Rania de Jordanie : Les musulmans modérés ne font « pas assez » pour lutter contre l’EI
Rechercher

Rania de Jordanie : Les musulmans modérés ne font « pas assez » pour lutter contre l’EI

"Nous n'aidons pas activement Daech mais nous ne les stoppons pas", a souligné la reine du royaume hachémite

La reine Rania de Jordanie pendant une manifestation dénonçant le meurtre sauvage d'un pilote jordanien par l'Etat islamique, le 6 février 2015. (Crédit : AFP PHOTO / STR)
La reine Rania de Jordanie pendant une manifestation dénonçant le meurtre sauvage d'un pilote jordanien par l'Etat islamique, le 6 février 2015. (Crédit : AFP PHOTO / STR)

La reine Rania de Jordanie a estimé mercredi que les musulmans modérés ne faisaient « pas assez » pour lutter contre les djihadistes de l’Etat islamique (EI) et a appelé à miser sur la jeunesse pour éviter que la région ne soit « dévastée ».

« Daech, le prétendu Etat Islamique, continue de répandre son idéologie diabolique » et « modifie la perception locale de notre région », a déclaré la reine, invitée à l’université d’été du patronat français, consacrée cette année à la jeunesse.

« Les musulmans modérés à travers le monde ne font pas assez pour gagner la lutte idéologique qui est au coeur de cette bataille » a-t-elle dit, applaudie aussitôt par l’assemblée. « Evidemment, nous n’aidons pas activement Daech mais nous ne les stoppons pas », a-t-elle ajouté.

« Ma région a plus que besoin de votre amitié » et en particulier la jeunesse et les jeunes réfugiés, a plaidé la reine.

Tout en évoquant la vitalité des jeunes entrepreneurs au Moyen-Orient, précisant qu’ « entre 2005 et 2011 le nombre de start-ups a été multiplié par huit dans la région », elle a souligné que « plus d’un quart » des jeunes de la région étaient au chômage.

La jeunesse du Moyen-Orient a besoin « d’éducation, d’opportunités, d’emplois et (…) aussi d’un peu de chance, que quelqu’un croit en eux », a exhorté la souveraine, engagée notamment dans le développement de programmes éducationnels en Jordanie.

Selon la souveraine, il est nécessaire de créer « 100 millions d’emplois d’ici 2020 » dans la région, notamment pour éviter un basculement de la jeunesse.

« L’échec n’est pas une option parce que si nous échouons face à ces extrémistes et s’ils gagnent, la région sera dévastée rapidement », a-t-elle conclu, avertissant que cela aurait des répercussions au niveau mondial.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...