Quand la COVID-19 transforme votre maison en bureau
Rechercher

Quand la COVID-19 transforme votre maison en bureau

La présence au bureau était autrefois obligatoire, mais le coronavirus a prouvé que l'on peut travailler depuis la maison. La tendance, bonne ou mauvaise, va-t-elle se maintenir ?

Une mère au travail avec son bébé sur les genoux. (StockRocket ; iStock par Getty Images)
Une mère au travail avec son bébé sur les genoux. (StockRocket ; iStock par Getty Images)

Au milieu de tous les ravages sanitaires et économiques causés par la pandémie mondiale de coronavirus, un fait est apparu clairement : en ce qui concerne le travail à domicile, le génie est sorti de la bouteille.

« Il n’y a pas de retour en arrière », a déclaré Eden Shochat, le co-fondateur de la société de capital-risque Aleph, basée à Tel Aviv. « Le monde a changé ».

En fait, le coronavirus nous a « fait avancer rapidement vers le futur » du lieu de travail, accélérant un processus qui aurait autrement pris cinq à dix ans, a déclaré le psychologue Eldad Rom, qui fournit des services de coaching et de conseil aux fondateurs de startups soutenues par la société de cybersécurité Team8.

Alors qu’autrefois, la seule possibilité était d’aller au bureau, où un bureau, un ordinateur et des données sur un serveur sur place attendaient, ces dix dernières années, l’internet et l’ordinateur portable ont permis de travailler à peu près partout, y compris sur la plage et dans le café du coin.

De nombreuses entreprises high-tech permettaient déjà à certains employés de travailler à domicile avant même que la pandémie de coronavirus ne frappe. Mais l’exception est-elle maintenant devenue la règle ?

Image illustrative d’un père travaillant à la maison avec sa petite fille dessinant pendant le confinement du COVID-19. (Silvia Cozzi ; iStock par Getty Images)

Le coronavirus a envoyé un énorme mémo au monde entier en disant : « Vous avez pu faire cela pendant les dix dernières années, mais maintenant vous devez décider pourquoi vous travaillez à la maison ou au bureau », a déclaré Benjy Singer, directeur général du fournisseur d’espaces de travail en commun WeWork Israël.

« Aucune entreprise ne peut exister uniquement au bureau et aucune entreprise ne peut exister uniquement à la maison. La façon dont les gens travaillent va énormément changer. »

Si le travail à domicile est appelé à se poursuivre, quel est le prix à payer ? Cela va-t-il donner du pouvoir aux travailleurs marginalisés ou leur nuire ?

En jonglant avec les enfants et les tâches ménagères lors des conférences téléphoniques, les travailleurs seront-ils aussi productifs à la maison qu’au bureau ? Comment le besoin de convivialité sera-t-il satisfait, les bureaux étant souvent le pivot d’une vie sociale ?

Alors que la culture d’entreprise, en particulier dans le monde de la haute technologie, s’est récemment orientée vers des bureaux en espace ouvert avec des espaces de travail et de loisirs pour que les travailleurs soient satisfaits, verrons-nous maintenant les entreprises rétrécir ou abandonner leurs espaces de travail au profit de politiques de travail à domicile ? Cela affectera-t-il la conception des bureaux ?

En mai, Twitter a informé ses employés qu’ils pourront continuer à travailler à domicile « pour toujours » comme ils l’entendent. La Royal Bank of Scotland a indiqué à quelque 50 000 de ses employés qu’ils continueront à travailler à domicile jusqu’en 2021 au moins. L’entreprise de haute technologie LivePerson Inc., cotée au Nasdaq, a déclaré qu’elle prévoyait de fermer ses 17 bureaux dans le monde et de faire travailler tous ses employés à domicile. Le 27 juillet, le Wall Street Journal a déclaré que Google prévoyait de faire travailler ses employés à domicile jusqu’à l’été 2021.

Le PDG de Check Point, Gil Shwed, prend la parole à la Conférence et exposition Cybertech Israël, à Tel Aviv le 31 janvier 2017. (Miriam Alster / Flash90)

« Les bureaux font partie du passé », a déclaré le PDG de LivePerson, Robert LoCascio, dans un entretien avec le site financier Calcalist.

Gil Shwed, le fondateur et PDG de la société de cybersécurité Check Point Technologies Ltd, a déclaré le 22 juillet, lors de la présentation des résultats du deuxième trimestre, que la société prévoyait de réduire ses espaces de bureau en Israël, à la lumière d’une enquête interne à l’entreprise montrant que 55 % des employés souhaitent un système hybride de travail à domicile et au bureau, mais préfèrent que leur domicile soit leur lieu de travail principal. L’entreprise emploie 2 400 personnes en Israël sur un total de 5 400 travailleurs.

Comme pour tous les changements, cette évolution présente des aspects positifs et négatifs, et cet article tentera d’exposer les dilemmes, les coûts et les avantages potentiels d’un passage au travail à domicile.

Tout d’abord, quelques données. Une étude de l’Institut israélien de la démocratie (IID) montre qu’avant l’apparition du coronavirus, 95 % des salariés en Israël n’avaient pas la possibilité de travailler à domicile. Selon les données, 4,1 % des Israéliens travaillaient à domicile, contre 8,3 % des salariés dans l’Union européenne.

Dans une enquête de l’IID réalisée de fin mars à début avril 2020, suite à l’apparition du coronavirus, 58 % des salariés ont déclaré travailler uniquement ou partiellement à domicile. 32 % des hommes ont déclaré qu’ils travaillaient à domicile, contre 28 % des femmes. Quelque 60 % des travailleurs indépendants ont déclaré travailler à domicile, contre seulement 30 % des salariés.

Image illustrative d’une mère travaillant à domicile. (dragana991 ; iStock de Getty Images)

Selon les études citées dans le rapport de l’IID, le travail à domicile présente de nombreux avantages, notamment une plus grande satisfaction déclarée par les travailleurs et leurs employeurs, davantage de temps libre et un équilibre entre vie professionnelle et vie privée plus satisfaisant pour les employés, car le travail à domicile offre une plus grande flexibilité.

Plusieurs études internationales ont montré que le travail à domicile peut également stimuler la productivité, selon le rapport de l’IID. Une étude américaine a montré une hausse de productivité de 4,4 % chez les examinateurs de brevets travaillant à domicile. Une étude chinoise a montré une augmentation de 13 % des performances des employés des centres d’appel qui travaillent à domicile, et une augmentation de plus de 20 % de la productivité globale de l’entreprise. Les employés ont également fait état d’une diminution de l’épuisement professionnel et d’une plus grande satisfaction, tandis qu’une étude américaine sur le terrain a montré que les travailleurs étaient même prêts à renoncer à 8 % de leur salaire en échange de la possibilité de travailler à domicile.

Le travail à domicile permet également de réduire le temps de déplacement et les discussions autour de la machine à café, et pourrait également réduire les embouteillages et la pollution.

Moran Melamoud, associée principale en ressources humaines et responsable de la rémunération et des avantages sociaux chez SAP, a déclaré dans une interview que le travail flexible bien mis en œuvre peut conduire à une augmentation de la motivation des employés, de leur satisfaction et de leur productivité, et donc de la rentabilité.

Les modèles de travail flexibles contribuent également à accroître « la capacité à attirer et à retenir les talents », a-t-elle déclaré. « SAP reconnaît que la diversité, non seulement en ce qui concerne nos employés mais aussi leurs horaires de travail et leurs phases de vie, est une composante essentielle d’un environnement de travail sain et productif ».

Le travail à domicile peut également permettre aux entreprises de faire appel à des travailleurs dans des zones géographiques plus éloignées, élargissant ainsi le vivier de talents et permettant à la fois aux entreprises et aux travailleurs de s’installer dans des zones où les prix de l’immobilier et la fiscalité sont moins élevés.

Eden Shochat, co-fondateur de la société de capital-risque Aleph. (Autorisation)

« Imaginez les avantages de l’intégration technologique une fois que vous savez que ce super talent de [la ville du nord de] Carmiel peut travailler avec la même efficacité que quelqu’un que vous embauchez à Tel Aviv », a déclaré M. Shochat de Aleph. « C’est énorme ».

La tendance au travail à domicile pourrait également inciter davantage de femmes à postuler pour des emplois mieux rémunérés, car cela leur permettrait de mieux concilier carrière et garde d’enfants, ce qui contribuerait à réduire l’écart salarial avec les hommes, selon Liora Bowers, l’auteur d’un rapport du Taub Center for Social Policy Studies en Israël qui traite de l’impact de la pandémie sur les femmes sur le marché du travail.

Il y a cependant des défis à relever. Parmi ceux-ci, le fait que le travail à domicile pourrait amener les travailleurs à se sentir moins engagés dans l’entreprise et plus distants et déconnectés ; la frontières entre maison et travail s’estompent au fil du temps, les espaces de travail à domicile ne sont pas toujours propices au plus haut niveau de productivité et la situation personnelle joue un rôle non négligeable. La créativité générée par l’échange d’idées et le brainstorming pourrait également être affaiblie.

Eyal Waldman, (à gauche), fondateur et PDG de Mellanox, et Jensen Huang, fondateur et PDG de Nvidia Corp. lors d’une conférence de presse à Yokneam, Israël, le 25 mars 2019. (Shoshanna Solomon/Times of Israel)

« Ce n’est pas la fin du monde » pour des équipes qui travaillent ensemble depuis des années de passer un mois ou plus à travailler depuis chez elles, a déclaré Eyal Waldman, le fondateur et PDG de Mellanox Technologies Ltd, dans une interview. Le géant américain de la technologie Nvidia a récemment acquis la société pour 7 milliards de dollars.

« Mais lorsque vous recrutez de nouvelles personnes dans le bureau, ou que vous introduisez de nouvelles idées et que vous débattez de la manière dont les choses devraient être faites, il vaut mieux le faire face à face au même endroit et dans le même bureau », a-t-il déclaré. « L’interaction est créatrice, les gens se comprennent mieux et il y a un climat de créativité… Il est beaucoup plus productif de travailler dans un bureau ».

« Si vous cherchez à construire une entreprise sur le long terme, ou des équipes sur le long terme, il est préférable d’avoir une interaction », a-t-il déclaré. « Mellanox travaille dans 34 pays… avec des courriels, des vidéoconférences et des appels téléphoniques. Nous savons comment travailler à distance, mais il est important de travailler ensemble dans un seul endroit ».

Selon M. Rom de Team8, depuis le début de la pandémie et comme les gens travaillent à domicile, les responsables signalent qu’ils voient la collaboration entre les services et les équipes être entravée.

Eldad Rome de Team8. (Scott Wagner)

De nombreux dirigeants ont indiqué « qu’ils avaient le sentiment que les entreprises innovent moins depuis le début de la pandémie de coronavirus, car il est impossible de mener une conversation et une discussion approfondie et de faire du brainstorming via la plateforme Zoom », a-t-il déclaré. « La collaboration entre les équipes et les départements a beaucoup souffert depuis que le coronavirus a commencé ». Zoom est une technologie de vidéoconférence.

« Les processus managériaux profonds », comme le tutorat des travailleurs ou leur promotion à un niveau professionnel, peuvent également se bloquer car les gens travaillent à domicile, a averti Rom, et la motivation des employés à l’égard de l’organisation pourrait être compromise.

« Venir au bureau tous les jours procure un sentiment d’appartenance », a-t-il déclaré. « Il est très difficile pour les managers de stimuler la motivation mentale et émotionnelle des employés lorsqu’ils ne sont pas dans l’entreprise ».

M. Shwed de Check Point a déclaré que si jusqu’à récemment la productivité d’un employé était mesurée par le nombre d’heures passées au bureau, les entreprises devront désormais réévaluer et définir de nouveaux outils pour mesurer la productivité à domicile.

« Comment mesurer la productivité lorsque vous êtes chez vous ? S’agit-il des heures, du niveau de travail que vous produisez ? a demandé M. Shwed lors d’une vidéoconférence en mai.

Il n’y a pas que le travail dans la vie !

Le travail à domicile peut également avoir un impact négatif sur le niveau de bonheur des gens en tant qu’êtres sociaux.

« Nous pouvons offrir des conditions permettant aux employés d’être productifs », a déclaré M. Rom de Team8, « mais nous ne pouvons pas leur offrir des conditions qui les rendront heureux et investis socialement. C’est un défi qui reste à relever ».

De nombreuses personnes viennent travailler pour répondre non seulement à leurs besoins professionnels, mais aussi à leurs besoins sociaux.

« Ils veulent des relations sociales ; ils veulent parler avec les gens, réfléchir et se rencontrer, faire des choses ensemble avec leurs collègues, a ajouté M. Rom. « En travaillant à domicile, nous ne pouvons pas vraiment répondre à ce besoin. Et c’est un défi qui reste encore à résoudre ».

Donc, en l’absence de cette interaction sociale, que se passera-t-il ?

« Nous allons devoir chercher différentes alternatives pour répondre à ces besoins », a déclaré M. Rom.

Benjy Singer de WeWork Israël. (Autorisation)

La création d’un environnement de travail efficace et confortable est l’un des principaux défis que les gens doivent relever lorsqu’ils travaillent à domicile, notamment pour pouvoir travailler sans être distraits.

L’étude de l’IID montre que les travailleurs sans enfants sont plus nombreux que les travailleurs avec enfants à dire qu’ils peuvent travailler efficacement depuis leur domicile. Parmi les travailleurs sans enfants, 55 % ont déclaré qu’ils étaient capables, dans une « large ou assez large mesure », d’effectuer leur travail à domicile aussi efficacement que sur le lieu de travail, contre 35 % des travailleurs avec enfants.

Au total, 40 % des répondants qui travaillent à domicile ont déclaré qu’ils étaient capables, « dans une large ou assez large mesure », d’effectuer leur travail à domicile aussi efficacement que sur leur lieu de travail. Parmi les travailleurs salariés, 42 % ont déclaré que c’était le cas « dans une large ou assez large mesure », 28 % « dans une mesure modérée » et 15 % « dans une mesure assez faible ou très faible ».

La plupart des gens « ne sont pas prêts à travailler à domicile », a déclaré M. Singer, de WeWork, dans l’interview. « Vous voyez des enfants qui s’agitent partout et les réunions se tiennent dans les salons et les cuisines des gens. Nous avons besoin de solutions pour cela ».

Avant l’apparition de la crise du coronavirus, « il y a eu une énorme restructuration des lieux de travail », a déclaré M. Singer. « Les entreprises qui avaient plusieurs sites, également en Israël, ont dit que nous voulions que tout le monde soit au même endroit ».

Le bureau tel que nous le connaissons va changer, a-t-il dit. « Maintenant, nous commençons déjà à voir que les gens veulent avoir une main-d’œuvre dispersée ».

Une installation de WeWork en Israël. (Crédit : Shiran Carmel)

« Les entreprises vont dire que nous ne voulons pas signer de baux à long terme – il peut y avoir un autre COVID ou autre chose : pourquoi voudrais-je prendre un autre engagement à long terme si je pouvais juste prendre un bureau pour le court terme et être plus flexible sur l’avenir de mon entreprise », a déclaré Singer. Cela pourrait les orienter vers des bureaux flexibles – par exemple pour quelques jours par semaine, d’autres entreprises utilisant les locaux d’autres jours.

Malgré tous les avantages du travail à domicile, les gens voudront toujours travailler physiquement à côté les uns des autres, a-t-il dit.

« Je ne pense pas que les gens soient culturellement ou socialement capables de se distancer des autres », a déclaré Singer. « C’est contre la nature humaine ».

En Israël, dit-il, les gens ont généralement une vie sociale importante en dehors du bureau, mais aux États-Unis, « pour beaucoup de gens, toute leur existence sociale est leur travail, leur bureau. C’est là que se trouvent leurs relations, là qu’ils trouvent un sens. Vous ne pouvez pas enlever cela aux gens. L’importance d’aller au bureau va être encore plus importante ».

Ainsi, selon M. Singer, avec le temps, la tendance au travail à domicile pourrait bientôt devenir une tendance au travail à proximité du domicile – les espaces de travail en commun se développant probablement car les travailleurs choisissent de travailler dans un centre proche de leur domicile, plutôt que dans leur cuisine ou leur salle de séjour.

« Si votre bureau était de l’autre côté de la rue, vous travailleriez depuis le bureau. Vous feriez des allers-retours quand vous le voudriez. Vous travaillez uniquement de chez vous parce qu’il vous faut tellement de temps pour vous rendre au bureau, que cela ne vaut pas la peine », a déclaré Singer.

L’intérieur du bâtiment SAP à Raanana, conçu par Yashar Architects Ltd. (Avec l’aimable autorisation de Uzi Porat)

Les immeubles de bureaux sont également susceptibles de changer. Alors qu’avant le virus une tendance clé était le partage – partage de bureaux, de vélos, de transports et d’appartements – « la nouvelle tendance qui émerge de cette crise est celle de l’anti-partage », a déclaré l’architecte Avner Yashar, basé à Tel Aviv, qui est à l’origine de la conception du nouveau siège social de SAP à Raanana et du centre de R&D d’Apple à Herzliya, le deuxième plus grand centre du géant américain dans le monde.

SAP a inauguré son nouveau siège en 2017 – un bâtiment saisissant aux formes de bulles marquant son extérieur et que l’on peut voir briller de mille feux depuis l’autoroute. La structure comporte des espaces communs parsemés de canapés, des salles privées, une salle de gym, des cafétérias, un patio avec des sièges et des halls qui relient les différents espaces.

L’atrium du bâtiment SAP à Raanana conçu par Yashar Architects Ltd. (Avec l’aimable autorisation de Uzi Porat)

Il n’y a actuellement « aucun projet de changement » de siège, a déclaré M. Melamoud, de SAP. « Nous nous efforçons de rendre le bâtiment et les espaces communs plus stériles et, dans l’ensemble, plus sûrs pour nos employés ».

Toutes ces conceptions d’espaces de bureau – créées pour le monde de la technologie, mais ayant également essaimé dans d’autres industries – favorisent l’interaction non pas par le biais de réunions formelles, mais par des espaces communs permettant aux personnes de différentes équipes et sur différents projets de se rencontrer, de discuter, d’échanger des idées et de trouver des solutions ensemble.

Mais cette tendance pourrait bien s’inverser.

« Il est clair que l’impact de la pandémie de coronavirus restera avec nous pendant un certain temps, et qu’il affectera notre façon de vivre, pour chacun d’entre nous », a déclaré l’architecte Yashar. « Il est difficile de prévoir ce qui se passera. Mais le virus a déclenché une nouvelle ère ».

Son bureau travaille actuellement sur un certain nombre de projets d’espaces de bureaux et les spécifications finales de ces espaces doivent encore être déterminées. « Vont-ils vouloir des espaces de travail plus petits au lieu de grands espaces ouverts et une climatisation centrale où les fenêtres extérieures ne peuvent pas s’ouvrir ? » a demandé M. Yashar.

« Nous devons garder toutes les options ouvertes », a-t-il ajouté. « Lorsqu’un tel événement mondial se produit, il a des effets et nous le constatons progressivement. Nous sommes à l’intérieur de l’événement maintenant, et ce n’est pas fini. Dans un mois, nous serons peut-être plus avancés ».

Avner Yashar, propriétaire de Yashar Architects Ltd. à son bureau de Tel Aviv, le 2 octobre 2017. (Crédit : Shoshanna Solomon / Times of Israel)

Des enquêtes menées en Israël et dans le monde entier ont montré que les personnes les plus aptes à tirer profit du travail à domicile sont celles qui ont des revenus et des qualifications universitaires plus élevés. En grande partie, les personnes qui occupent des emplois moins bien rémunérés – serveurs, nettoyeurs, vendeurs – ne peuvent pas bénéficier de cette tendance, selon le rapport de l’IID.

Ceci, ainsi que les autres défis associés au travail à domicile, comme l’accès à un espace de travail efficace, peut en fait élargir les écarts sociaux et économiques plutôt que les réduire, selon le document de l’IID.

« Il est de la responsabilité du gouvernement – à la fois comme premier employeur du pays et comme moteur de sa politique socio-économique – de s’assurer que l’augmentation du nombre de ceux qui travaillent à domicile ne génère pas plus d’inégalités », indique le rapport.

« Cela doit se faire en garantissant un environnement de travail adéquat, la connectivité internet pour tous les résidents, y compris ceux qui vivent dans des endroits éloignés et les groupes défavorisés ; et en offrant de bonnes conditions pour chaque employé travaillant à domicile ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...