Prix de la Sécurité pour le Mossad contre l’Iran et Tsahal contre le Hezbollah
Rechercher

Prix de la Sécurité pour le Mossad contre l’Iran et Tsahal contre le Hezbollah

Prix également décerné au créateur de la cyber-unité du Shin Bet et son programme qui a contrecarré des dizaines d'attaques terroristes, et l'équipe qui a réalisé un missile avancé

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu présente des documents dont il dit qu'ils ont été obtenus par les services de renseignement israéliens à partir des archives sur les armes nucléaires de l'Iran, à Tel Aviv, le 30 avril 2018. (Amos Ben-Gershom (GPO))
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu présente des documents dont il dit qu'ils ont été obtenus par les services de renseignement israéliens à partir des archives sur les armes nucléaires de l'Iran, à Tel Aviv, le 30 avril 2018. (Amos Ben-Gershom (GPO))

Le président Reuven Rivlin a décerné mardi le premier prix israélien de la sécurité aux agents du Mossad qui ont participé à l’opération de vol des archives nucléaires de l’Iran l’année dernière, ainsi qu’aux équipes de l’armée israélienne, des services de sécurité du Shin Bet et des industries de la défense, chacun ayant apporté son concours l’an passé à la protection de l’État.

Ce prix, qui porte le nom du commandant de la Haganah, Eliyahu Golomb, une milice pré-étatique d’Israël, a été décerné au programme de l’armée israélienne qui a trouvé et détruit plusieurs tunnels transfrontaliers construits par le Hezbollah, depuis le Sud Liban vers Israël.

Une unité technologique du Shin Bet qui a mis au point un algorithme avancé pour « détecter les activités hostiles et prévenir de graves dommages à la sécurité de l’État » a également reçu le prix, ainsi qu’une équipe des entrepreneurs de la défense Rafael et Elbit, l’armée de l’air israélienne et le ministère de la Défense qui ont développé un missile air-sol avancé, connu en hébreu sous le nom de Barad Kal, qui signifie « grêle légère », ou plus communément le SPICE 1000.

La cérémonie a été présidée par le président Rivlin, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le chef de Tsahal Aviv Kohavi et le directeur général du ministère de la Défense, Udi Adam.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le président Reuven Rivlin et le chef de Tsahal Aviv Kohavi (de gauche à droite) décernent à l’agent du Shin Bet « Lamed » le prix de la sécurité israélienne lors d’une cérémonie à la résidence du président le 2 juillet 2019. (Haim Tzach/GPO)

Dans son discours, M. Netanyahu a appelé le président américain Donald Trump à renforcer les sanctions et autres pressions contre l’Iran, compte tenu de l’enrichissement de l’uranium au-delà des 300 kg autorisés dans le cadre de l’accord nucléaire 2015, que Trump a abandonné l’année dernière.

Il a réaffirmé la politique de longue date d’Israël visant à empêcher les pays hostiles d’acquérir des armes nucléaires. « Ceux qui menacent de nous anéantir se mettent en danger, eux et leurs dirigeants », a-t-il dit.

Le Premier ministre a également discuté de l’opération du Mossad visant à récupérer environ 110 000 documents relatifs au programme nucléaire iranien dans un entrepôt à l’extérieur de Téhéran, qu’il a révélé publiquement en avril dernier.

Les agents se seraient introduits par effraction dans le bâtiment où se trouvait le trésor en janvier dernier, auraient retiré les fichiers et les disques et les auraient ramenés en Israël la nuit même.

Des coffres-forts dans un entrepôt à Shorabad, dans le sud de Téhéran, où des agents du Mossad ont découvert et récupéré des dizaines de milliers de dossiers secrets concernant le programme d’armes nucléaires de l’Iran (Cabinet du Premier ministre).

M. Netanyahu a confirmé un rapport datant du début de l’année, selon lequel il avait informé à l’avance M. Trump des plans du Mossad de mener l’opération, ainsi que de l’hypothèse de longue date selon laquelle sa décision de révéler le vol des archives était un effort pour convaincre les États-Unis d’abandonner l’accord nucléaire conclu en mai 2015 avec l’Iran, ce qui s’est produit en mai.

« J’ai approuvé cette opération parce que je pensais qu’exposer les plans [iraniens] aiderait à persuader le président des États-Unis de mettre fin au dangereux accord nucléaire avec l’Iran », a expliqué M. Netanyahu.

« Quand j’ai rencontré [Trump] à Davos [en janvier 2018], je lui ai dit que j’avais l’intention d’envoyer nos gens au cœur de Téhéran pour ramener des archives. »

Le Premier ministre a déclaré qu’il n’avait « aucun doute » que l’opération et le contenu des archives étaient des facteurs clés dans la décision de Trump de quitter l’accord nucléaire avec l’Iran.

Des casseurs de tunnels, des chasseurs de terroristes, des fabricants de bombes

Une équipe multidisciplinaire du Commandement Nord de Tsahal – composée de représentants d’unités de renseignement et de technologie, ainsi que de membres de la division de recherche et développement du ministère de la Défense – a également reçu le Prix Golomb pour la sécurité pour son travail dans la détection et la destruction des tunnels d’attaque du Hezbollah cet hiver dans une opération baptisée « Bouclier du nord ».

L’équipe, connue sous le nom de Laboratoire, a été formée en 2014 et chargée de trouver les tunnels que l’armée soupçonnait d’avoir été creusés sous la frontière par le groupe terroriste libanais soutenu par l’Iran.

Des soldats israéliens se tiennent à l’ouverture d’un trou qui conduit à un tunnel dont l’armée a déclaré qu’il était creusé par le groupe terroriste du Hezbollah à travers la frontière entre Israël et le Liban, à proximité de Metula, el 19 décembre 2018.(AP Photo/Sebastian Scheiner)

« Le travail de cette équipe a permis à Tsahal de mener l’opération Bouclier du nord d’une manière qui a permis la découverte et la neutralisation de six tunnels d’attaque », a déclaré mardi l’armée dans un communiqué.

L’armée israélienne estime que les six tunnels d’attaque devaient être utilisés par le Hezbollah dans le cadre d’un plan visant à conquérir des parties du nord d’Israël dans une guerre future. Les tunnels, dont Tsahal a déclaré qu’ils étaient gardés secrets même au sein du groupe terroriste, devaient être utilisés lors d’une attaque surprise dans le cadre de la stratégie déployée par le Hezbollah contre l’Etat juif.

Une équipe du Shin Bet dirigée par une femme agent qui ne pouvait être identifiée que par la première lettre hébraïque de son nom – « Lamed » – a reçu le prix au nom du service de sécurité pour le développement d’un grand programme de données qui est utilisé pour prévoir et prévenir les attaques terroristes.

« Grâce à ces avancées et aux capacités opérationnelles de l’organisation, plusieurs dizaines de tentatives d’attentats terroristes ont été stoppées, des centaines de terroristes ont été arrêtés et un grand nombre d’attentats terroristes importants ont été évités, notamment des attentats suicides à la bombe, des attentats par explosifs et des attentats à la voiture piégée qui devaient être perpétrés contre la population en Israël, a déclaré le Shin Bet dans un communiqué.

« Le système a même permis au Shin Bet de trouver et d’arrêter un certain nombre de terroristes armés qui étaient en route pour perpétrer des attentats », a déclaré le service de sécurité.

La bombe intelligente Rafael SPICE 1000 qui peut atteindre des cibles à grande distance. (Rafael)

Les quatrièmes lauréats du prix de la sécurité étaient des représentants de Rafael, Elbit, du ministère de la Défense et des forces aériennes, qui ont créé la Light Hail, une version plus avancée de la bombe air-surface SPICE (Smart, Precise Impact, Cost-Effective).

Le ministère de la Défense a déclaré dans un communiqué que l’équipe a gagné le prix pour « avoir équipé l’Armée de l’air de capacités opérationnelles avancées ».

Habituellement, seules trois personnes ou organisations reçoivent le Prix Golomb pour la sécurité chaque année, mais il a été décidé d’en décerner un quatrième cette année en raison de la nature impressionnante des lauréats.

« Les quatre projets gagnants répondent avec succès aux menaces stratégiques importantes qui pèsent sur l’État d’Israël et se caractérisent par leur approche novatrice et audacieuse et leurs capacités opérationnelles supérieures », a déclaré M. Netanyahu.

Le Prix de la sécurité est décerné chaque année par le président depuis 1958. Bien que le prix soit parfois décerné pour l’œuvre d’une vie, les lauréats sont généralement responsables de la création d’une nouvelle technologie ou d’une opération spécifique.

Au fil des ans, le prix a été décerné à la fois à des individus, comme Uzi Gal qui a reçu le premier prix de la défense israélienne en 1958 pour la création de la mitraillette Uzi, et à des équipes entières, comme le groupe responsable du développement du système anti-missiles TROPHY, qui protège les chars et véhicules blindés israéliens, qui a gagné en 2014.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...