé les responsables.

Mais les attaques répétées du groupe terroriste libanais et le fait qu’Israël n’a pas réussi à anticiper l’attaque du Hamas depuis Gaza ont conduit à une intensification des discussions sur la question de savoir si Israël devait lancer une bataille contre le Hezbollah afin de conserver le dessus.

De telles discussions représentent une source d’inquiétude pour les États-Unis, qui ont averti en privé et publiquement le Hezbollah et l’Iran de ne pas ouvrir une guerre sur le front nord d’Israël, ont indiqué les responsables.

Les États-Unis ont conseillé à Israël d’être prudent dans ses réponses militaires aux tirs du Hezbollah, expliquant qu’une erreur de Tsahal au Liban pourrait déclencher une guerre beaucoup plus importante, ont affirmé les responsables.

Les responsables de l’administration Biden ont indiqué à Israël ces derniers jours que, si le Hezbollah déclenchait une guerre contre Israël, l’armée américaine se joindrait à Tsahal pour combattre le groupe terroriste, ont affirmé les responsables.

S’adressant aux journalistes mercredi après sa brève visite de solidarité en Israël, le président américain Joe Biden a affirmé qu’il « n’a jamais été dit » que les États-Unis se joindraient en cas de front avec le Hezbollah.

Le président américain Joe Biden s’adressant aux médias lors de son retour d’Israël, à bord de l’Air Force One, le 18 octobre 2023. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a ajouté aux journalistes qu’il n’y avait « aucune intention de mettre des bottes américaines sur le terrain pour combattre », mais que les États-Unis avaient leurs « intérêts de sécurité nationale » et que « nous les protégerons si nécessaire ».

Kirby a déclaré que le déploiement par le Pentagone, la semaine dernière, de deux porte-avions en Méditerranée orientale avait pour but de « dissuader » les adversaires israéliens et américains dans la région « de passer à l’action ».

« Il s’agit d’une force militaire suffisante et crédible », a déclaré Kirby, ajoutant que si Biden « décide que cette force doit être utilisée pour défendre nos intérêts, nous le ferons ».

Le Hezbollah a tiré des dizaines de missiles guidés antichars, de roquettes et de mortiers sur des positions militaires israéliennes et des villes israéliennes depuis l’assaut meurtrier du Hamas le 7 octobre, tout en envoyant simultanément des terroristes s’infiltrer en Israël. Plusieurs drones ont également été interceptés au-dessus du nord d’Israël.

Au moins cinq soldats israéliens, 13 terroristes du Hezbollah et cinq Palestiniens appartenant à d’autres groupes terroristes ont été tués lors de ces échanges. Un civil israélien a été tué dans une attaque du Hezbollah dimanche, et deux civils libanais ainsi qu’un journaliste ont également été tués par des tirs d’obus israéliens.

Des soldats israéliens près de la frontière avec le Liban, le 16 octobre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

Le 10 octobre, le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a ordonné au groupe de frappe du porte-avions Ford de se rendre en Méditerranée orientale afin d’être prêt à aider Israël. L’USS Gerald R. Ford, le porte-avions le plus récent et le plus avancé de la marine, sera accompagné d’environ 5 000 marins et d’une flotte d’avions de guerre, ainsi que de croiseurs et de destroyers, dans le cadre d’une démonstration de force destinée à être prête à répondre à toute éventualité, qu’il s’agisse d’empêcher des armes supplémentaires d’atteindre le Hamas ou d’effectuer des opérations de surveillance.

Un haut fonctionnaire du ministère de la Défense a déclaré à l’époque que les inquiétudes concernant l’ouverture par le Hezbollah d’un second front de violence contre Israël étaient la principale raison du déplacement des navires vers la Méditerranée orientale. Ce responsable avait déclaré que les États-Unis craignaient fortement que le Hezbollah et d’autres groupes soutenus par l’Iran ne prennent la mauvaise décision d’essayer de « se joindre » et d’élargir la guerre.

Le porte-avions USS Gerald R. Ford et le pétrolier de ravitaillement USNS Laramie dans l’est de la Méditerranée, le 11 octobre 2023. (Crédit : Marine américaine via AP)

Le groupe d’attaque du porte-avions basé à Norfolk, en Virginie, se trouvait déjà en Méditerranée. Au début du mois, il a effectué des exercices navals avec l’Italie en mer Ionienne. Le porte-avions en est à son premier déploiement complet.

Les États-Unis ont également envoyé des munitions et du matériel militaire à Israël à la suite du massacre du 7 octobre, au cours duquel quelque 2 500 terroristes du Hamas ont franchi la barrière de sécurité israélienne par voie terrestre, maritime et aérienne, tuant plus de 1 400 personnes et prenant au moins 199 otages de tous âges sous le couvert d’un déluge de milliers de roquettes tirées sur les villes et villages israéliens.

La grande majorité des personnes tuées lorsque les terroristes se sont emparés des localités frontalières étaient des civils – hommes, femmes, enfants et personnes âgées. Des familles entières ont été exécutées dans leurs maisons et plus de 260 ont été massacrées lors d’un festival de musique en plein air, souvent au milieu d’actes de brutalité horribles de la part des terroristes, dans ce que Biden a qualifié de « pire massacre du peuple juif depuis la Shoah ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.